Milik, chômage technique

Par Nicolas Boutaric publié le 21 Nov 2020

Joueur du SSC Napoli depuis 2016, Arkadiuz Milik vit actuellement une période sombre de sa carrière. Non inscrit et donc non qualifié sur les listes de Série A et d’Europa League, le Polonais connait un début de saison chaotique avec son club et ses dirigeants et attend de pied ferme le mercato hivernal pour dire adieu au club Partenopei.

Un désir d’ailleurs…?

Cela a été le feuilleton de l’été et de la rentrée du coté de la baie de Naples. Savoir si son numéro 9, ou plutôt 99, Milik, resterait au club ou s’engagerait ailleurs. L’envie du club et celle du joueur étaient partagées. Dès le début d’année, Milik fait savoir à ses dirigeants qu’il souhaite quitter le Napoli et ne désire pas prolonger son contrat qui court pourtant jusqu’en juin 2021. Le président napolitain De Laurentiis est ferme et fait savoir que son attaquant ne partira pas en dessous de 50 millions d’euros.

La Juventus est la première à montrer son intérêt pour le joueur, notamment Maurizio Sarri son ancien entraineur à Naples. Mais le coach est vite remplacé par Andrea Pirlo à la tête de la Vieille Dame et Milik n’est plus une priorité. Un échange Dzeko à la Juventus et Milik à l’AS Roma est même un temps envisagé… Les giallorossi se positionnent mais les négociations sont compliquées. Le joueur, motivé et désireux de jouer dans le club de la capitale passe même sa visite médicale, mais les dirigeants Napolitains et Romains ne s’accordent pas. La proposition de 25 millions d’euros ne convient ni aux dirigeants Napolitains ni, finalement, à Milik.

Ou une envie de rester…?

Le joueur décide donc à la fin du mois d’août de rester dans son club et d’attendre le mercato hivernal pour choisir. Le président Napolitain De Laurentiis est furieux de ce revirement de situation car il a déjà recruté un remplaçant à Milik, le Lillois Victor Osimhen pour environ 80 millions d’euros. Avec le COVID19, l’économie se tend et chacun compte ses sous sans vouloir perdre le moindre centimes. Le bras de fer entre les dirigeants et le joueur se durcit. Durant le mois de septembre Milik suscite de multiples intérêts en Italie (Fiorentina), en Angleterre (Everton et Tottenham), en Espagne (Atletico Madrid et Valence) et en Allemagne (Leipzig, Wolfsburg et le Bayer Leverkusen) mais rien n’y fait. Le jouer veut jouer à Naples et éventuellement partir au mercato de janvier 2021.

Un dialogue rompu

Le voila maintenant en marge du groupe pro. Gattuso semble suivre les directives de son président et le joueur polonais n’est même pas qualifié pour la saison 2020/2021. Un immense gâchis car, malgré ces deux premières saisons raccourcies par deux graves blessures au genou, il reste un attaquant important pour Naples avec une quinzaine de buts par saison depuis 2 ans. Le joueur de 26 ans devait prendre la place, et faire oublier, Gonzalo Higuain sur le front de l’attaque. Ses 4 saisons au club Partenopei seront donc entachées de ses deux graves blessures, malgré ses buts et la confiance de Gattuso, il n’aura jamais réellement convaincu sur le front de l’attaque napolitaine car souvent barré par Mertens.  De plus, fait marquant, il est le joueur qui marque le penalty victorieux face à la Juventus en Coupe d’Italie cette année. Au final, le joueur a clairement fait son choix. Celui ci l’a fait savoir via une interview d’avant match international avec la Pologne : « A Naples, (…) on m’a laissé le choix entre une prolongation de 5 ans ou partir. J’ai décidé de partir car je voulais un nouveau challenge. »

Le torchon brûle donc entre les dirigeants napolitains et Arkadiuz Milik. Le divorce est clairement prononcé depuis quelques semaines. Qu’en sera t’il de l’avenir du joueur ? Après 4 mois sans le moindre temps de jeu, parviendra t’il à convaincre les autres clubs ? Est-ce que le dialogue De Laurentis / Milik pourra reprendre sous l’effet d’un accord consenti par les deux parties ? Osimhen et Petagna feront-ils oublier le buteur polonais ? Réponse sur le terrain… et surtout, en coulisses ! Aspetta a vedere…

Nicolas Boutaric



Lire aussi