L’Italie à l’Euro ! Mais avec qui ?

Par Paolo Del Vecchio publié le 13 Oct 2015
Crédits

italie

Les gardiens

Une seule certitude, la même depuis plus de quinze ans : Gigi Buffon. Derrière le capitaine, des incertitudes vont tracasser le sélectionneur puisque Sirigu ne joue plus au PSG mais devrait tout de même être du voyage puisqu’il fait partie du groupe depuis déjà plusieurs années. Le troisième portier devrait être Perin si le rossoblù se rétablit et sort une belle saison. Les autres Marchetti, Consigli, Padelli et Sportiello sont en retard sur le trio de tête mais resteront prêts à s’insérer s’il le faut.

Les défenseurs centraux

Conte partira logiquement avec son trio de défenseurs qui lui a permis de remporter trois Scudetti. Barzagli, Bonucci et Chiellini sont certains de traverser les Alpes à moins d’une baisse de régime considérable (le premier des trois commence à sentir le poids des années). La liste devrait comporter quatre défenseurs centraux (plus De Rossi capable de jouer à ce poste) puisque la défense à trois semble abandonnée, reste donc une place. Ranocchia a toujours la confiance du coach bien qu’il ne joue pratiquement plus à l’Inter et reste une valeur sûre en Nazionale. Acerbi, Astori et Moretti, font régulièrement partie des sélectionnés et restent en lice, tout comme Rugani et Romagnoli, les deux espoirs à ce poste. Ogbonna garde de bons rapports avec son sélectionneur mais part clairement avec une longueur de retard et pourquoi pas une surprise comme Paolo Cannavaro aux vues de ses belles prestations à Sassuolo ou Andrea Raggi protagoniste en Ligue des Champions.

Les défenseurs latéraux

Darmian et De Sciglio semblent être les titulaires de Conte pour le moment mais ce poste est peut-être le plus indécis. Il se pourrait que seul trois éléments soient convoqués puisque Florenzi, milieu de terrain, peut éventuellement dépanner à droite. En fonction de la saison à venir, les Santon, Antonelli, Abate, De Silvestri, Criscito se partageront le(s) poste(s) restant(s), sans oublier le très prometteur Zappacosta.

Les milieux

Conte a tranché, il appellera Pirlo si le physique tient. Le maestro – vice-capitaine de la Nazionale – est trop important pour le groupe et peut encore rendre bien des services sur le terrain. Cela dit, Verratti a montré ce week-end en Azerbaïdjan qu’il était prêt à prendre les rênes de l’équipe, les deux devraient donc se partager le temps de jeu, à la manière de Baggio/Del Piero en 98′ ou Del Piero/Totti en 2006. De Rossi, Marchisio et Candreva sont les autres valeurs sûres du technicien pugliese, tandis que Parolo et Florenzi commencent à s’installer durablement sous le maillot azzurro. Le poste de milieux défensif/relayeur est donc déjà plus ou moins bouché, mais les Giaccherini, Bonaventura, Soriano (tous trois capables de jouer également en position offensive), Montolivo, Bertolacci, Sturaro, Benassi, Baselli, Viviani, Jorginho, Valdifiori, Cataldi ou encore Sala seront tout de même à surveiller cette saison pour compléter le groupe ou en cas de pépins physiques des premiers cités. Thiago Motta en revanche ne semble pas faire partie des plans d’Antonio Conte, qui a déjà quatre joueurs susceptibles de jouer devant la défense. Chez les milieux plus offensifs, un Saponara pourrait avoir son mot à dire.

Les attaquants

Le nombre d’attaquants sera établi en fonction des milieux, si on considère que Candreva joue au même poste que les Berardi ou Insigne. Ces deux-là justement pourraient être du voyage au même titre qu’El Shaarawy, trois jeunes au talent indéniable mais au physique parfois capricieux, en plus de Pellè qui s’est installé à la pointe de l’attaque grâce à de belles prestations en club comme en Nazionale. Puis les questions Rossi et Balotelli. Ce duo aurait du s’imposer comme une référence en Europe et dans le Monde étant donné le talent additionné, mais les blessures de l’un et l’immaturité de l’autre en ont décidé autrement. Toujours est-il que ce sont certainement les deux attaquants italiens les plus dévastateurs, peut-être les seuls phénomènes. Si l’italo-américain retrouve une santé digne de ce nom, nul doute qu’il sera parmi les 23. SuperMario lui devra se montrer irréprochable et performant d’ici à l’annonce de la liste. Eder semble avoir convaincu le sélectioneur, il est capable de jouer sur un côté ou en second attaquant comme il l’a fait ce week-end, ouvrant d’ailleurs le score pour l’Italie. Giovinco marche sur la MLS et bénéficie de la confiance du coach, tout comme Quagliarella qui retrouve sa jeunesse au Torino. Zaza, Immobile et Gabbiadini en revanche perdent peu à peu du terrain étant donné leur manque de temps de jeu en club. Paloschi, successeur de Pippo Inzaghi selon le champion du Monde lui-même, mériterait une chance tandis que Vazquez, Sansone, Caligiuri, Belotti, Matri, Destro et Borini semblent pour l’instant hors course. Mais les championnats réservent toujours des surprises, comme Luca Toni l’année dernière, qui aurait été « convoqué si l’Euro avait eu lieu en 2015 » selon Antonio Conte. Sans oublier l’éternel Di Natale et … Cassano qui a un don particulier pour briller lors des saisons pré-Euros (il a participé aux trois derniers). Mais objectivement, on voit mal ces deux-là participer au prochain. Attention également à Bernardeschi qui pourrait définitivement exploser cette saison, capable de jouer numéro 10, « seconda punta » et ailier. Les places seront particulièrement chères en attaque avec énormément de prétendants, alors que peu se détachent. La liste est aujourd’hui loin d’être définie, les plus en forme de janvier à mai seront certainement du voyage.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Simone Inzaghi dans le viseur de deux cadors anglais

L’agent de Kvaratskhelia confirme plusieurs offres pour son joueur

La presse italienne encense Daniele De Rossi

Theo Hernandez courtisé, le Milan AC fixe son prix de vente

Mauvaise nouvelle, l’Inter perd un cadre sur blessure

Avatar

Paolo Del Vecchio

Rédacteur



Derniers articles