Napoli, au tournant de son Histoire

Par Rémi Falvo publié le 11 Avr 2019

« Napoli? Ah oui qu’est-ce qu’ils jouent bien… Ca va vite devant, très bon niveau technique… Mais c’est quoi leur dernier titre? » Voilà le genre de discours qu’un tifoso du Napoli a assez entendu ces dernières années. Et ce soir, ainsi que la semaine prochaine, les joueurs de Carlo Ancelotti auront l’occasion de faire prendre à ce club un tournant historique : devenir un club de gagnants.

Groupe de la mort, et coups du sort

Un tournant historique. Rien que ça? Et bien oui. Le Napoli a jusqu’ici su faire parler de lui en bien, en bon élève qu’il est, le genre d’élève particulièrement performant pour les devoirs maison, et qui le jour de l’examen de fin d’année tombe sur le seul sujet qu’il n’a pas étudié. Car la malchance est là aussi. Le Napoli en Champions League, c’est quasiment à chaque fois le groupe de la mort. Ce qui permet et de relativiser le récent échec, et de se cacher derrière son petit doigt. Tout ça est fini. Le Napoli a pris un nouveau statut : celui de favori à un titre. Pour la première fois de son Histoire récente. Très tôt pour dire que l’Europa League lui tend les bras, mais il n’y a rien de scandaleux à affirmer qu’aucun des autres effectifs de cette compétition n’est au dessus des azzurri. A commencer par celui des Gunners. Lacazette meilleur que Mertens? Koscielny meilleur que Koulibaly? Très difficile à dire. Et cela peut être fait pour les onze joueurs, ça fonctionne. Et malgré tout le fatalisme pousse à croire que le Napoli risque de retomber dans ses travers. Ceux qui lui ont fait littéralement perdre le titre de Champions d’Italie en 2017 avec Sarri. Ceux qui étaient déjà présents sous Mazzarri quand le Napoli se fait sortir de la Champions League par le Chelsea de Di Matteo en 2012, après avoir pourtant gagné 3-1 à l’aller. Comme une mini-remontada. Et comme ceux qui lui empêchent de sortir des poules en 2013 au profit d’un certain… Arsenal.

Un sentiment de grandeur

Cette étiquette de gentil looser qui colle au maillot bleu ciel du Napoli peut disparaître en l’espace d’une semaine. Pas totalement, mais ce serait un vrai début. Sortir Arsenal, club qui, bien que connaissant assez bien le domaine du manque à gagner, reste un grand nom européen. un club d’expérience, avec un vrai ADN Champions League, bien plus que le Napoli. Eliminer ce club, pour des joueurs comme Insigne, Koulibaly, ou Milik, cela peut prendre une signification bien particulière. Le déclic peut venir de là. Tout peut venir de ce quart de finale d’Europa League. Ce sentiment de grandeur, Koulibaly risque de partir s’il ne le trouve pas cette saison au Napoli. Il a tout pour le connaître un jour. Autant que ça soit avec le Napoli. Même son de cloche pour Allan, Insigne… Et tous les autres. Mais il est question ici de meneurs d’hommes, de potentiels très grands joueurs. Et pour que le potentiel se concrétise, il faut des résultats. Du solide. Ce soir, l’occasion se présente. Sous les yeux du monde entiers. Le Napoli a déjà grandi en se faisant éliminer par le PSG et Liverpool de la Champions League cette saison, il a appris. Il sait qu’aucun match, aucune équipe, pas même l’étoile rouge de Belgrade ne doit être pris à la légère. Il sait qu’un joueur pas prêt pour une rencontre de Champions League ne doit pasêtre titularisé, à l’image de Mario Rui face au PSG. Mais maintenant, nous verrons si le Maestro Carlo Ancelotti a su inculquer tous les points importants de cette leçon à ses protégés. Et d’être celui qui aura fait prendre ce fameux virage à tout un club.

Rémi Falvo

Rédacteur



Lire aussi