Les nouvelles têtes de Serie A : Michaël Cuisance, un vainqueur de Champions League dans la ville inondée (2/6)

Par Aurélien Bayard publié le 27 Jan 2022
Crédits

Chaque mercato donne lieu à l’arrivée de nouveaux visages en Italie. Venus pour palier une blessure, renforcer un secteur fragile ou pour donner plus de profondeur à un effectif, ces recrues récentes sont arrivées en Serie A au mois de janvier 2022. Calciomio accueille ces nouvelles têtes en présentant le vécu du joueur, le contexte de son arrivée et l’apport qu’il aura dans sa nouvelle équipe. Deuxième épisode avec Michaël Cuisance, ou quand un vainqueur de Champions League cherche à relancer sa carrière.

Qui es-tu Michaël Cuisance ?

Le petit crack de l’Est de la France n’a pas encore répondu à toutes les attentes placées en lui. Toutefois, le fait que Michaël Cuisance soit le sociétaire du Rekordmeister reste un gage de qualité. Dès sa prime jeunesse, les différentes licences s’enchaînent rapidement. À cinq ans, il intègre un club du quartier de Strasbourg, la Montagne Verte, histoire d’avoir une activité physique. À six, son père l’envoie au FC Koenigshoffen 06, mieux coté que son ancienne équipe. Et à sept ans le voilà à l’ASPTT de la capitale de la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Là encore, il ne s’éternisera pas. Dorothée Mutschler, sa coach, recommande au Racing Club de Strasbourg de venir observer le jeune gaucher. Subjugués, les recruteurs l’emmènent dans leur valise, et durant cinq saisons, il fera les beaux jours des différentes équipes jeunes.

La perte du statut professionnel du RSCA – due à des finances dans le rouge – scelle la fin de son histoire avec le club alsacien et finit par le propulser dans les bras de l’AS Nancy-Lorraine. À l’instar d’un Morgan Schneiderlin, il est écrit que Cuisance n’explosera pas dans le Bas-Rhin. Ni à l’ASNL d’ailleurs. À 16 ans, alors qu’il doit signer son contrat aspirant, ses agents ainsi que sa famille estiment qu’il mérite mieux. Si le milieu de terrain ne gambade plus sur les près avec un maillot frappé d’un chardon, il continue d’étonner avec celui des Bleus.

Une cour assidue commence pour récupérer le natif de Strasbourg. Si la Juventus toque à la porte, c’est Manchester City qui place la barre le plus haut : Pep Guardiola rencontre le jeune homme pour le convaincre de venir dans le Nord-Ouest de l’Angleterre. Impressionné, Michaël décide après réflexion de choisir un club moins huppé afin d’être sûr de jouer régulièrement. Il traverse donc le Rhin et se retrouve au Borussia Mönchengladbach.

Le contexte de son arrivée

L’aventure commence bien chez les Fohlen. Il fait ses débuts professionnels le 19 septembre 2017 face à Stuttgart et arrive rapidement à être considéré comme un joueur important de l’autre Borussia. Sauf qu’après cet exercice réussi, Cuisance commence déjà à avoir la bougeotte, surtout lorsque le Bayern vient se renseigner pour un éventuel transfert. Bien que moins utilisé, Hasan Salihamidžić est toujours sous le charme du Français. Il arrive à le faire rallier la Bavière contre un chèque de douze millions d’euros.

Malgré ses débuts en août, le milieu de terrain joue peu. Il rêve toujours d’être une légende du Rekordmeister mais n’est pas contre un prêt pour emmagasiner de l’expérience. Cuisance ne signe donc pas dans n’importe quel club : il arrive à Marseille, ville natale de son idole Zinedine Zidane.

Au sein de la cité phocéenne, le natif de Strasbourg ne marque malheureusement pas les esprits. Le contexte sportif particulier – un André Villas-Boas menaçant régulièrement de quitter le club et une fronde des supporters contre le président Jacques-Henry Eyraud – peut être une circonstance atténuante à sa saison quelconque. De retour au FCB, Cuisance pose tellement ses fesses sur le banc qu’il pourrait avoir des escarres. C’est donc un joueur qui souhaite donner un nouvel élan à sa carrière qui débarque à Venezia.

Ses premières apparitions

Aussitôt arrivé, aussitôt titularisé. Paolo Zanetti l’a déjà fait débuter trois fois en autant de matchs. Des prestations convenables qui laissent imaginer une montée en puissance. Trequartista, milieu offensif voire relayeur, le Français offre de multiples options à l’ancien joueur du Torino. Il sera donc un élément indispensable dans la course au maintien des Arancioneroverdi.

A retrouver aussi dans ce dossier sur les recrues :

1 – Sergio Oliveira
2 – Michaël Cuisance
3 – Krzysztof Piatek
4 – Alex Tuanzebe
5 – Luis Nani
6 – à venir

Recevez chaque jour les actus du foot italien dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter quotidienne (gratuite)

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Aurélien Bayard



Derniers articles