Mission maintien pour Mihajlovic à Bologna

Par Gilbert Simonutti publié le 03 Fév 2019

10 après, Sinisa Mihajlovic revient au Bologna avec l’objectif de maintenir le club en Serie A. Une tache difficile mais pas impossible pour le successeur d’Inzaghi.

Le destin est parfois ironique. C’est en tout cas ce qu’à du se dire Filippo Inzaghi en apprenant que Mihajlovic allait prendre sa place sur le banc des Rossoblu. Cela était déjà arrivé au Milan en 2015. Ce clin d’œil du destin mis à part, la situation du champion du Monde 2006 était devenue intenable depuis dimanche et l’humiliation subie au Dall’Ara contre Frosinone (0-4) dans un match pourtant décisif pour le maintien. Une défaite sans appel qui a fait bondir de colère le président Saputo. celui-ci n’a d’ailleurs pas mâché ses mots en conférence de presse. « L’équipe a fait pitié et des changements vont avoir lieu, » avait-il dit aux journalistes juste après la rencontre. Le sort de Superpippo était scellée. Pour le remplacer donc, place à Sinisa Mihajlovic, un coach caractériel avec de la poigne qui a 4 mois devant lui pour mener à bien une mission commando nommée maintien. Pour le coach serbe, c’est un retour puisqu’il avait déjà entrainé le club il y a 10 ans. Une expérience mitigée qui n’a durée que 21 matchs, Mihajlovic ayant pris le club en cours de saison avant d’être limogé a 7 journées de la fin. Une autre époque mais l’obligation pour lui de maintenir Bologna s’il veut continuer son aventure sous les Due Torri au-delà de cette saison, son contrat étant de 6 mois plus une année en option si les Rossoblu restent dans l’élite.

Probable retour au 433

La tache s’annonce difficile pour l’ancien défenseur de la Lazio et de la Roma au vu de la première partie de saison du Bologna. Au classement, les Felsinei sont en position de premier relégable respectivement à 3 et 4 points d’Empoli et de l’Udinese. Rien de tragique en soi étant donné qu’il reste 17 rencontres mais le mal semble profond pour un club qui n’a pas réussi à gérer l’après Donadoni. Ceci d’autant plus que le club n’a gagné que deux rencontres cette saison, la dernière en octobre. Manque flagrant de fond de jeu, équipe frileuse, plus mauvaise attaque du championnat, le Bologna made in Inzaghi n’était pas beau a voir malgré quelques coups d’éclats qui laissaient présager des jours meilleurs. Mihajolivc devrait d’ailleurs tout de suite faire un choix fort tactiquement en délaissant le 352 spéculatif d’Inzaghi pour revenir au 433 qui avait plutôt bien fonctionné sous la gestion précédente.

Va-t-il récupérer Destro ?

Si le mercato n’a pas révolutionné l’effectif, Saputo a tenu parole en apportant du sang neuf et de la concurrence. Soriano et Sansone étaient déjà arrivés au moment du changement de coach et Mihajlovic a obtenu in extremis les renforts de Lyanco et Edera, deux joueurs qu’il désirait tout particulièrement. Au delà des nouveaux venus, l’ancien adjoint de Mancini doit également récupérer à la cause des joueurs importants comme Dzemaili, relégué en bout de banc par Inzaghi, et Mattia Destro, lui aussi en perdition depuis quelques temps. Un travail qui risque de prendre un peu de temps alors que c’est bien ce qu’il manque vu le niveau d’alerte actuel. Pour sa première, Mihajlovic débutera à San Siro contre l’Inter de Spalletti, le même coach qu’il avait affronté pour son arrivé à Bologna lors de sa premier passage il y a 10 ans. Pour l’anecdote, le match s’était fini sur un score de parité (1-1). Un résultat qui pourrait convenir à Mihajlovic aujourd’hui.

Gilbert Simonutti

Rédacteur



Lire aussi