Les Tops et les Flops de la Nazionale : Belotti qui rit, Florenzi qui doute

Par Sébastien Madau publié le 10 Sep 2019

La Squadra Azzurra est sortie vainqueur de ses deux confrontations face à l’Arménie (3-1) et la Finlande (2-1). De bonne augure en vue de la qualification à l’Euro 2020 qui pourrait intervenir mathématiquement dès le prochain match (en cas de victoire italienne contre la Grèce et de défaite de la Finlande en Bosnie-Herzégovine). En ayant son équipe solidement installée en tête du groupe J (+6 points sur la Finlande), le sélectionneur Roberto Mancini pourra sereinement réaliser un bilan de ses troupes. Et se payer le luxe de procéder peut-être à quelques nouveaux tests. A l’heure de distribuer les bons et les mauvais points, l’exercice n’est pas aisé. Pas de naufrage si ce n’est Florenzi qui semble en réelle difficulté. Pour le reste des joueurs qui d’un match sur l’autre ont montré des hauts et des bas. Ou vice-versa.

Les Tops

– Andrea Belotti : Quand le « Gallo » frappe, l’Italie l’emporte. Petit à petit, la Nazionale se trouve une attaque et l’avant-centre du Torino est en train de tirer son épingle du jeu. En inscrivant le but égalisateur face à l’Arménie, il a évité à la Squadra Azzurra de plonger dans le doute. Entré en cours de jeu face à la Finlande, il s’est encore montré très actif. Il semble avoir une longueur d’avance sur ses concurrents au poste de numéro 9. On se permet de lier à ce « top » Ciro Immobile. Le voir faire trembler à nouveau les filets ne peut que réjouir les tifosi.

-Stefano Sensi : On prend plaisir à voir jouer, progresser et gagner en charisme le milieu de l’Inter. Entré en cours de jeu contre l’Arménie, il a été l’un des artisans de la victoire face à la Finlande. Infatigable, son « coeur gros comme ça » lui a peut être coûté par sa fougue de provoquer le pénalty de l’égalisation finnoise temporaire. Un petit bémol dans une semaine au top.

-Lorenzo Pellegrini : Le Romain est l’autre satisfaction de ces deux matchs. Tout d’abord, par son apport au jeu et sa créativité, qui fut longtemps le problème de l’entre-jeu azzurro. Et ensuite parce que, dès son entrée en jeu, il a placé l’Italie sur orbite face à l’Arménie dans une partie qui s’annonçait compliquée. Comme avec Sensi, Roberto Mancini peut se réjouir d’avoir dans son effectif un tel joueur. Qui devra, évidemment, confirmer sur la durée.

Les Flops

– Alessandro Florenzi : Il est certainement le joueur italien qui rentrera dans son club avec le plus de doutes. Le défenseur de la Roma a en effet raté son match contre l’Arménie où il est apparu dépassé par les événements. Un peu moins pire après sa rentrée contre la Finlande mais rien qui ne laisse de quoi se réjouir. A quelques mois de l’Euro, il serait fatal pour lui de proposer d’autres prestations de ce type.

– Federico Bernardeschi : Titulaire face à l’Arménie, il voit Belotti faire un festival sous ses yeux. Remplaçant contre la Finlande, c’est Ciro Immobile qui retrouve enfin le chemin des filets en sélection. Rien de bien optimiste pour l’attaquant qui se retrouve également en difficulté dans son club qui ne lui permettra pas de se relancer facilement. Attention à ce qu’il ne soit pas la victime collatérale d’un hypothétique réveil de Mario Balotelli que le sélectionneur Roberto Mancini espère de tous ses voeux pour justifier de l’emmener avec lui à l’Euro.

– Federico Chiesa : Son centre fuyant permettant l’ouverture du score de la tête de Ciro Immobile est venu reverdir quelque peu un séjour en Nazionale des plus difficiles pour le Florentin. Son match face à l’Arménie est tout simplement indigne d’un joueur d’un tel potentiel. Les pérégrinations estivales au sujet de son avenir (départ évoqué vers la Juventus) ont-ils perturbé sa préparation d’inter-saison? Difficile à dire. Et en même temps, c’est l’hypothèse qui saute aux yeux. Il a démontré qu’il peut beaucoup mieux faire. A lui d’en fournir la preuve.

Sébastien Madau



Lire aussi