Mais que devient Alberto Aquilani ?

Par Antoine Marion publié le 26 Fév 2019

Alberto Aquilani fait partie de ses joueurs élégants appréciés de beaucoup, mais dont la carrière nous laissera un goût d’inachevé. Aujourd’hui sans club, il n’a pourtant pas officiellement raccroché les crampons. En attendant, le natif de Rome est revenu vivre chez lui. Certes, on ne le voit plus sur les terrains, mais son quotidien est riche de nouveaux projets ambitieux.

Toujours sans club

Août 2017, Aquilani s’engage 2 saisons à l’UD Las Palmas, avec l’envie de relancer sa carrière après des expériences mitigées à Pescara et Sassuolo. Malheureusement, le milieu de terrain international ne retrouva pas ses lettres de noblesse en Espagne. L’exile tourne court, englué dans une équipe en panne de résultats, il ne peut éviter la relégation des siens. Une résiliation à l’amiable 1 an plus tard et le voilà de retour s’installer en Italie dans sa Rome natale. Ce n’est pas pour venir jouer à l’AS Roma le club de son coeur, mais simplement pour se rapprocher de sa famille au crépuscule d’une carrière mouvementée.

Il déclare alors « avoir encore quelque chose à donner à la Serie A. » Les ambitions sont posées, pourtant il n’a toujours pas été aperçu sur un terrain de football depuis. Une hérésie peut-on penser quand on se rappelle le joueur qu’il fut lors de ses 3 saisons pleines à la Fiorentina. Toutefois, les sollicitations existent. Récemment, c’est la Reggina, aujourd’hui en Serie C, qui pensait faire le gros coup en l’attirant en Calabre. Aquilani refusera finalement l’offre. En attendant des projets plus ambitieux, il continue de s’entraîner seul. L’élégance n’a pas d’âge, tout comme sa qualité de passe au dessus de la moyenne. On se dit qu’il pourrait faire du bien dans bon nombre de clubs en difficultés en quête d’un regista de secours.

Nouveau président du club de ses débuts : la Spes Montesacro

Si celui que l’on surnommait il principe à la Roma est revenu vivre dans sa région d’origine, c’est aussi pour se rapprocher de ses racines de footballeur. Celles qui l’ont révélé, celles de la Spes Montesacro 1908. C’est sur les terrains en terre-battue de l’école de foot du nord de la capitale que le jeune Alberto s’est pris de passion pour le ballon rond. Alors quand l’occasion s’est présentée pour lui de s’y investir, il n’a pas hésité : « c’est un choix affectif, car j’ai acheté le club qui m’a donné l’occasion de rêver et de disposer de tout ce que j’ai aujourd’hui. » Un beau projet, une façon de trouver la stabilité qu’il lui a manqué durant sa vie.

On savait que l’ancien milieu de la Nazionale pouvait se narguer d’une belle mentalité, on en a la preuve. « Je reviens avec une richesse d’expérience à transmettre. Ce sera un nouveau défi pour moi. De là commence une nouvelle histoire, la nôtre. » C’est en effet avec la double casquette de président et éducateur qu’Aquilani arrive dans cette institution centenaire. Certes, cela met sa carrière personnelle quelque peu entre parenthèses, mais c’est un choix assumé car dans son avenir, il y a la banquette d’entraîneur.

Déjà promis à une belle carrière d’entraîneur ?

A travers ce projet audacieux, l’ex-gialorossi souhaite peaufiner son apprentissage, celui d’un métier nouveau. Lui qui aimerait entraîner la Roma un jour, va pour le moment s’occuper des jeunes de la Spes. « J’ai une idée du football précis et nous verrons si je peux la transmettre. Je suis inspiré par De Zerbi de Sassuolo ». Beau modèle, on lui souhaite la même réussite que ce dernier, tant ses équipes respirent le football. L’avenir nous le dira.

Antoine Marion

rédacteur



Lire aussi