Comment le Napoli doit négocier le retour de Milik ?

Par Rémi Falvo publié le 18 Jan 2017
Crédits

milik

Le nouveau Messie

À l’annonce du nom de la nouvelle recrue censée faire oublier Pipita, on remarque un enthousiasme nuancé de la part Napolitains. Concretement, « est-il vraiment à la hauteur? » était la question sur toutes les bouches. Mais son entame de championnat a rassuré tout le monde : 7 matchs disputés dont seulement 4 titularisations, et 4 buts marqués. Et que dire de ses stats en Champions League: 3 buts en 2 matchs. Qu’on soit un adepte des statistiques ou pas, tout le monde est d’accord, c’est impressionnant. Il se trouve comme un poisson dans l’eau entre Callejon et Mertens, ou Insigne, qui se démènent pour le servir, et devant le capitaine Hamsik, toujours prêt à sortir la bonne passe au bon moment.

Milik s’intègre, Milik marque, Milik se blesse, et maintenant Milik revient dans une équipe qui possède la meilleure attaque de Serie A, avec un Mertens en feu depuis quelques temps. Car oui, Sarri a bien eu du mal à suppléer le Polonais, et a du faire quelques nuits blanches en cherchant le moyen de combler ce manque de numéro 9. Mais après quelques matchs tristes, les Napolitains se trouvent un nouveau Bomber: Dries Mertens. Depuis qu’il a su s’adapter à son nouveau poste, l’équipe carbure, et Insigne et Callejon sont au top. Comment vivraient-ils le fait d’être écarté, tout en ayant été irreprochables? Voilà la raison pour laquelle il ne faut pas s’attendre à ce que Sarri déroule le tapis rouge à Milik pour son retour.

Un problème de riche

Constatation incontestable: depuis la blessure de Milik, il n’y a plus grand monde pour reprendre les centres des ailiers et des latéraux. Statistique inquiétante: le dernier joueur napolitain a avoir marqué un but de la tête sur un centre n’est autre que… Milik! Cela se ressent sur la façon de jouer des ailiers offensifs et même défensifs: on cherche beaucoup plus les intervalles relativement axiaux, on ne voit quasiment jamais de centre venant des abords des points de corners. Cela n’a pas echappé à Maurizio Sarri qui a fait appel au grand Pavoletti dont la principale qualité est le jeu de tête. Sur ce point, c’est vraiment un concurrent direct pour le Polonais. Comment Sarri va-t-il gérer cet autre aspect? Car dans son 4-3-3, entre Insigne Mertens Callejon Milik et Pavoletti, il n’y en aura que deux qui pourront jouir d’une place de titulaire. D’autant plus que Mertens semblait s’être adapté à merveille à son nouveau rôle, et le faire repasser sur l’aile pourrait se réveler plus compliqué que prévu. Un vrai problème de riche pour Sarri. Beaucoup de paramètres à prendre en compte dans l’équation que va devoir résoudre le technicien napolitain, qui risque encore de mal dormir.




🔥 Les sujets chauds du jour :

« Nous félicitons l’Inter », Giorgio Furlani

« Je veux gagner des trophées avec la Juve », Dusan Vlahovic

Fabio Cannavaro justifie son choix pour l’Udinese

« L’objectif est d’obtenir le meilleur résultat », Massimiliano Allegri

Ibrahimovic propose Xavi Hernandez au poste d’entraîneur du Milan AC

Avatar

Rémi Falvo

Rédacteur



Derniers articles