Lorenzo Pellegrini, symbole de l’hécatombe romaine

Par Loris Meucci publié le 07 Oct 2019

De la simple grippe à la lésion musculaire en passant par la tristement célèbre rupture des ligaments, les pépins n’épargnent pas les giallorossi en ce début de saison. En effet, pas moins de six absences notables amputaient l’AS Roma hier avant la réception de Cagliari. Et comme si cela ne suffisait pas, touché au ménisque et contraint de quitter le terrain, Diawara est venu rallonger cette liste et a rejoint une infirmerie déjà bondée. Problème de préparation ou malédiction, toujours est il que les munitions de Fonseca fondent à vu d’oeil. Et parmi les cartouches manquantes, Lorenzo Pellegrini est sans doute la plus préjudiciable.

Un départ canon qui s’enraye

Véritable leader technique et plus que jamais influent, Pellegrini va devoir se passer des terrains et inversement. Opéré du pied après s’être fracturé le cinquième métatarse, il sera indisponible pendant au minimum deux mois. Une assez longue indisponibilité d’autant plus regrettable que le joueur était en pleine bourre. Déjà auteur de quatre passes décisives, l’international italien s’imposait petit à petit comme le créateur incontournable de son équipe. En soutien de l’attaquant, le milieu de 23 ans a confirmé être une réelle menace pour les défenses adverses de par son jeu déroutant et sa science de la passe. S’il avait déjà été freiné dans sa progression l’année passée avec une cuisse quelque peu capricieuse, cette blessure fait office de premier gros stop dans la jeune carrière du romain. Dommageable également sur le plan international, lui qui a une vraie carte à jouer avec les Azzurri.

Retours et solutions

Si Paulo Fonseca a récemment perdu Davide Zappacosta (genou) pour toute la saison, il va bientôt pouvoir enregistrer certains retours importants. Cengiz Under, absent depuis plus d’un mois, devrait être opérationnel après la trêve internationale. Mkhitaryan lui aussi devrait faire son retour la semaine prochaine. Avec ses deux là, le technicien portugais va déjà avoir une alternative à Kluivert en ce qui concerne l’animation des couloirs ainsi que la possibilité de faire évoluer l’Arménien en milieu offensif axial. Un poste que peut aussi occuper Nicolo Zaniolo dans un registre plus percutant. Le grand perdant de l’histoire s’appelle Javier Pastore sur qui Fonseca ne semble définitivement pas compter. A tel point que le jeune Antonucci lui a été préféré hier pour remplacer Diawara. Autre retour imminent, celui de Diego Perrotti qui devrait reprendre l’entraînement à la fin du mois. Si l’on sait ce dont l’Argentin est capable, son retour sonne encore comme une anecdote tant il est en manque de compétition depuis la saison dernière.

Loris Meucci



Lire aussi