L’Inter doit sauver les meubles

Par Giuliano Depasquale publié le 13 Avr 2017
Crédits

Les saisons se suivent et se ressemblent à l’Inter, où l’équipe vise à chaque fois la Champions League en début d’année pour finalement terminer la saison au bord du fiasco. Pourtant, cet exercice semblait être le bon pour les Nerazzurri, malgré un été mouvementé qui a entraîné la venue de De Boer pour remplacer Mancini. Le portefeuille du club est aussi bien dodu, grâce aux investisseurs chinois, ce qui a mené à un mercato de qualité pour tenter de finalement retrouver la plus prestigieuse compétition européenne. À titre de rappel, le passage de Frank de Boer n’a pas du tout été concluant, avec un parcours calamiteux en Europa League et des premiers mois plus que compliqués qui ont rapidement obligé les dirigeants à revoir leurs objectifs. Pioli débarque ainsi fin novembre et offre de nouveaux espoirs au public interista qui voit son équipe de cœur métamorphosée par un collectif retrouvé et une cohésion de groupe plus solide que jamais. L’entraîneur italien réinstaure au sein de l’effectif un moral de gagnants pour, lentement mais sûrement, remonter au classement.

Un début de saison qui coûte cher

Lorsque Pioli débarque, l’Inter est 10e au tableau, avec sept points de retard sur le 5e, dernier qualifié pour l’Europa League. Les choix du coach sont convaincants, les victoires s’enchaînent et, seize journées plus tard, le groupe se positionne à cette même 5e place, avec deux points de retard sur la Lazio, 4e, et six sur le Napoli, 3e. Le rêve de Champions League redevient donc bien réel, de plus que le technicien a prouvé son efficacité contre les équipes plus humbles, alors qu’il a échoué à chaque fois contre une écurie du top. Mais cela semblait bien trop beau pour les Nerazzurri, qui s’écroulent depuis trois journées, à cause d’un match nul sur la pelouse du Torino (2-2) et deux défaites, respectivement contre la Sampdoria (2-1) et Crotone (2-1). Sans envie et sans précision dans leurs actions, les joueurs semblent être revenus aux premiers mois, sous De Boer. Désormais, l’équipe pointe à la 7e place, à quatre points de la 5e place, alors qu’il ne reste que sept journées. Le rêve de C1 s’est bien envolé, il ne reste donc plus que l’Europa League à l’Inter pour « sauver » sa saison. Cette chute est notamment due au début d’exercice, qui n’a pas laissé la moindre erreur à Pioli contre les équipes en dehors du top, même s’il a réussi à vaincre des concurrents directs, comme la Fiorentina, la Lazio et l’Atalanta. En plus d’être un objectif éternel, une victoire lors du derby permettrait aux Nerazzurri de repasser devant le Milan et peut-être même de se rapprocher de l’Atalanta, qui affrontera l’AS Roma samedi après-midi. Le groupe a prouvé pendant quatre mois qu’il était capable de garder un rythme de champions et de proposer un jeu intéressant et efficace. De plus, les joueurs ont aussi montré qu’ils étaient très soudés entre eux, ce qui est un facteur décisif pour le moral. Théoriquement, l’Inter possède les clés pour terminer au moins à la 5e position, même s’il s’agira de faire bien mieux la saison prochaine, devant des supporters qui sont à bout après sept années d’attente… sept.




🔥 Les sujets chauds du jour :

« Nous félicitons l’Inter », Giorgio Furlani

« Je veux gagner des trophées avec la Juve », Dusan Vlahovic

Fabio Cannavaro justifie son choix pour l’Udinese

« L’objectif est d’obtenir le meilleur résultat », Massimiliano Allegri

Ibrahimovic propose Xavi Hernandez au poste d’entraîneur du Milan AC

Avatar

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Derniers articles