L’Inter face à son destin

Par Giuliano Depasquale publié le 11 Fév 2017

Inter

L’horrible début de saison de l’Inter parait, aujourd’hui, à la fois loin et proche. Loin, car les Nerazzurri ont enchaîné neuf victoires (TTC), dont sept en championnat, et que l’arrivée de Pioli sur le banc a apporté son lot de changements bénéfiques. Proche, car l’équipe serait capable de rechuter à la suite de la défaite contre la Juventus. Il lui est donc nécessaire de repartir sur les mêmes bases construites depuis l’arrivée du nouvel entraîneur, à savoir : un jeu plus dynamique, un onze de départ composé de manière réfléchie, avec des joueurs choisis selon leur bonne forme et non plus car ils sont censés être titulaires, ainsi qu’une volonté collective retrouvée. Il suffit de voir Kondogbia, qui offre depuis quelques temps de bonnes prestations que le public interista n’attendait plus ; D’Ambrosio, qui, même en n’étant pas un joueur très talentueux, prouve qu’à force de travail on peut tout de même être convaincant par moments ; ou encore Medel, qui a troqué son poste de milieu défensif pour jouer en défense centrale, là où il a plutôt l’habitude de jouer avec le Chili.

Une défaite pour mieux repartir ?

Même si la rencontre contre les Bianconeri a fait du bruit inutilement toute la semaine, l’Inter doit directement se reconcentrer pour ne pas se louper lors des deux prochaines journées, qui l’opposeront à Empoli et Bologna. Même si rien n’est gagné d’avance, surtout quand il s’agit des Nerazzurri, ces deux formations devraient être gérées correctement, à l’instar de la plupart des clubs battus pendant la série, à condition de s’appliquer autant. Attention toutefois, car Pioli devra composer son onze de base sans Perisic (suspendu une journée après appel du club), Icardi (suspendu deux matchs) et Brozovic (touché au pied et indisponible pour quelques semaines). Si Kondogbia est une alternative de qualité (pour le moment) pour remplacer le milieu croate, Eder et Palacio le sont un peu moins pour remplacer les deux meilleurs buteurs du club (22 buts ensemble), car il est peu probable de voir Gabigol dès le coup d’envoi. Ce sera donc au coach d’exploiter au mieux les forces de son groupe, comme il a su le faire jusqu’ici, tout en profitant des confrontations entre les concurrents pour l’Europe, tels que Lazio-Milan AC ce week-end ou AS Roma-Torino après. Deux victoires d’affilée pourraient permettre à la Beneamata de redépasser la Lazio au classement et de s’approcher un peu plus de la troisième place, qui est à huit points. Il ne faut pas non plus oublier que l’AS Roma se rend au Giuseppe Meazza en fin de mois, soit une opportunité en or pour la bande à Pioli de confirmer tout le travail accompli jusqu’ici. L’Inter est donc équipée, elle doit juste faire attention à ne pas se relâcher si elle veut atteindre ses objectifs.

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Lire aussi

Auguri Diego !

Cher Diego, Joyeux 60e anniversaire ! 1984. Qu’il semble loin le temps où, banni d’Espagne, […]