Liste des 30 : les milieux de terrain au crible

Par Christophe Malcangi publié le 27 Mai 2016
Crédits

Italie-Nazionale

Marco Benassi (Torino)

Sa saison : 33 matchs, 4 buts, 3 passes décisives, 2015 minutes disputées

La saison du natif de Modène n’est pas flamboyante mais sa fougue et sa jeunesse ont été les éléments précurseurs du choix de Conte. Familier du système de 3-5-2 made in Ventura, il a passé son année dans l’axe du milieu de terrain et a pu, malgré son très jeune âge (21 ans), accumuler 21 titularisations.

Ce qu’il peut apporter : Marco est l’un des seuls milieux de terrains pré-sélectionnés à savoir gérer dans l’axe d’un milieu à 5. Et dans la situation actuelle, c’est un avantage indéniable. En cas de confirmation, il pourrait sans doute se transcender auprès d’un coach comme Conte qui sait transmettre sa confiance.

Giacomo Bonaventura (Milan AC)

Sa saison : 39 matchs, 7 buts, 10 passes décisives, 3310 minutes disputées

Il est le joueur préféré des tifosi rossoneri puisqu’il est en effet le joueur le plus important de l’effectif du Milan AC. Il court, se sacrifie, invente. Si sa fin de saison s’avère être moins flamboyante que ses premiers mois, son bilan fin mai reste plus qu’honorable car il est l’une des seules satisfactions rossonere.

Ce qu’il peut apporter : Particulièrement polyvalent, il est primordial au Milan AC. Pouvant jouer au centre comme sur les côtés, mezz’ala comme trequartista, Jack apporte surtout une touche artistique dans un milieu ouvrier. Fort de sa personnalité il a prouvé à l’Italie qu’il pourrait tout à fait influencer dans le bon sens le comportement de la Nazionale cet été. Un profil comme le sien pourrait sans aucun doute élargir les possibilités d’action de Conte.

Daniele De Rossi (AS Roma)

Sa saison : 31 matchs, 3 but, 2 passes décisives, 2429 minutes disputées

Victime à répétition d’arrêts sur blessure, Daniele n’a disputé que vingt-quatre rencontres en Serie A sur les trente-huit possibles. Malgré cela, il a toujours été employé avec intérêt dès qu’il était apte à jouer. Souvent titulaire (seulement 2 fois sur le banc dans l’année), Capitan Futuro est revenu de loin mais inquiète encore.

Ce qu’il peut apporter : Le champion du monde 2006 reste un taulier du maillot azzurro et on devrait pouvoir compter sur sa personne une fois encore. Sa polyvalence toute particulière (il peut jouer en défense centrale comme devant les stoppeurs) le rend indispensable. Personnage incontournable, il saura également mobiliser ses coéquipiers quand il le faudra. Sur et en dehors du terrain.

Alessandro Florenzi (AS Roma)

Sa saison : 42 matchs, 8 buts, 4 passes décisives, 3424 minutes disputées

Homme à tout faire de la Roma, Florenzi est le supplément d’âme de chaque équipe. Gourmand, il est l’un des seuls à n’avoir jamais rien lâché cette saison. Rome, qui coule dans ses veines, le nourrit et le châtie. Car la saison n’a pas toujours été facile, mais reste néanmoins bien pleine pour le percutant tout terrain romain.

Ce qu’il peut apporter : L’un des joueurs les plus importants du groupe d’Antonio Conte, en particulier du fait de son rôle de latéral qu’il occupe à l’AS Roma et qu’il remplit à merveille dans le schéma de la Nazionale. À 25 ans Florenzi a alors disputé six rencontres au cours de la phase de qualification, dont quatre en tant que titulaire. Il peut être considéré comme un leader capable d’apporter ce nouveau souffle tant espéré par le staff et les tifosi azzurri.

Emmanuelle Giaccherini (Bologna)

Sa saison : 28 matchs, 7 buts, 1 passe décisive, 2187 minutes disputées

Son retour en Italie lui a fait du bien et notamment l’arrivée sur le banc bolognais de Donadoni. Arrivé en prêt de Sunderland en Angleterre, il devrait être racheté par le club cet été tant il a prit en main le jeu rossoblu.

Ce qu’il peut apporter : Malgré le scepticisme permanent il reste encore l’un des meilleurs éléments de son club et maintient la confiance accordée par Conte. Sa réponse est toujours réalisée sur le terrain. Il est partout, offre ses deux poumons à ses coéquipiers et joue toujours très bien des deux pieds. Certes il n’a pas un talent incroyable mais l’ancien pensionnaire de Premier League est un garçon nécessaire et polyvalent, loin d’être « cuit » ou « fini » comme on l’entend ici et là.

Jorginho (Napoli)

Sa saison : 38 matchs, 0 but, 6 passes décisives, 3043 minutes disputées

Le milieu de terrain napolitain fait l’unanimité chez ses tifosi locaux qui l’adorent. Fort d’une belle épopée, il aura su profiter de l’enseignement de Sarri pour faire évoluer son jeu et son placement devant la défense. Fin passeur, il termine la saison avec un beau total de passes dé et l’accomplissement d’une entente avec ses attaquants fétiches : Insigne et Higuain.

Ce qu’il peut apporter : La question tactique pourrait sourire à l’Italo-brésilien qui profite depuis peu de l’absence de Claudio Marchisio et des conditions peu optimales de Thiago Motta. Antonio Conte a toujours besoin d’un classique regista capable de relancer la balle avec propreté et élégance, alors qui de mieux que le premier joueur de Serie A dans le nombre de ballons joués (3262), avec un ratio de passes réussies établi à 92% ?

Riccardo Montolivo (Milan AC)

Sa saison : 35 matchs, 0 but, 2 passes décisives, 2936 minutes disputées

Si la hype Montolivo semble déjà oubliée, il n’empêche que Riccardo vient de réaliser l’une de ses plus belles saisons rossonere. Brassard au bras, il a montré voie à des coéquipiers pas toujours très inspirés. S’il a raté quelques rencontres lui aussi, il termine sa saison sur une grosse finale de Coppa Italia disputée contre la Juve. Juve qui plante juste après sa sortie. Coïncidence ?

Ce qu’il peut apporter : Il profite des deux forfaits majeurs dans l’entrejeu pour être appelé en tant que remplaçant « naturel ». Connaisseur de la compétition européenne (il avait participé activement à la belle épopée de Prandelli en 2012), il faut pour autant convaincre les tifosi qui aimeraient vraiment retrouver en lui un relayeur hors-pair et décisif.

Thiago Motta (PSG)

Sa saison : 45 matchs, 1 but, 2 passes décisives, 3354 minutes disputées

Une saison tranquille pour le deuxième Italo-brésilien du milieu de terrain. Paris a roulé tranquillement sur la Ligue 1 avant de buter en quart de finale de Champions League contre Manchester City. Reste que Motta continue son petit bonhomme de chemin dans l’un des clubs les plus en vue des dernières années malgré des performances en dents de scie.

Ce qu’il peut apporter : Le compagnon de Marco Verratti a subi des problèmes à la cuisse qu’il ne faudrait pas sous-évaluer, mais il reste cependant convoqué pour les derniers matchs amicaux et maintient son statut de numéro 8 imbuvable (dans son sens pratique) dont Conte aimerait bénéficier en juin. À 33 ans il subsiste en tant qu’outil tactique de taille pour la Nazionale.

Marco Parolo (Lazio)

Sa saison : 40 matchs, 6 buts, 3 passes décisives, 3372 minutes disputées

Le nouveau sénateur de la Lazio a été un peu en deçà cette saison, un petit peu à sec de buts malgré un bon rendement sur la scène européenne, puis peiné par sa condition physique en début de saison. Parolo a toutefois démontré auparavant que sa concentration et son apport complet dans l’entrejeu pouvait encore une fois être qualitatif à la sélection, un profil toujours intéressant.

Ce qu’il peut apporter : Fidèle de Conte (il a toujours été convoqué par le sélectionneur azzurro), Marco compte bien être du voyage cette fois-ci. Milieu de terrain complet et appliqué, il répond parfaitement au diktat d’Antonio qui s’entoure de soldats dévoués et convaincus. Quand Parolo est demandé, il s’exécute et ne pose pas de questions. Il travaille son poste avec attention et cherche constamment à tirer le meilleur de ses prestations.

Stefano Sturaro (Juventus)

Sa saison : 28 matchs, 2 but, 1 passes décisive, 1754 minutes disputées

Champion d’Italie pour la deuxième fois consécutive, il a pourtant connu quelques périodes de mou dans la saison. La faute à l’arrivée de Khedira, sans doute. Il est néanmoins plus qu’un réserviste à la Juventus et est toujours présent au bon endroit au bon moment comme le prouve son but égalisateur dans le match aller contre le Bayern Munich en Champions League.

Ce qu’il peut apporter : Cette présélection est une grande reconnaissance pour un joueur de vingt-trois ans qui profite lui aussi des absences de Verratti et de Marchisio. Courageux et batailleur, il peut d’ailleurs rapporter une âme guerrière qui a manqué ces dernières années à la Nazionale.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Simone Inzaghi dans le viseur de deux cadors anglais

L’agent de Kvaratskhelia confirme plusieurs offres pour son joueur

La presse italienne encense Daniele De Rossi

Theo Hernandez courtisé, le Milan AC fixe son prix de vente

Mauvaise nouvelle, l’Inter perd un cadre sur blessure

Avatar

Christophe Malcangi

Rédacteur référent pôle news



Derniers articles