Nazionale : les latéraux, le point d’interrogation

Par Tristan Pubert publié le 10 Juin 2019

Voilà plus d’un an désormais que Mancini est à la tête de l’Italie et peu à peu, le tacticien italien impose ses idées. Mais un chantier prend du retard, c’est celui des latéraux. Si la défense centrale, le milieu ou même l’attaque comme l’a démontré la superbe prestation face à la Grèce (3-0) sont des secteurs où Mancini dispose déjà de valeurs sures, le secteur des latéraux lui reste encore un énorme point d’interrogation. Avec les échéances importantes à venir, notre Mancini national devra rapidement trouver les solutions pour résoudre ce problème.

Aucune valeur sûre à ce poste

Pour ces deux confrontations face à la Grèce (3-0) et ce mardi face à la Bosnie, six latéraux de formation ont été convoqués par Roberto Mancini : De Sciglio, Emerson, Florenzi, Izzo et enfin Spinazzola et Biraghi qui se sont tous les deux blessés. Un coup dur pour Mancini notamment pour Spinazzola qui était l’une des satisfactions de cette fin de saison du coté de la Juventus et il aurait été très intéressant de le voir évoluer avec la tunique azzurra. Revenons sur les quatre autres convoqués parmi lesquels aucun n’a encore totalement convaincu avec la Nazionale. Seul Biraghi avait montré des choses intéressantes mais malheureusement, sa blessure au genou l’a forcé de déclarer forfait.

Avec leur club respectif, aucun mis à part Izzo n’a vraiment crevé l’écran cette saison. De Sciglio et Florenzi sont irréguliers tandis que le défenseur de Chelsea Emerson lui n’a disputé seulement que dix matchs de Premier League. Sur ces désormais quatre convoqués, aucun donc n’a réalisé une saison pleine en club ce qui pose un réel problème pour Mancini. L’exception est Izzo du Torino mais lors du dernier match en Grèce, Mancini a préféré utiliser Florenzi sur le flanc droit.

Depuis son arrivée en mai 2018, Mancini a réalisé énormément de tests à ce poste. Les joueurs se sont succédés sur les cotés comme Biraghi, Criscoto, Piccini, Emerson, mais aucun n’a totalement conquis la confiance du sélectionneur italien. Dans son 4-3-3 fétiche, Mancini attribue à ses latéraux un rôle plus défensif qu’offensif en soutient des ailiers.  En effet, c’est surtout défensivement que le secteur des latéraux inquiètent. Pour le moment face à la Grèce, le Liechtenstein ou la Finlande ça passe mais la Nazionale pourrait voir ce problème prendre de plus en plus d’ampleur contre des tops sélections.

Le principal chantier de cette Nazionale

Si Roberto Mancini reste indécis dans ce secteur, ce n’est pas en raison d’une concurrence forte mais car le niveau est inquiétant, du moins dans les joueurs convoqués depuis son arrivée. Néanmoins, la nouvelle génération est remplie de joueurs talentueux et le secteur des latéraux en est pas exclu bien au contraire. Pellegrini le jeune latéral de Cagliari a réalisé une saison intéressante en Sardaigne et qui dispute actuellement la Coupe du Monde avec l’Italie U20. Le joueur formé à l’AS Roma ne cesse de monter en puissance et reste une solution séduisante pour Mancini à l’avenir. L’Euro espoir qui arrive dans quelques jours, il sera nécessaire de garder un œil sur les Adjapong, Bellanova ou Di Marco. Actuellement blessé, Calabria reste aussi une option envisageable avec déjà deux saisons pleines avec son club formateur, le Milan AC.

Avec l’Euro 2020 qui arrive dans moins d’un an et par la suite la Coupe du Monde 2022, ce secteur sera l’un des gros chantiers de Mancini qui, depuis son arrivée il y a un an, n’a pas vraiment avancé et tourne même au ralenti. Des Florenzi, De Sciglio ou encore Biraghi très peu convaincants, Mancini devra un moment passer le flambeau à la nouvelle génération remplie de potentiels. Néanmoins, mis à part Calabria, aucun dans cette nouvelle génération n’a encore fait une saison pleine, ce qui pose problème pour en faire des titulaire dans cette Squadra Azzurra qui a besoin de garanties, du moins à l’heure actuelle.

Tristan Pubert

Rédacteur



Lire aussi