Maradona – Napoli 87 : un titre historique en cinq dates (replay)

Par Grégory Canale publié le 28 Nov 2020

Légende de l’Argentine et du Napoli, Diego Armando Maradona s’est éteint mercredi 25 novembre 2020 à l’âge de 60 ans. À l’occasion de la disparition de l’une des plus grandes figures de l’histoire de la Serie A, Calciomio vous propose de (re)découvrir ses articles autour du Pibe de Oro. La machine à voyager dans le temps s’arrête aujourd’hui à la saison 1986/1987, premier des deux scudetti de l’histoire napolitaine. Par Ken Fernandez, le 20 mai 2017.

Il y a 30 ans (ndlr 33 ans aujourd’hui), le Napoli de Maradona obtient son premier titre de champion d’Italie. “La victoire du Sud contre le Nord”, de Naples contre les autres et d’une équipe inoubliable dans le meilleur championnat du monde. Retour en cinq matchs sur cette saison 1986/1987 de légende.

Brescia-Napoli : 0-1

14 septembre 1986. La quête du titre des Napolitains débute chez le promu, Brescia. Troisièmes lors de la saison précédente, les Partenopei débordent d’ambition. Maradona, tout juste champion du monde et les Sudistes l’ont annoncé : l’objectif est de détrôner l’ogre turinois, champion quatre fois au cours des cinq dernières saisons. Dans ce match accroché, le Napoli s’en remet au génie de son argentin qui transperce la défense des Rondinelle à la 41e minute. Meilleure équipe de la saison à l’extérieur, le Napoli lance son championnat par un succès important.

Juventus-Napoli : 1-3

9 novembre 1986. Après huit journées, les deux équipes, invaincues, sont en tête du championnat. Au stadio Comunale, rempli de Napolitain, la première mi-temps est fermée, les deux équipes se méfient l’une de l’autre. En seconde période, la Vieille Dame accélère et ouvre le score grâce à Michael Laudrup à la 50e. Le scénario des saisons précédentes semble se renouveler. C’est sans compter sur le mental exceptionnel de cette cuvée napolitaine. Les Partenopei se créent beaucoup d’occasions et renversent le match en deux minutes par Ferrario (73e) et Giordano (75e). Le Napoli s’impose finalement 3-1 à Turin, une première depuis 29 ans. “C’est à ce moment là qu’on a compris qu’on pouvait le faire” affirme Bruscolotti à la fin de la saison.

Napoli-Juventus : 2-1

29 mars 1987. Un San Paolo en ébullition. A six journées de la fin, la bande d’Ottavio Bianchi, battue à l’Inter accueille un dauphin turinois en soif de revanche. Dans un match fou, rythmé par deux joueurs de légende, Maradona et Platini, tous deux passeurs décisifs, le Napoli s’impose 2-1. Renica et de Romano répondent à Serena, buteur pour les Turinois. Plus rien ne semble freiner les Napolitains qui confirment lors de ce deuxième round leur supériorité sur la Vieille Dame. Le témoin est passé. Michel Platini ne soulèvera pas de troisième scudetto avant sa retraite.

Napoli-Milan : 2-1

26 avril 1987. 43e minute de jeu. Giordano, déjà passeur décisif sur le premier but pique son ballon en profondeur en direction de son capitaine. Lancé, Diego prend le dessus et réalise une merveille de contrôle du pied gauche pour s’amener la balle. Un coup de rein plus tard, il élimine le gardien et pousse le ballon dans le but vide. Naples mène 2-0 contre le Milan. Les hommes de Fabio Capello ne reviendront pas malgré un but de Pietro Paolo Virdis, capocannoniere du championnat. Pour la première saison complète de Silvio Berlusconi comme président, le Milan s’incline chez le leader. Plus rien n’arrêtera le Napoli sur la route de son premier titre.

Napoli – Fiorentina : 1-1

10 mai 1987. 85 000 supporters euphoriques, entassés dans un San Paolo volcanique ! A une semaine de la fin du Calcio, le Napoli reçoit la Fiorentina pour concrétiser son premier scudetto historique. Les Partonepei attaquent le match pied au plancher. Rapidement, la mèche est allumée par Carnevale, trouvé par Giordano. Dans le même temps, les supporters apprennent par transistor que l’Inter est menée à Bergame. Un frisson traverse la marée bleue. L’égalisation en première mi-temps d’un jeune attaquant nommé Baggio n’y changera rien. Vers 18 heures, Naples s’enflamme. Malgré le nul, les Azzurri sont champions d’Italie pour la première fois de leur histoire avec trois points d’avance sur la Juve, quatre sur l’Inter. Quelques mois après la Coupe du Monde, le roi Maradona devient éternel dans sa ville d’adoption. Trente ans plus tard, les souvenirs de la “Festa Scudetto” et le « Pibe de Oro » font encore vibrer Naples.

 

Grégory Canale

Rédacteur



Lire aussi