Au Napoli, les joueurs passent, Hamsik reste

Par Ken Fernandez publié le 10 Août 2016
Crédits

Hamsik« Higuain a disparu. Son histoire avec le Napoli est terminée. Celle avec Maradona ne finira jamais ». 1er août 2016, le San Paolo fête les 90 ans de son club et sa légende, El Pibe de Oro, adresse un message sous les « Ho visto Maradona » des tifosi. « Napoli » tatoué sur le bras, Marek Hamsik écoute ému, bien décidé à continuer d’écrire la sienne. A 29 ans, il s’apprête à prolonger son contrat de deux ans, jusqu’en 2020. Son aventure napolitaine, Marekiaro la débute le 1er juillet 2007. Arrivé en provenance de Brescia, en Serie B, il rejoint alors un club promu et se décide à tourner la page de bien trop longues années de galère. Le Slovaque débarque pour 5,5 Millions et 5 ans de contrat et est présenté en même temps qu’un certain Ezequiel Lavezzi et de son futur beau-frère, Walter Gargano.

Naissance d’un capitaine

A tout juste 20 ans, l’ambitieux milieu de terrain impressionne et enchaîne les bonnes performances en Campanie. En 2008, il remporte le titre de meilleur jeune de Serie A. L’ancien de Bratislava s’installe titulaire et le Napoli dans l’élite. Ensemble, les deux ne vont cesser de grandir. C’est à cette période que sa fameuse crête fait son apparition. Hamsik prend une autre dimension et en 2010, pour la deuxième année consécutive, il est meilleur buteur du club. Devenu incontournable, le Slovaque voit arriver Edinson Cavani, dernière touche d’un trio célèbre. Avec Lavezzi, les trois stars offensives, emmenées par Walter Mazzari, ramènent le club en Champions League. Positionné derrière les deux flèches, Marekario remporte son premier titre l’année suivante. Opposé à la Juve en finale de la Coppa Italia, le Napoli s’impose 2-0 et le Slovaque inscrit le second but et laisse exploser sa joie. C’était le dernier match de Lavezzi. Pocho ne résiste pas aux sirènes du PSG et montre la voie à Cavani qui le rejoint un an plus tard après une belle deuxième place en championnat.

Ses deux compères partis, le Slovaque poursuit sa progression et endosse le brassard de capitaine. Ce nouveau statut le ravit et l’arrivée de Rafael Benitez laisse entrevoir une saison pleine d’ambition. Paradoxalement, malgré un départ canon, une longue blessure empêche celui qui joue dorénavant seul derrière l’attaquant de s’exprimer. Il soulève pourtant la coupe d’Italie au cours d’une soirée qui le fera entrer un peu plus dans le cœur des tifosi. Ce 3 mai 2014, des échauffourées éclatent en marge de la finale autour du Stadio Olimpico. Un supporter napolitain, Ciro Esposito y laissera la vie. Dans le stade, avant le match, l’ambiance est très tendue dans le kop Napolitain. Au milieu des fumigènes, en capitaine, Hamsik va à la rencontre des Ultras pour savoir si le match doit se dérouler. Le Napolitain d’adoption est définitivement adopté.

Pourtant, la seconde saison de Benitez est pénible. Bridé, pas à son poste, le Slovaque cumule les performances moyennes et son leadership est remis en cause. Le San Paolo perd patience et se retourne contre son joueur, copieusement sifflé un soir de décembre 2014. Pas de quoi abattre celui qui dispute déjà sa huitième saison au club. Les sollicitations des autres clubs ? Hamsik en a l’habitude. Il réitère à nouveau son souhait de rester à Naples jusqu’à la fin de sa carrière. Le club empoche au passage la Super Coupe d’Italie contre la Juventus. A force de travail, Hamsik retrouve son niveau et termine la saison avec 17 buts et 17 passes décisives au compteur. Mais c’est la saison dernière, sous les ordres de Sarri que le capitaine a franchi un nouveau cap. Replacé relayeur gauche, il réalise une saison énorme de bout en bout. Le Slovaque règne en métronome sur le milieu de terrain de son équipe. Dans le sillage d’un Gonzalo Higuain exceptionnel, le Napoli retrouve la place de dauphin et s’offre le droit de disputer une nouvelle Champions League.

Déjà une légende

A l’aube de sa 10e saison au club, les statistiques d’Hamsik à Naples impressionnent. Le Slovaque est le troisième joueur le plus capé de l’histoire avec 401 matchs disputés. Il est aussi le cinquième meilleur buteur du Napoli avec ses 98 buts inscrits, à seulement 17 buts de Maradona.  Le Slovaque a aussi distribué 93 offrandes à ses coéquipiers. Si les chiffres suffisent à illustrer l’empreinte déjà laissée par Marekiaro à Naples, son investissement au club, lui, n’est pas quantifiable. Il s’est affirmé en même temps que son club est revenu au sommet. Toujours proche des tifosi, Hamsik a su se fondre à l’image de sa ville grâce à son attitude toujours respectueuse et besogneuse. Une ville fière pour laquelle le numéro 17 n’a cessé de s’investir.

Alors qu’Higuain a rejoint le rival turinois, ou que Pogba et Pjanic ont décidé de quitter leurs clubs cet été, Marek Hamsik est donc resté chez lui. Cette saison, un nouveau défi attend les Partenopei. Sans leur buteur argentin, ils devront confirmer leur bonne saison et jouer un rôle en Europe. A voir la partition rendue en amical contre Monaco, une chose est certaine, il Capitano est là et bien là.




🔥 Les sujets chauds du jour :

« Scamacca peut être l’avant-centre dont l’Italie a besoin », Cesare Prandelli

Frattesi nomme deux légendes italiennes comme étant des modèles

Jorginho révèle deux choses dont l’Italie a besoin pour battre l’Espagne

Totti nomme deux joueurs italiens qui auraient pu figurer dans l’équipe de la Coupe du monde 2006

« Nous devons être confiants et fiers de cette équipe nationale », Claudio Marchisio

Avatar

Ken Fernandez

Rédacteur



Derniers articles