NAZIONALE : pourquoi passer à un système à 3 défenseurs serait l’idéal ?

Par Nicola Nicastro publié le 11 Oct 2020

Le pays de la défense à trois. Depuis plus d’une décennie, de nombreuses équipes en Serie A ont opté pour un système avec trois défenseurs. Au point de devenir aujourd’hui le championnat référence de ces formations, qui ont apporté beaucoup de succès aux écuries du Calcio. Du Napoli de Mazzarri, en passant par la Juventus de Conte et l’Atalanta de Gasperini, le 3-5-2 ou le 3-4-3 ont permis aux clubs italiens de briller dans la botte mais également en Europe. Actuellement, quasiment la moitié des écuries du championnat (9) utilise un système à trois défenseurs. L’Inter, la Lazio, l’Atalanta, la Roma, et maintenant la Juventus du novice Pirlo, font partie de ces équipes. L’attestation que ces systèmes ne sont pas « défensifs » comme on peut l’entendre souvent, bien au contraire. À l’image de l’Atalanta de Gasperini, qui a marqué 98 buts l’an passé en Serie A. En sachant que la plupart des joueurs italiens jouent en Serie A, pourquoi ne pas revenir à une formation avec trois défenseurs, Mister Mancini? Voici quelques éléments tactiques qui pourraient vous convaincre également, chers lecteurs.

Des centraux plus à l’aise à 3

Qui n’a jamais entendu parler de la BBC ? Pas celle du Real Madrid, mais celle de la Juventus qui a permis aux Bianconeri et à l’Italie de briller pendant presque une décennie. Bonucci et Chiellini sont encore présents, et ces derniers n’ont jamais été aussi performants qu’en jouant à trois derrière. Leo donne le meilleur de lui-même lorsqu’il joue en couverture de deux défenseurs centraux capables d’être plus agressifs sur l’adversaire que lui, comme le fait si bien Chiellini. En plus de cela, l’arrivée de Pirlo au Piémont fait que le système à trois a été remis à l’ordre du jour du côté de la Continassa. Utiliser un système avec trois centraux en Nazionale serait l’idéal pour mettre dans les meilleures conditions les deux vétérans, mais également des joueurs importants comme Acerbi, Mancini ou encore D’Ambrosio qui jouent tous dans une équipe utilisant une formation comportant trois défenseurs centraux.

Des latéraux offensifs

Spinazzola, Florenzi, Biraghi, Di Lorenzo, Emerson… Tous ont déjà joué, que ce soit en club ou en équipe nationale, piston dans un milieu à cinq. Tous les joueurs cités sont des latéraux à vocation offensive, qui adorent déborder et centrer pour les attaquants. Un système avec trois défenseurs centraux permettrait à ses latéraux de jouer plus haut sur le terrain et de mettre au profit de l’équipe tout leur talent, aussi bien défensif qu’offensif. Spinazzola n’a jamais été aussi bon que ces deniers mois dans le 3-4-3 de Fonseca. Florenzi est un ailier reconverti. Biraghi évolue depuis plusieurs saisons dans un système avec 3 centraux. Di Lorenzo s’est fait connaître grâce à ses performances offensives (5 buts, 3 passes décisives) lors de sa première saison en Serie A avec l’Empoli qui jouait en 3-5-2. Emerson a également connu ce système à la Roma et lors de sa première année à Chelsea. Tous les latéraux de la Nazionale ont les caractéristiques pour jouer dans une formation composée de trois défenseurs.

Le milieu conservé

Le vrai point de force de l’Italie de Mancini est ce milieu à trois composé, en principe, de Jorginho, Barella et Verratti. C’est en passant à un milieu avec trois joueurs que l’Italie a su retrouver sa forme d’antan et gagner ses dix matchs de qualification pour l’Euro. Le sélectionneur y tient. C’est pour cette raison que Jorginho est devenu un titulaire indiscutable en tant que regista. Il est le premier relanceur au centre du terrain et il permet, grâce a son positionnement, de maintenir l’équilibre et de laisser les n°8 devant lui se projeter vers l’avant (que ce soit Barella ou Verratti comme cités précédemment, ou encore Zaniolo, Pellegrini). Changer de système ne veut pas dire tout modifier. Le but est de trouver une formation dans laquelle tous les éléments de l’équipe se trouvent dans les meilleures dispositions. Avec un 3-5-2, le milieu qui a permis à l’Italie de développer son style de jeu basé sur la possession ne bougera pas.

Le problème de l’attaquant enfin réglé

Immobile, soulier d’or européen, trois buts lors des qualifications pour l’Euro. Belotti, 67 réalisations en Serie A lors des quatre dernières saisons, quatre buts lors des qualifications pour l’Euro. Quel est le problème avec ces attaquants, pourtant si prolifique avec leur club, lorsqu’ils portent le maillot des Azzurri ? Peut-être bien la manière dont ils sont utilisés en Nazionale... Ciro Immobile est l’exemple le plus frappant de ce manque de réalisme sous le maillot italien. Le Napolitain explose les compteurs avec la Lazio depuis cinq saisons, mais il est l’ombre de lui-même sous Mancini. Différence : Immobile est systématiquement accompagné d’un autre attaquant lorsqu’il joue avec les Biancocelesti. Cela lui permet d’être plus mobile, de dézoner, et donc de jouer libéré, ce qui l’amène à performer devant les buts. Pareil pour Belotti. On l’a souvent vu en difficulté avec l’équipe nationale lorsqu’il jouait seul devant. Belotti aime évoluer dans un système à deux pointes, ce qu’il a fait la majeure partie du temps depuis qu’il est au Torino. Avoir un soulier d’or dans son effectif et ne pas le mettre dans les meilleures conditions possibles, est-ce vraiment envisageable ? De plus, les ailiers n’ont jamais réellement convaincu (à l’exception d’Insigne). Se passer de Bernardeschi ou d’El Shaarawy en tant que titulaires ne semble pas inconcevable. On pourrait penser que les deux grands perdants de ce système en 3-5-2 seraient Insigne et Chiesa. Deux joueurs très importants de notre Nazionale. Mais ça ne serait pas le cas. Même si ça n’est pas sa position privilégiée, le Napolitain est capable d’évoluer et de performer derrière l’attaquant axial. Il en a été capable lors de sa première saison avec Ancelotti à Naples. Chiesa, quant à lui, a prouvé qu’il pouvait jouer en tant que piston dans un milieu à 5. C’est probablement à cette position qu’il évoluera à la Juventus.

Le système d’une équipe doit être mis en place afin de mettre les joueurs à disposition dans les meilleures conditions possibles. Avec un 3-5-2, le Nazionale pourrait combler ses lacunes tout en conservant ses principales forces. À Mancini de choisir, lui qui fait un si bon travail depuis ses débuts à ce poste.

 

Nicola Nicastro



Lire aussi