Mais dis Benatia, pourquoi t’es là ?

Par Leo Carta publié le 18 Juil 2016
Crédits

Benatia

Une aventure bavaroise mitigée

Ces deux dernières années, Mehdi Benatia n’a pas été épargné par les blessures. Sur les deux dernières saisons, il a manqué pas moins de 6 mois de compétition (en additionnant toutes périodes). Et tout y passe : problèmes au mollet, à la cuisse, déchirure musculaire, claquage. Une condition physique bancale qui ne semble pourtant pas inquiéter les dirigeants turinois qui se sont rassurés ces derniers jours en voyant le résultat des tests physiques que le Marocain avait passé. Tous positifs. De bonne augure donc. Surtout que Benatia semble arriver motivé, malgré la petite mine affichée en conférence de presse. Au Bayern, le défenseur a accumulé de l’expérience en Champion League (6 matchs pleins sur 7 joués lors de sa première saison) et aura goûté au très haut niveau. Sauf qu’en deux ans au Bayern, il n’aura joué que 2134 minutes de championnat. Un total bien inférieur à celui cumulé sur sa seule pige à l’Udinese (2861′). Le résultat d’un physique fragile donc, mais également d’une concurrence rude. Et, comme il le dit lui même, le banc n’est pas fait pour lui. Il a besoin de jouer. A-t-il donc fait le bon choix ?

Parti d’un banc pour en cirer un autre ?

Benatia est un entêté. Un joueur sur de sa force et de ses qualités. A l’Olympique de Marseille déjà il s’était accroché avec José Anigo qui ne le faisait pas jouer malgré la pénurie de défenseurs. Une grinta qui l’aura éloigné des terrains quelques années malgré des qualités indéniables. Car Mehdi est impatient, à l’OM comme au Bayern. Parti de la Roma pour rejoindre un top club européen, il n’a que faire du prestige du blason. Lui ce qu’il veut c’est jouer. Et, comme il l’a précisé lors de sa présentation officielle au Juventus Stadium, un départ avait été envisagé l’hiver dernier sur sa demande expresse. Un transfert tout juste reporté mais dont la destination est inchangée : Turin. Lieu où règne l’une des triplettes les plus solides (pour ne pas dire la plus solide) d’Europe. Comment trouver sa place entre les divers Bonucci, Barzagli et Chiellini qui tournent à plein régime depuis des saisons entières ? Surtout qu’il avoue lui même préférer évoluer dans une défense à quatre. Son arrivée démontre peut-être la volonté du club, et d’Allegri, de faire évoluer le dispositif du club.

Pas de bol pour Rugani ?

Quoi qu’il en soit, la concurrence ne s’arrête pas là car un quatrième soldat, le jeune Rugani, vient déjà compléter les troupes. Le jeune italien avait d’ailleurs pu profiter des blessures de Chiellini et Caceres la saison passée pour aligner quelques matchs. En pleine progression, l’arrivée de Benatia tombe donc assez mal pour lui. Malgré tout, un club comme la Juve, qui vise le toît de l’Europe, doit pouvoir faire tourner son effectif. Et notamment en défense, quand trois des cinq jouent sans s’arrêter depuis l’avènement de Conte. Avec un peu de recul, il semblerait que cette arrivée soit donc un joli coup de réalisé. Si Benatia rentre dans la rotation, il aura du temps de jeu et pourra permettre à l’équipe de proposer d’autres dispositifs tactiques. Ce qui est plus que bienvenu en Europe.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Simone Inzaghi dans le viseur de deux cadors anglais

L’agent de Kvaratskhelia confirme plusieurs offres pour son joueur

La presse italienne encense Daniele De Rossi

Theo Hernandez courtisé, le Milan AC fixe son prix de vente

Mauvaise nouvelle, l’Inter perd un cadre sur blessure

Avatar

Leo Carta

Rédacteur Juventus



Derniers articles