Lucas Biglia, une absence qui fait mal

Par Nawel Saïdat publié le 23 Nov 2018

Noyé parmi les nombreuses recrues de l’unique mercato estival du Milan AC sous l’ère chinoise, Lucas Biglia est arrivé au club pour la modique somme de 17 millions d’euros. Après plus de quatre saisons passées à la Lazio, l’Argentin semblait prêt pour un nouveau défi. Un défi qui s’est révélé plus compliqué que prévu avec une première saison en dents de scie. Il fallait attendre le début de cette saison 2018 pour le voir révéler son potentiel et ses nombreuses qualités sur le terrain. Toujours discret mais d’une importance capitale du point de vue tactique, nul ne doutait que cette saison allait être la sienne. Malheureusement, une blessure à l’entraînement l’oblige à rester éloigné des terrains pendant au moins quatre mois. Une absence qui déstabilise une équipe en pleine construction et qui se fait vivement ressentir sur le terrain.

Une intelligence de jeu indéniable

Véritable médiateur entre la défense et l’attaque, l’importance du rôle de Biglia n’a fait que de se confirmer au fil des matchs. Si l’Argentin est parvenu à devenir un acteur presque irremplaçable dans la tactique mise en place par Gattuso, c’est tout simplement grâce à sa vision du jeu et à son intelligence. Il faut dire que le joueur possède un Curriculum Vitae bien rempli : du championnat belge à la Serie A, en passant par une soixantaine de sélection avec l’Argentine, sans oublier une finale de Coupe du Monde 2014 disputée contre l’Allemagne… Son expérience et connaissances sont des choses dont les rossoneri ont besoin. C’est lui qui joue le rôle de meneur de jeu au sein du milieu de terrain. Ses relances sont propres, tout comme ses ouvertures et ses actions permettent généralement aux latéraux d’aller s’exprimer librement dans la partie adverse du terrain.
Sa sortie à la 58ème minute pour Bakayoko lors du match contre le Napoli n’a fait que confirmer les pensées des tifosi : le rôle de Biglia est essentiel et son absence sur le terrain provoque une différence de niveau flagrante notamment dans la capacité de l’équipe à conserver le ballon. Une confirmation supplémentaire concernant son rôle de leader discret qu’il savait gérer jusqu’à sa regrettable blessure.

Qui pour le remplacer?

Lucas Biglia possède néanmoins un gros point faible : ses blessures régulières. Malheureusement, il n’y échappera pas non plus cette saison. Blessé à l’entraînement, le joueur rossonero a du se faire opérer du genou et ne rechaussera pas ses crampons avant la fin du moins de février. Son absence provoque une véritable remise en question du côté du Milan AC. S’ajoute à cela la liste des blessés qui s’allonge de jour en jour.
Le fossé entre son jeu et celui de Bakayoko inquiète les tifosi. Ceux-ci n’imaginent pas Bakayoko jouer les remplaçants de Biglia pendant quatre mois minimum. Son manque de précision et surtout de confiance lui font régulièrement perdre le ballon. L’absence de Biglia et sa titularisation forcée permettent néanmoins au français de prendre ses marques sur le terrain. Une légère amélioration est également visible.
Conscients de la situation compliquée dans laquelle se trouve le club à l’heure actuelle, les dirigeants du Milan AC commencent à s’intéresser à de potentielles recrues qui pourraient rejoindre le club lors du mercato hivernal. La situation de Bakayoko ne serait donc que temporaire en attendant l’arrivée d’un nouveau joueur. Les journaux italiens parlent de négociations avec Paredes ou Denis Suarez. De simples rumeurs cependant, d’autant plus que le club est toujours bloqué par les problèmes de Fair-Play Financier. Une chose est sûre : le retour de Montolivo sur le terrain est pour le moment totalement exclu.

Nawel Saïdat

Rédactrice



Lire aussi