Mancini, le héros inattendu s’appelle Locatelli !

Par Rafaele Graziano publié le 20 Nov 2020

C’est sans doute la révélation italienne de cette trêve internationale, à peine débarqué à Coverciano que déjà, il régale. Il s’est vu attribué une confiance aveugle en un temps record et ses prestations ne laissent guère place au moindre remord, le milieu de terrain Manuel Locatelli s’impose peu à peu en maître de l’autre côté des Alpes. Serie A ou Nazionale, rien ne semble altérer ses performances. Alors, il est là le futur visage du milieu italien ?

À point nommé

Ce qui fait la particularité de son ascension, c’est sa rapidité d’adaptation. Pour rappel, Locatelli n’a que 22 ans et n’a joué que 5 matchs avec la Squadra. Sa 1ère participation n’est due qu’à l’absence du Parisien Verratti et le lance d’emblée dans la cour des grands face à de redoutables Pays-Bas, sa performance est remarquable : 89,3% de passes réussies, 73 ballons touchés (20 de plus que son homologue Barella) et 1 occasion créée, mais surtout, un caractère affirmé malgré un vis-à-vis de taille. Avec le retour du natif de Pescara, Mancini compte sur ses tauliers et rétrograde l’ancien milanais en remplaçant : 11 minutes face à la Pologne et 34 face à des Bataves revanchards lui suffisent pour imposer son style plein de justesse et de pondération – une maturité remarquable pour son âge.

L’apothéose arrivera le 15 novembre, un feu d’artifice représentant l’étendue de son talent face aux Polonais de réputation si accrocheurs : il n’en sera rien. L’Italie déroule, Locatelli régale : 93 ballons touchés, 92,5% de précision de passe dont 41,3% dirigées vers l’avant – véritable masterclass du jeune italien qui affiche une sérénité déroutante dans une rencontre si importante pour la Nazionale et si l’on considère qu’il remplace l’une des références mondiales à ce poste. Pour conclure son aventure en Nations League, Loca décide de manger bosnien et prend littéralement les rennes du milieu de terrain : 103 ballons touchés, plus que n’importe quel autre milieu, tout simplement. Sur 5 rencontres, c’est un moyenne de 87% de précision de passe (81% dans la moitié adverse, 93% dans sa propre moitié) – pas mal, le bleu !

Pas une surprise

Locatelli se dévoile aux yeux du monde entier en Nations League mais en Serie A déjà il faisait – et continue de faire – le bonheur de ses entraîneurs. Dès son arrivée à Sassuolo, De Zerbi sait qu’il possède de véritables talents bruts. L’envergure qu’il donne au jeune Locatelli – en quête de rédemption après la désillusion d’un Milan AC tourmenté – est tout bonnement incroyable. Personnalité, régularité, les médias italiens ne tarissent pas d’éloge envers le milieu neroverde qui n’a jamais obtenu une note inférieure à 6,45 et a même atteint les 8,43 (on frise la perfection, en somme).

En Serie A depuis le début de la saison, Locatelli c’est plus d’une passe clé par match, des tacles, des interceptions, et un rôle davantage orienté vers la création et la distribution du jeu plutôt que vers la finition (malgré 2 buts en 7 matchs déjà). En d’autres termes, lorsqu’il lance ses coéquipiers, c’est souvent décisif, on retiendra notamment deux prestations de haut vol : face au Torino lors d’un 3-3  spectaculaire totalisant 104 passes (92,3% de précision) ou encore face à Cagliari avec ses 115 passes réalisées (87.8% de réussite). En bref, des performances qui non seulement lui valent les honneurs de ses compères comme Marchisio qui le qualifie récemment de « certitude » pour cette Nazionale, mais qui en feront un sérieux atout en vue des prochaines sorties internationales (Euro 2021 et Final Four de Nations League) si rapprochées.

S’il est toujours délicat de dresser un bilan définitif d’un joueur de faible expérience, l’arrivée du fantasque milieu de Sassuolo dans l’effectif azzurro n’en est pas moins plus que prometteuse, de quoi donner de sérieux mots de tête à Mancini quant à sa future sollicitation : jeune, dynamique et charismatique, nul doute que si d’ici un an son rendement est toujours aussi efficace, les hiérarchies pourraient encore évoluer !

Rafaele Graziano



Lire aussi