L’Inter s’italianise

Par Giuliano Depasquale publié le 23 Sep 2016
Crédits

Inter

Bien que la propriété de l’Inter soit désormais partagée entre Asiatiques et que le banc ait été offert à un Néerlandais, l’équipe s’italianise en ce début de championnat. Joie pour les Interisti ! Ils n’ont plus à subir les moqueries des autres tifosi à ce sujet. C’est même l’inverse maintenant, puisque Frank de Boer a aligné quatre Italiens contre la Juventus (2-1), dimanche passé, alors qu’Allegri n’en a placé que trois dans sa formation de départ. Il faut remonter au 4 avril 2004 pour voir un Inter-Juventus en championnat avec autant de joueurs locaux du côté nerazzurro et il faut croire que ça porte bonheur à la Beneamata, car elle l’avait aussi emporté, cette fois sur le score de 3-2. Certes, les noms étaient bien plus prestigieux, avec notamment Vieri en attaque et Materazzi en défense, mais l’Inter doit, pour le moment, faire avec ce qu’elle a. Quoi qu’il en soit, ce nombre reste une surprise pour chacun, alors que la formation ne devait, à l’aube de l’exercice actuel, contenir qu’un, voire deux, Italiens en les noms de Candreva avec éventuellement Eder ou D’Ambrosio. Oui mais voilà, le départ inattendu d’Erkin, la blessure d’Ansaldi et le rôle plus avancé de Nagatomo décidé par De Boer ont permis à Santon et D’Ambrosio de s’approprier les côtés de la défense. Même Ranocchia a eu droit à son petit poste de titulaire, grâce au retour en forme tardif de Murillo. Pour ce qui est de l’attaque, c’est sans étonnement que Candreva siège parmi les privilégiés, alors qu’Eder a surtout profité jusqu’ici de la fatigue de Perisic et de choix tactiques du coach.

Une mode éphémère ?

Si la prouesse de l’Inter face à la Juventus est remarquable, il ne faut pas oublier que les Nerazzurri se sont totalement plantés lors du premier match, contre le Chievo, alors qu’ils comptaient aussi quatre Italiens dans leurs rangs. Ranocchia et D’Ambrosio siégeaient aux côtés de Miranda dans une défense à trois, alors que Candreva s’occupait du couloir gauche, derrière Eder qui prêtait main forte à Icardi. C’est alors une équipe désordonnée qui s’est affichée, avec également plusieurs soucis individuels, tout aussi présents du côté des éléments locaux. Et même après la victoire avec trois Italiens sur la pelouse de l’Empoli, force est de constater que les principaux concernés tournent autour des mêmes prestations. Le problème réside surtout dans le secteur défensif, avec un Ranocchia qui n’a pas su se montrer plus convaincant qu’à son habitude à l’occasion de son seul match, un Santon qui multiplie les mauvaises passes et les centres approximatifs, ainsi qu’un D’Ambrosio tout aussi inquiétant pour les siens, bien qu’il ait tendance à se montrer plus entreprenant que son équipier du côté opposé. Pour ce qui est de l’attaque, c’est complètement différent, car Eder semble retrouver peu à peu sa forme de la Sampdoria et Candreva enchaîne les ballons précis et les tirs dangereux. Les résultats des hommes de De Boer sont donc plutôt liés à des prestations collectives qu’à de vraies individualités de la part des Italiens. Puis, la roue pourrait déjà tourner cet hiver pour certains, avec l’arrivée probable de renforts défensifs et surtout le retour imminent d’Ansaldi. En attendant, les tifosi savourent.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Un cador italien sur la piste de Karim Adeyemi

Denzel Dumfries sur le point de renouveler à l’Inter Milan

Niclas Füllkrug dans le viseur du Milan AC

Ciro Immobile et la Lazio, c’est fini

C’est officiel, Mehdi Taremi rejoint l’Inter Milan

Avatar

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Derniers articles