L’Italie et l’Euro 96 : Sacchi s’emmêle

Par Valentin Pauluzzi publié le 15 Juin 2016
Crédits

italie-96

C’est une Italie vice-championne du monde en titre qui se présente à ces éliminatoires de l’Euro 96, Arrigo Sacchi est toujours aux commandes, mais il doit dire adieu à son capitaine Franco Baresi qui a pris sa retraite internationale, Paolo Maldini récupère le brassard. La Nazionale se retrouve entourée de nouvelles nations dans son groupe de qualifs, l’Ukraine, l’Estonie, la Lituanie, ex républiques soviétiques, et la Croatie et la Slovénie nées de l’éclatement de la Yougoslavie. L’Euro est élargi à 16 participants, il y a par conséquent plus de qualifiés, les premiers de chaque poule ainsi que les 8 meilleurs fileront directement en Angleterre, beaucoup moins de chances donc de rester à quai comme quatre ans plus tôt. Ces nouvelles nations vont tout de même donner du fil à retordre, la faute aussi à un Sacchi qui va régulièrement changer d’équipe, avec pas moins de 89 joueurs qui défilent en deux ans ! Après trois matches, l’Italie n’a que quatre points au compteur, la Croatie est notamment venu s’imposer à Palerme. Des joueurs émergent et prennent le pouvoir tels Zola, Ravanelli et Del Piero alors que Baggio se perd entre les blessures. Cela dit, la Nazionale va se réveiller et enchainer quatre victoires d’affilée. Cette bonne série est stoppée par un nul en Croatie, un match que l’Italie jouera à 10 dès la 9ème minute suite à l’expulsion de son gardien Bucci, mais la Squadra Azzurra se qualifie sur cette rencontre et finit les qualifs en roue libre avec deux victoires et le premier but de Del Piero sous le maillot azzurro. La Croatie et l’Italie finissent toutes deux à 23 points et décrochent leur passe pour l’Angleterre

ÉLIMINATOIRES

07.09.1994 (Maribor) Slovénie-Italie 1-1 (Udovic / Costacurta)

08.10.1994 (Tallin) Estonie-Italie 0-2 (Panucci, Casiraghi)

16.11.1994 (Palerme) Italie-Croatie 1-2 (Baggio / Suker x2)

25.03.1995 (Salerne) Italie-Estonie 4-1 (Zola x2, Albertini, Ravanelli / Reim)

29.03.1995 (Kiev) Ukraine-Italie 0-2 (Lombardo, Zola)

26.04.1995 (Vilnius) Lituanie-Italie 0-1 (Zola)

06.09.1995 (Udine) Italie-Slovénie 1-0 (Ravanelli)

08.10.1995 (Split) Croatie-Italie 1-1 (Suker s.p / Albertini)

11.11.1995 (Bari) Italie-Ukraine 3-1 (Ravanelli x2, Maldini / Ferrara (csc))

15.11.1995 (Reggio Emilia) Italie-Lituanie 4-0 (Zola x3, Del Piero)

Groupe 4

PHASE FINALE

C’est sans Signori, Vialli et Baggio tous exclus pour choix technique que l’Italie débarque en Angleterre pour y disputer l’Euro, en revanche Ferrara se blesse juste avant le début de la compétition. Dans le chapeau 2 au tirage, l’Italie hérite de l’Allemagne, de la Russie et de la République Tchèque, un groupe en apparence à sa portée. Initialement les choix de Sacchi sont payants, en effet, Casiraghi offre la victoire grâce à un doublé, les Russes ayant égalisé entre-temps. C’est confiante que l’Italie affronte la République Tchèque pour le second match, mais Sacchi se découvre un intérêt poussé pour le turn-over et dément le dicton “on ne change pas une équipe qui gagne”. Il change cinq titulaires, tous milieux ou attaquants. Le duo Zola-Casiraghi laisse place à celui Ravanelli-Chiesa. On ne sait pas encore que les Tchèques possèdent là une superbe génération, Nedved ouvre le score, Chiesa égalise mais Bejbl donne un avantage définitif à la demi-heure de jeu alors qu’Apolloni vient de se faire expulser. C’est un revers 2-1

Il reste une dernière chance, l’Italie affronte l’Allemagne qui a remporté ses deux premiers matches mais qui n’est pas encore qualifiée, cela dit un nul peut faire passer les deux équipes au tour suivant. La Nazionale ne va pas démériter, mais le penalty de Zola stoppé par Köpke en tout début de match complique les choses, l’Allemagne tient le 0-0. Cela dit, dans le même temps, la République Tchèque est en train de perdre contre la Russie dans un scénario complètement fou. En effet, menés 2-0, les Russes ont retourné le score et marque le 3-2 à la 85ème, pendant cinq minutes l’Italie sera qualifiée…avant que Smicer n’égalise. A égalité toutes les deux avec 4 points, c’est bien la République Tchèque qui passe en quarts de finale grâce à sa victoire lors de la confrontation directe. Même si l’Italie ne sait pas encore qu’elle avait dans son groupe les deux futurs finalistes de la compétition, cela reste un échec, surtout pour Arrigo Sacchi qui n’a pas eu les idées claires. Toutefois, e sélectionneur italien s’en remet vite, il ne démissionne pas et reste à la tête de la Squadra Azzurra, avant que Berlusconi ne le rappelle sur le banc du Milan six mois plus tard.

11.06.1996 (Liverpool) Italie-Russie 2-1 (Casiraghi x2 / Tsymbalar)

14.06.1996 (Liverpool) République Tchèque-Italie 2-1 (Nedved, Bejbl / Chiesa)

19.06.1996 (Manchester) Italie-Allemagne 0-0

Groupe C

Les 22 joueurs de Sacchi

1 Peruzzi · 2 Apolloni · 3 Maldini · 4 Carboni · 5 Costacurta · 6 Nesta · 7 Donadoni · 8 Mussi · 9 Torricelli · 10 Albertini · 11 D. Baggio · 12 Toldo · 13 Rossitto · 14 Del Piero · 15 Di Livio · 16 Di Matteo · 17 Fuser · 18 Casiraghi · 19 Chiesa · 20 Ravanelli · 21 Zola · 22 Bucci

ET LE VAINQUEUR EST…L’ALLEMAGNE

Dans une finale qui voit donc opposer deux des pensionnaires du groupe de l’Italie, l’Allemagne bat une surprenante République Tchèque et inaugure le fameux but en or. Bierhoff qui évolue à l’Udinese est le héros teuton en inscrivant les deux buts allemands en finale et offre un premier titre à l’Allemagne réunifiée. L’hôte anglais est éliminé en demi-finales, aux tirs aux buts, qui seront le leitmotiv de cette compétition avec pas moins de quatre séances sur les sept matches à élimination directe.

🔥 Les sujets chauds du jour :

Opéré avec succès, Tammy Abraham donne de ses nouvelles

L’Inter récupère un joueur important avant la finale de la Ligue des champions

« Il devrait avoir honte », Cassano s’en prend encore à José Mourinho

Inter – Manchester City, Mancini donne son favori

Naples veut blinder Victor Osimhen



Avatar

Valentin Pauluzzi

Papa



Derniers articles