L’étrange saison de Manuel Lazzari : excellent avec la Lazio, mais boycotté avec la Nazionale

Par Boris Abbate publié le 26 Jan 2020
manuel-lazzari-lazio

Arrivé à la Lazio sur la pointe des pieds lors de l’intersaison, Lazzari s’est tout doucement mué en un élément incontournable dans le onze type d’Inzaghi. Ce qui n’est pas vraiment une surprise pour un garçon plus que travailleur, qui ne cesse de progresser depuis son arrivée surprise en Serie A avec la SPAL. Et si aujourd’hui la Lazio surfe sur une vague impressionnante de victoires consécutives en championnat, Lazzari y est évidemment pour beaucoup ! Pourtant, l’ancien pensionnaire de Serie D ne rentre toujours pas dans les plans de Mancini avec la Nazionale. Et il risque même fortement de rater le prochain Euro. Une bien triste réalité.

Indispensable avec la Lazio…

Mais avant de se rendre indispensable avec les Biancocelesti, Lazzari aura du cravacher avant d’en arriver là ! A l’image de son parcours atypique, le feu follet italien a connu quelques difficultés pour s’imposer aux cotés d’Immobile et consorts. Un fait explicable notamment à cause d’une vilaine blessure à la main, qui trainait encore à son arrivée dans la capitale, mais aussi et surtout par l’écart de géant qui sépare le monde de la SPAL à celui de la Lazio ! Alors le latéral de poche a pris son mal en patience et a observé ses coéquipiers à de nombreuses reprises depuis le banc. Et puis, en plein milieu du mois d’octobre, sa saison s’est définitivement lancée. Après trois matchs consécutifs en tant que remplaçant, il est titulaire en Europa League sur la pelouse du Celtic. Et il va alors réaliser un match parfait, avec notamment un sublime but inscrit. C’est le point de départ de son ascension laziale, car depuis ce match, Lazzari est tout simplement inarrêtable !

Lazzari occupe en effet à merveille l’aile droite du 3-5-2 de la Lazio, poste qu’il occupait déjà parfaitement du coté de la SPAL. En quelques mois, ses courses folles, son activité débordante et sa grinta exemplaire sont aussi devenues des symboles de cette Lazio ultra séduisante. Et il suffit d’ailleurs simplement de se pencher au niveau des statistiques pour s’en rendre compte. Cette saison, Lazzari est avec Acerbi le joueur laziale qui court le plus (environ 10km en moyenne par matchs !), et il fait partie des cinq joueurs avec le plus de minutes de jeu dans les jambes ! Il était d’ailleurs titulaire à 10 reprises lors des 11 victoires d’affilées en Serie A, et il est notamment directement impliqué dans deux des six buts inscrits contre la Juventus cette saison (Serie A et Supercoppa) ! En quelques mois, l’ancien de la SPAL s’est donc mis dans la poche tout l’environnement laziale, et ce n’est désormais plus un secret de Polichinelle : Lazzari est bel et bien un élément incontournable de cette Lazio !

… mais pas adapté au système de Mancini ?

Alors pourquoi l’Italien n’est-il pas dans les papiers de Mancini ?! Dans une Nazionale qui se cherche encore aux niveaux des latéraux, la question mérite en effet d’être posée. Selon certaines rumeurs, il paraîtrait simplement que Lazzari ne serait pas « adapté » pour une défense à 4, lui qui a essentiellement évolué dans des défenses à 5, avec la SPAL et encore aujourd’hui avec la Lazio. Un fait qui va de pair avec les récentes déclarations de Mancini, qui déclarait que Lazzari « n’était ni un ailier, ni un latéral » et qu’il était dès lors difficile de lui trouver un poste. Un fait étonnant quand on sait que le joueur a honoré sa première sélection dans une défense à 4 lors d’un déplacement au Portugal, et qu’il avait d’ailleurs livré une belle prestation…

Au final, Lazzari semble pour l’instant surtout payer le système défensif assez spécial du sélectionneur, qui s’appuie en réalité sur une sorte de défense à « trois et demi ». Avec un latéral droit qui reste aux cotés des centraux, pour équilibrer l’équipe, en parallèle du positionnement très haut du latéral gauche. Une logique illustrée à merveille par l’utilisation récurrente d’Izzo ou Gianluca Mancini à ce poste là. Un constat tout de même très amer. Car il serait très dommageable de se passer des services d’un Lazzari. Un joueur revanchard et travailleur, qui collerait parfaitement à cette Nazionale en quête de rédemption !

Boris Abbate

Rédacteur



Lire aussi