Montolivo et de Jong sont-ils incompatibles ?

Par Guedid Mohamed publié le 20 Déc 2015

Montolivo De JongArrivé au début du mercato estival 2012, il a fallu à Montolivo quelques mois pour s’adapter à sa nouvelle équipe avant de prendre ses responsabilités et être le leader technique du milieu de terrain milanais. Ainsi, après une saison de très haut niveau, le natif de Caravaggio a repris le brassard d’Ambrosini dès l’été 2013, ce qui avait fait couler beaucoup d’encre à l’époque. Après une seconde saison correcte, le néo-capitaine a passé quasiment tout l’exercice 2014-2015 à l’infirmerie. De son côté Nigel de Jong a débarqué à Milanello à la fin du mercato d’été 2012, peu après son acolyte donc, mais lui s’est tout de suite acclimaté à son nouvel environnement. Jusqu’en décembre de la même année et sa grave blessure, le Néerlandais a été l’un des meilleurs rossoneri. Il revient l’été suivant pour réaliser deux saisons individuellement de bonne facture même si l’équipe a terriblement chuté au classement. Durant 3 éditions de Serie A, le Milan aura donc eu deux milieux terrain qui ont souvent fait leur travail quand ils étaient en forme mais qui n’ont pas tant joué ensemble que ça. En effet, selon leurs indisponibilités respectives, ils n’ont joué qu’une saison complète ensemble et étaient souvent alignés avec un sous-fifre (Poli quand ce n’était pas Muntari) dans un milieu composé de trois éléments. L’association entre nos deux héros du jour était correcte voire satisfaisante.

Changement de dispositif ou départ imminent

L’arrivée de Mihajlović a boulversé la donne. Alors que les deux joueurs sont à sa disposition, l’entraîneur serbe n’arrive pas à les associer dans son milieu à deux. Pourtant, un playmaker ça devrait bien pouvoir jouer avec seulement un milieu défensif pour lui servir de garde du corps, non ? Un peu comme Pirlo avec Gattuso. Pour Mihajlović qui les voit tous les jours à l’entraînement, la réponse est non. En tout cas pas sans un relayeur comme Poli, Muntari, Ambrosini, Seedorf ou encore Perrotta. Une idée testée et approuvée par des grands noms comme Ancelotti et Lippi. Le 4-3-1-2, son dispositif de départ qui offrait pourtant de la place à nos deux protagonistes s’étant révélé inoffensif, l’entraîneur rossonero a fait muter ses pions en 4-4-2. Une approche de jeu qui fait ses preuves puisqu’en 3 utilisations en Serie A, le Milan n’a encaissé aucun but dans le jeu. Contre le Hellas le week-end dernier, Montolivo et de Jong ont été pour la première fois alignés ensemble dans un milieu axial à deux et ce fut un échec cuisant.

En effet, l’italien n’a pas réussi à répéter ses gammes en se ratant sur des transmissions latérales des plus simples, lui qui nous avait habitué à un jeu millimétré ses dernières semaines s’est montré moins sûr dans son jeu un peu comme quand Verratti et Pirlo se marchent sur les pieds. Défensivement parlant, l’équipe n’a pas été au mieux également en concédant une occasion plein axe obligeant le Orange à se sacrifier et à concéder le penalty. On ne change pas une tactique qui fonctionne, donc Milan va, du moins pour le moment, continuer à jouer comme ça tout en s’efforçant d’être plus réaliste devant les buts. Le choix des hommes ne fait sûrement plus de doute dans la tête de Mihajlović, Kucka étant aussi devant un Bertolacci un peu juste défensivement dans le 4-4-2 et un Poli trop souvent brouillon. Dans ces conditions, un départ de de Jong est malheureusement très probable pour l’une des deux prochaines sessions de mercato.

Guedid Mohamed

Rédacteur Milan



Lire aussi