L’Inter avait rêvé meilleure préparation estivale

Par Cesco publié le 08 Août 2015

inter

Les matchs amicaux de pré-saison ne sont pas révélateurs du niveau réel d’une équipe. Cette phrase sonne comme une vérité que nombre d’observateurs répètent inlassablement chaque été. Comment ne pas leur donner raison ? Quand on voit que l’Olympique de Marseille vient à bout de la Juventus 2-0 et qui s’incline contre Livorno (Serie B) 2-1, difficile de leur donner tort. Mais outre les résultats, ces matchs sont l’occasion d’observer les résultats du travail effectué en pré-saison, des schémas mis en place et de l’organisation de jeu cherchée par le coach. Avec l’Inter malheureusement, les changements sont moindres. Malgré les arrivées de Montoya, Miranda, Murillo, Kondogbia et le tout récent Jovetic, la beneamata n’arrive toujours pas à créer du jeu. Bilan des derniers matchs ? 4 défaites et 1 nul (non officiel). Bayern 1-0, Milan AC 1-0, Real Madrid 3-0, Galatasaray 1-0 et Al Ahli 1-1 (avec un but de Jovetic sur … penalty … à la 90ème). Des résultats qui ont de quoi inquiéter, non seulement par l’absence de buts marqués, mais aussi par la partition proposée par les onze acteurs. Terne, statique et stérile, l’Inter semble répéter sur le terrain ses classiques de la saison passée. On attend toujours l’effet Mancio, les recrues rassurent en défense, mais offensivement, le néant règne. Dans le trident Hernanes-Palacio-Icardi, rien ne fonctionne. Les combinaisons ne prennent pas et les Argentins cherchent des ballons à jouer. Pendant ce temps, les observateurs continuent de proclamer l’Inter comme l’anti Juve potentielle. Cette préparation calamiteuse est-elle réellement inquiétante pour les nerazzurri ?

À en croire Mancini, non. Rassurant dans ses propos concernant le jeu proposé, le technicien s’est révélé en revanche, inquiet du mercato. En effet, il attend encore trois joueurs pour compléter son effectif (Melo, Perisic et un latéral gauche). Les deux premiers cités commencent sérieusement à trainer pendant que Shaqiri est toujours exclu du groupe pour des raisons qui échapperaient même à Raymond Domenech. Si le match à Bilbao sonne comme le début de la saison pour l’Inter, c’est qu’il est temps, à deux semaines du début du championnat, de montrer du jeu. Cette rencontre pourrait être un vrai indicateur concernant la forme des nerazzurri alors que les formations alignées par Mancini jusqu’à maintenant peuvent peut-être se traduire par une forme d’impuissance tactique. 4-3-1-2 inamovible et même le retour à la défense à 3 a été testé, notamment face à l’Al Ahli. Au cours de ce même match : 3-5-2, 3-5-1-1 et même, accrochez-vous bien, Nagatomo trequartista. Au final, soit Mancini est très malin, soit son équipe est dans un sacré pétrin. Une partie de la réponse se dévoilera ce soir face à l’Athletic Club. Pour le reste, il faudra attendre les grands débuts face à l’Atalanta pour se faire réellement une idée du niveau de l’Inter.

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi