Marotta à l’Inter pour réduire l’écart avec la Juventus ?

Par Fabio Pendolino publié le 11 Nov 2018

Après huit ans passés en tant que directeur général à la Juventus, le départ de Giuseppe Marotta a été officialisé le 31 octobre dernier alors qu’il l’avait déclaré, de façon surprenante, après le match contre le Napoli. Alors que les raisons qui ont motivé ce choix filtrent doucement, il semble que la stratégie que souhaite désormais adopter le board bianconero soit en contradiction avec les convictions de l’ex directeur et que le club aurait ainsi décidé de tourner la page. Un temps annoncé à Manchester United, la rumeur la plus insistante envoit Marotta à l’Inter. Pour quel poste ? Un tel recrutement aurait-il du sens ?

Les divergences sur la suite à donner au projet bianconero et un hypothétique conflit avec le président Agnelli auraient donc donné envie à Marotta et à la Juventus de se séparer. Continuer un projet centré sur l’Italie, avec des joueurs jeunes, serait ce que désirait réaliser « Beppe ». Certaines sources avancent ainsi que l’ancien directeur n’était pas aussi enthousiaste que les autres dirigeants juventini quant aux dépenses nécessaires pour faire venir Cristiano Ronaldo par exemple. S’il s’agit d’une rumeur non confirmée, les mérites du transfert ont quasi intégralement été attribués à Fabio Paratici qui, même s’il s’occupe du côté mercato, travaillait en synergie avec Marotta. Cela semble d’autant plus intéressant à signaler que Paratici devrait prendre la place vacante et devenir responsable du côté sportif, occupant désormais les deux rôles. Lui donner ainsi plus d’importance, plus de visibilité avant qu’il n’obtienne plus d’importance et de pouvoir.

Il convient aussi de rappeler, dans l’optique d’une arrivée de Marotta à l’Inter, qu’il ne s’occupait pas de choisir les profils de joueurs qui seraient susceptibles d’être transféré à la Juventus (rôle de Paratici). Marotta était plutôt en charge du volet financier ; une fois les joueurs choisis par Paratici, le directeur général s’occupait alors de mettre en place les colpi. Alors qu’Ausilio a enchaîné des opérations intéressants d’un point de vue sportif et financier, tout en suivant le trademark de l’ancien bianconero (prêts payants avec option d’achat, joueurs en fin de contrat), quel rôle occuperait Marotta avec la Beneamata ?

A riveder le stelle

« Je veux les meilleurs, joueurs ou dirigeants ». La phrase est signée Steven Zhang, président de l’Inter et vue l’actualité, elle peut être clairement interprétée comme liée à Marotta. Même son de cloche chez Spalletti, qui déclarait « je le connais et c’est un grand professionnel, il pourrait apporter son aide ». Le fait est que depuis la reprise de l’Inter par Thohir dans un premier temps, le changement de propriété avec Suning dans un second, l’équipe de dirigeants a été constamment modifiée, et améliorée, pour supporter les ambitions du projet. C’est dans ce sens que ce recrutement a du sens : décrocher la signature d’un manager reconnu, que ce soit en Italie ou en Europe, avec un gros réseau professionnel, ne peut que faire du bien à l’Inter. Il s’agit tout de même d’un manager qui a remporté plusieurs prix individuels, le dernier fin septembre avec le prix « best executive » délivré par WFS Industry Awards.
Il suffit de se rendre compte du progrès réalisé par la Vecchia Signora pendant les huit ans de mandat de Marotta. C’est d’autant plus vrai que des parallèles peuvent être dressés entre les trajectoires et projets de renouveau des deux équipes, à quelques années près.

Si l’Inter peut donc être vraisemblablement une destination réaliste pour Marotta, son poste reste une interrogation vue les responsabilités d’Ausilio. Un poste est vacant depuis le départ de Sabatini, qui était co-ordinateur des équipes Suning. Le désormais directeur sportif de la Sampdoria s’était toutefois plaint de « nombreux verrous et de peu d’autonomie« . Des limites qui paraissent incompatibles avec une fonction qu’occuperait Marotta, dont le recrutement servirait surtout à définitivement réduire le gap avec la Juventus et la rejoindre au sommet du football italien.

Fabio Pendolino

Rédacteur



Lire aussi