Maccarone : finir en beauté

Par Boris Abbate publié le 12 Août 2016
Crédits

Maccarone Empoli

Il est le portrait typique de l’attaquant à l’ancienne tant apprécié de l’autre coté des Alpes, ajoutez au personnage un surnom des plus originaux, rajoutez-y un brin de folie (comme lorsqu’il s’en va fêter un but en buvant une bière, oui oui…) et vous obtenez la recette du Big Mac. Ou plutôt la recette de Maccarone. Passé par Empoli, l’Angleterre (c’est la bas qu’on lui trouvera le surnom de « Big Mac »), Palermo, Parma, Siena et la Samp, Maccarone est de retour à Empoli depuis 2012, dix ans après son adieu, pour refermer définitivement la boucle. Toutefois, celui qui a largement contribué au maintien de son club dans l’élite avec 23 buts en deux saisons, voit cette année arriver un autre attaquant de la vielle école, un certain Alberto Gilardino, prêt à lui faire concurrence.

Un fauteuil pour deux ?

Un joueur de violon, un Big Mac, si sur le papier le duo promet l’écriture de belles poésies, le terrain en reste un tout autre domaine. Le champion du monde 2006 et le Piémontais cumulent à eux deux 71 ans et 262 buts inscrits au plus haut niveau. Durant les dernières sorties estivales du club toscan, ils ont tous les deux été alternés aux cotés de Pucciarelli, mais ils ont également joué ensemble. C’est la que la question de la complémentarité entre les deux « vieillards » se pose. Généralement, une coppia d’attacco est faite avec deux joueurs aux profils assez différents, Dybala-Mandzukic, Tevez-Llorente, Pelle-Eder sont des exemples de parfaites complémentarité. Or, Gilardino et Maccarone sont deux attaquants de surface aux profils assez similaires. On voit donc mal Martusciello se passer de l’actuel duo Maccarone-Pucciarelli tant il était équilibré.

Ce même Pucciarelli, qui vient tout juste de prolonger son contrat, semble être aujourd’hui le principal obstacle à la formation du fameux duo tant il est important et fondamental pour le mode de jeu d’Empoli. Cependant, les quelques minutes offertes par Gila’ et Maccarone en amical ont été d’un grand spectacle, une-deux, présence dans la surface, prises d’espaces, les deux attaquants se sont constamment recherchés. Il sera donc difficile mais pas impossible de les voir ensemble sur le terrain, de plus, les deux bomber restent des professionnels exemplaires et toujours déterminés, l’occasion d’apporter au groupe une des plus saines concurrence. Méfiance tout de même, on attendait beaucoup du duo Toni-Pazzini au Hellas, et on connait tous la fin de l’histoire…

La dernière danse

En Mai dernier Maccarone a décidé de prolonger l’aventure pour une saison supplémentaire, celle qui ressemble de plus en plus à la dernière. Avec ses 37 ans, celui qui a porté tant de maillots différents jouit d’un CV des plus respectables avec plus de 180 buts au compteur. Sous les couleurs d’Empoli, il a toujours été un acteur fondamental. Il devient même le symbole de l’équipe, le bomber qui conduit les Azzurri en Serie A. Conseiller, moteur et leader d’un groupe qui joue sa survie à chaque saison, le parcours du Big Mac est le symbole d’une carrière intense faite de buts, d’amour et de rage. Son dernier défi sera de conduire une nouvelle fois l’Empoli vers le maintien, avec peut être un Gilardino à ses cotés. Ce qui est sur en revanche, c’est qu’au moment des adieux, l’icône Maccarone entrainera avec lui la nostalgie d’un football simple et spectaculaire.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Un cador italien sur la piste de Karim Adeyemi

Denzel Dumfries sur le point de renouveler à l’Inter Milan

Niclas Füllkrug dans le viseur du Milan AC

Ciro Immobile et la Lazio, c’est fini

C’est officiel, Mehdi Taremi rejoint l’Inter Milan

Avatar

Boris Abbate

Rédacteur



Derniers articles