Milinkovic-Savic, le vrai trésor de la Lazio ?

Par Jérémie Panizzoli publié le 14 Jan 2017
Crédits

Milinkovic

Un début de carrière explosif

Alors qu’il compte à peine 19 ans et seulement une titularisation et un but en professionnel, Sergei Milinkovic-Savic va remporter la coupe nationale de Serbie. Certes, le trophée n’est pas le plus prestigieux mais lorsque l’on connaît la mainmise des deux géants de Belgrade, l’Etoile Rouge et le Partizan, cela permet de mesurer la portée de l’exploit. L’ancien club de Mihajlovic devenant trop petit pour le jeune talent, il était donc logique que Milinkovic-Savic parte dans un championnat plus huppé. Cependant, en atterrissant en Belgique au KRC Genk plus précisément, le milieu de terrain débarquait dans un championnat rude et physique. Avec une formation moyenne et limitée, Sergei va vite s’imposer et montrer l’étendue de son talent. Son but face à Mechelen sera l’un des plus beaux de la saison européenne. Malgré une activité intéressante et une place de titulaire indiscutable dès le mois de janvier, le club belge va vivre ce qu’avait vécu Vojvodina un an auparavant. Un départ pour un championnat majeur est obligatoire pour la progression du gamin. Cette opportunité va s’appeler Lazio

https://www.youtube.com/watch?v=opoPhSg8tXQ

Une arrivée en Italie difficile

L’arrivée chez les Biancocelesti ne va pas être la copie conforme des expériences précédentes. Soumis à une forte concurrence, le Serbe va certes connaître une titularisation pour la première journée de championnat face à Bologna mais les matchs suivants vont le voir osciller entre le banc et le terrain. Plus important, son niveau de performance ne va pas être au rendez-vous. Aligné à la récupération dans un 4-2-3-1 ou derrière l’attaquant dans ce même schéma, Milinkovic-Savic va se perdre et son influence et sa justesse vont évidemment en pâtir. En presque six mois avec le club Laziale, il ne comptera qu’1 seule passe décisive et aucun but en 13 rencontres. Malgré l’excuse de la jeunesse et de l’adaptation, le bilan à mi parcours ne rassurait personne. Mais après cette phase d’intégration assimilée, le joueur allait vivre une sorte de second souffle.

Un électrochoc nommé Inzaghi

En scorant son premier but pour le premier match de l’année civile 2016 sur le terrain de la Fiorentina dans un 4-3-3, le déclic semblait arrivé. Pourtant, les Biancocelesti ne parviennent pas à enchaîner les bonnes performances. Malgré un soutien indéfectible de la part du Mister en place, Stefano Pioli, le Serbe ne va pas réussir à passer la seconde. Le derby perdu sur un score fleuve sera fatal à Pioli. Simone Inzaghi prend la suite, en remettant les compteurs à zéro. Sur les sept dernières rencontres, Milinkovic-Savic ne jouera que trois fins de matchs. Si l’effet principal aurait pu mettre la tête dans le sac au jeune milieu de terrain, il allait surtout produire un électrochoc. Conscient qu’il ne bénéficiait plus de passe-droit, il se mettait à fond dans le travail pour gagner du crédit auprès de son coach. La préparation d’avant-saison effectuée entièrement, le Laziale était à bloc.

Une saison 2016-2017 de haut vol (pour le moment)

Titularisé dès le premier match à Bergame, Milinkovic-Savic délivre une passe décisive pour Immobile pour le premier but inscrit par la Lazio en Serie A. Aligné aux cotés de Biglia et Parolo, il parait à l’aise et inspiré. Les matchs suivants face à la Juventus et au Chievo ne le verront pas titulaire, peu importe. Face à Pescara pour la quatrième journée, il réintègre le onze titulaire et n’en ressortira plus. Naviguant entre le 4-3-3 et le 3-5-2, Milinkovic va être le second maître à jouer derrière Biglia. Buteur face à Pescara, Palermo et la Sampdoria, il va également être passeur décisif à 4 reprises. Très sûr techniquement malgré sa grande taille, il excelle dans l’orientation du jeu et son jeu de tête est redoutable. Il n’est donc pas étonnant qu’à partir de ce postulat de départ, Milinkovic-Savic intéresse des clubs plus huppés. La Juventus a commencé à se manifester et d’autres clubs anglais sont sur le coup. S’il souhaite prolonger la belle aventure entamée à Vojvodina, il doit continuer de travailler sans se reposer sur ses acquis. Inzaghino a senti que l’exigence et la discipline étaient le moteur du Serbe. Au joueur désormais de mener sa formation le plus haut possible au classement. Ensuite, il sera temps de voir si la Lazio a les moyens de ses ambitions en gardant sa jeune pépite…

https://www.youtube.com/watch?v=dzfGJrJl_x8

 




🔥 Les sujets chauds du jour :

Fabio Cannavaro justifie son choix pour l’Udinese

« L’objectif est d’obtenir le meilleur résultat », Massimiliano Allegri

Ibrahimovic propose Xavi Hernandez au poste d’entraîneur du Milan AC

La Juventus s’intéresse à Patrick Dorgu

De Rossi encense Thiago Motta avant le match face à Bologne

Avatar

Jérémie Panizzoli

Rédacteur référent pôle events & live



Derniers articles