Mattia Caldara, le moment de se relancer

Par Nicolas Segura publié le 15 Jan 2020

Il est de retour à la maison. Le Bergamasque de naissance va de nouveau vêtir le maillot bleu et noir de l’Atalanta, un an et demi après être parti. D’un avenir tout tracé dans un grand club et en sélection, le voilà revenu au point de départ. L’Atalanta a négocié un prêt gratuit de 18 mois avec option d’achat. Une transaction très bien menée par la Dea, qui pourrait récupérer le joueur pour un montant plutôt raisonnable (15 millions selon DiMarzio). Ce retour est loin d’être une mauvaise nouvelle, à la fois pour lui et pour le club.

Reculer pour mieux sauter ?

Janvier 2017, la Juventus annonce le transfert de Mattia Caldara. Pourtant, le joueur n’a qu’une demi-saison de Serie A dans les jambes. C’est aussi dire à quel point la Vieille Dame compte sur lui en tant que futur titulaire. Sur le papier, l’accord conclu entre les deux clubs est très cohérent : Caldara restera à l’Atalanta jusqu’en juin 2018 en prêt pour poursuivre sa formation. Celle-ci se passe à merveille. Ses performances impressionnent et attirent l’oeil du sélectionneur Roberto Mancini. Celui-ci n’hésite pas à lui faire confiance et à le convoquer fin mai 2018. Au final, il n’a même pas joué sous le maillot bianconero. Inclus dans l’échange avec Bonucci, il se dirige donc vers le Milan AC avec une sélection au compteur. Mais là-bas, les soucis s’accumulent malgré une deuxième sélection en septembre 2018. Des blessures, dont une aux ligaments croisés et une autre au tendon d’achille, l’ont éloigné des terrains sans lui laisser de répit. Il dispute seulement deux matchs avec les Rossoneri. De retour dans l’effectif en novembre dernier, il n’entre pas dans les plans de Stefano Pioli.

Au mercato, partir semble la meilleure solution pour lui : quoi de mieux que de retourner dans son club de cœur, où les tifosi attendent avec impatience son retour ? « Ce club, c’est sa maison, tôt ou tard, il devait revenir même si je ne m’attendais pas à un retour aussi rapide » a avoué Gasperini. Son émotion lors de ses adieux sous-entendait que son histoire avec l’Atalanta n’était pas finie. Certains diront qu’il a choisi la facilité en retournant au bercail, mais ce choix semble évident. Avec ce club, il s’est révélé aux yeux des meilleurs clubs italiens et il est devenu international italien. Un retour en sélection est peut-être prématuré. Mais s’il retrouve son niveau d’antan et si son physique suit, il pourrait de nouveau frapper à la porte de la Nazionale.

Un renfort de poids pour la Champions League

Après le départ de Skrtel au bout de quelques jours cet été, l’Atalanta misait sur Simon Kjaer pour apporter de l’expérience. Mais au final, ça a été un échec : seulement six matchs joués par le capitaine de la sélection danoise. Lors de ce mercato hivernal, Kjaer a fait le chemin inverse : il est allé au Milan AC. Déjà là lors de l’épopée en Europa League, Caldara revient pour vivre l’un des passages les plus importants de l’histoire de l’Atalanta. Le club peut faire renaître l’ancien prodige et lui peut aider l’arrière-garde peu solide. Actuelle huitième meilleure défense de Serie A, il manque de profondeur dans ce secteur. Entre un Masiello de moins en moins titulaire et un Kjaer absent, ce sont surtout Djimsiti, Toloi et Palomino qui ont disputé les matchs importants. Dernièrement, la défense a rassuré : le club a encaissé seulement un but lors des trois derniers matchs. Un cinquième joueur à ce poste est presque nécessaire : la Dea est encore en lice dans trois compétitions.

Nicolas Segura



Lire aussi