Luca Rigoni : La résurrection du Genoa

Par Antoine Martin publié le 09 Avr 2016

luca
A son arrivée au club en Janvier en provenance de Palerme, les Siciliens sont 14ème, le Genoa est 17ème. Aujourd’hui, les Rosanero sont relégables, et le Genoa vient d’entrer dans le Top 10, tout cela n’est pas une coïncidence. Formé à Vicenza, Rigoni s’installe sur le tard en Serie A. En 2008 il signe au Chievo Vérone à l’âge de 24ans, mais ce n’est qu’en 2011 qu’il commence à jouer de manière régulière. Zamparini fleure le bon coup en Juillet 2014, un contrat de 3 ans et une arrivée qui passe inaperçue dans les médias. Pourtant, sur les terrains c’est l’avènement. Rigoni fait régner la terreur. Hargneux, agressif et pas maladroit techniquement, il se découvre même une âme de buteur notamment sur coups de pieds arrêtés, où sa rage fait la différence dans les airs ou dans des cafouillages. En 40 matchs avec Palerme il marque autant de buts qu’en 172 apparitions à Vérone… (10) C’est l’heure de la révélation.

Mis au placard à Palerme

Après une grosse saison à Palerme l’année dernière, Rigoni joue deux matchs avant d’être saqué par Iachini qui lui préfère incompréhensiblement le discret Chochev ou le travailleur Jajalo. Les deux chouchous du Président Zamparini, conseillés par quelques recruteurs douteux d’Europe de l’Est laissent les supporters perplexes. Rigoni est dans la tourmente pour une sombre histoire de contrat, une renégociation (son contrat courait jusqu’en 2017) en vue d’une prolongation qui a mené le joueur à se faire suspendre un mois par le club. Palermo ne voulait tout simplement pas le prolonger à deux ans de la fin de son contrat, son rendement étant jugé inférieur à l’année précédente. Une mauvaise blague qui conduit à une exclusion de l’équipe première et à une braderie grotesque à un rival.

Une nouvelle dimension à 31 ans

L’âge d’or de Luca Rigoni arrive sur le tard dans une carrière plus proche de la fin que du début. Trop tard aussi pour l’Euro c’est quasiment certain, mais le guerrier peut se targuer d’avoir marqué lors des 3 dernières victoires de son club en championnat. Il a offert une courte victoire (1-0) très importante contre Empoli pour sortir du peloton des candidats au maintien. Aujourd’hui il se montre indispensable dans une équipe qui était cruellement en manque de stabilité défensive avant la trêve, car depuis que Rigoni est là, le Genoa n’a encaissé que 3 fois plus d’un but en 16 matchs. Avant tout, son état d’esprit de conquérant sur le terrain pousse à l’admiration, et lui permet de gravir les échelons à force de travail et d’acharnement. Un atout médiatiquement méconnu, mais diaboliquement efficace.

Antoine Martin

Rédacteur



Lire aussi