Au Napoli, les bannis de la Nazionale attendent leur heure

Par Cesco publié le 18 Juil 2016

GabbiadiniTrois joueurs, trois problématiques différentes et pourtant, ces trois là pourraient (et devraient) être très prochainement les fers de lance d’une future Nazionale.

Insigne doit être plus incisif

Pourtant avec des statistiques impressionnantes, Insigne premier du nom a fait du mieux qu’il a pu pour convaincre Conte. Malheureusement, si sa place dans les 23 a été assurée, ce n’est pas le cas de sa place de titulaire. En cause, son impact physique en inadéquation avec le schéma demandé par Conte. Sur la saison avec le Napoli, Insigne n’a pourtant pas démérité avec 12 buts et 10 passes décisives. Mais il y a deux mais. Le premier concerne son impact lors des gros matchs. Si l’on prend en considération le top 5 de la saison passée sans le Napoli (Juventus, AS Roma, Inter, Fiorentina et Sassuolo), Lorenzo n’y est pas vraiment. 2 buts et 1 passe décisive en 10 matchs (11 si l’on rajoute le match de Coppa Italia face à l’Inter). Le deuxième mais concerne sa régularité. Si sa première partie de saison a été étincelante, la deuxième a montré ses lacunes sur le plan physique. Sur ses 18 derniers matchs toutes compétitions confondues, il n’inscrit que 3 buts et ne délivre aucune passe décisive.

Gabbiadini prie t-il la Juventus ?

Avec le départ de plus en plus probable de Gonzalo Higuain pour la Juventus, le grand gagnant serait italien en la personne de Manolo Gabbiadini. Cantonné logiquement au banc à la vue des performances de son coéquipier argentin, il a su profiter des rares titularisations qu’il a eu à se mettre sous la main (3 buts sur ses 4 titularisations). Pour enfin passer un cap et espérer devenir le nouveau numéro 9 de la Nazionale, il lui faudra jouer avec plus de continuité, que ce soit au Napoli, ou ailleurs si Higuain décide de rester un peu plus du côté du San Paolo. En cette période de carence d’avant centre du côté de la botte, ça serait dommage de se priver du talent de Manolo.

Jorginho doit confirmer

Bien malin celui qui pourra reprocher quelque chose à Jorginho cette année en Serie A. Un excès d’agressivité peut-être avec 11 cartons jaunes et 1 rouge récoltés avec le Napoli. Véritable playmaker et homme clé du dispositif de Sarri, Jorginho ne doit sa non sélection en Nazionale qu’à cause de l’orientation voulue par Conte pour son équipe (certains diront de ses affinités avec d’anciens Juventini). S’il n’a pas été à l’Euro en 2016, faut-il vraiment douter de son avenir en Nazionale ? Bien sur que non. En 2018 il sera, sauf blessure, le nouveau maitre à jouer de cette équipe. Celui qui a totalisé le meilleur ratio de passes réussies cette saison dans le championnat devra maintenant confirmer à l’échelon au dessus pour la première fois de sa carrière, la Champions League.

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi