Les tops et flops de la 7ème journée de Serie A

Par Yacine Ouali publié le 05 Oct 2021
Crédits

Dans une journée marquée par une nouvelle victoire du Napoli, la Serie A reste pour l’instant serrée à tous les étages. Que ce soit pour le titre, les courses à l’Europe ou le maintien, les écarts ne sont pas assez importants pour dégager des vérités. Concentrons-nous donc plutôt sur les performances des joueurs, certains ayant brillé, d’autres confirmé, et d’autres enfin déçu. Voici les tops et les flops de cette 7ème journée de Serie A.

Les tops

La délivrance Milan Djuric : que la promotion est dure pour la Salernitana ! Accueillie sans pitié en Serie A, l’équipe de Ribéry a enfin décroché sa première victoire de la saison, se replaçant déjà dans la course au maintien. Contre le Genoa, qui a raté un grand nombre d’occasions, la délivrance est venue sur un corner catapulté dans les filets par Milan Djuric. Si le but en soi, contré et sans beauté, ne fera pas date, il entre néanmoins dans la folklore de la Salernitana, qui se lance enfin et voyagera à Spezia avec les crocs.

La surprise Musa Barrow : buteur et passeur décisif contre la Lazio, Musa Barrow a éclaboussé de sa classe la victoire 3-0 de Bologna contre les hommes de Sarri. Sans être particulièrement attendu, Barrow a une nouvelle fois démontré qu’il était une valeur sûre de Serie A, capable de marquer contre les petits et les grands. À lui de confirmer sa bonne forme pour emmener Bologna, 9ème mais à 4 points seulement de la zone Champions League, vers des sommets insoupçonnés.

L’évidence Sandro Tonali : plus le temps avance, plus Sandro Tonali semble devenir une évidence. La Juventus a Locatelli, l’Inter a Barella, l’AS Roma a Pellegrini et le Milan AC a désormais Tonali, après une saison d’adaptation un peu galère. Décisif dans les deux surfaces de réparation, le jeune milieu italien s’impose dans l’entrejeu rossonero, et commence certainement à poser des maux de têtes à Roberto Mancini, qui doit avoir des maux de tête à l’heure de composer son milieu pour la Nazionale. De toute manière, mieux avoir un problème de riches qu’autre chose…

Les flops

Acerbi, un match à oublier : plutôt convaincant en ce début de saison, Acerbi a complètement coulé contre Bologna et a emmené les siens dans son sillage. C’est simple : si Immobile pénalise la Lazio quand il est absent, Acerbi le fait quand il sous-performe. Et quand l’âme de l’équipe de Sarri, joueur régulier en Nazionale, n’est pas dans un bon jour… ça fait un 3-0 net et sans bavure.

La monumentale erreur de Freuler : menée 1-0 contre le Milan AC, l’Atalanta n’avait aucune raison de paniquer à l’approche de la mi-temps. En seconde période, avec le public et la confiance ? Ça pouvait le faire. Mais c’était sans compter l’incroyable erreur de jugement de Freuler, qui, en position de dernier joueur, s’est fait bêtement chiper le ballon par un Tonali qui n’y croyait au départ même pas, tant Freuler avait le temps de faire une passe. Résultat des courses : 2-0, l’avantage psychologique de la mi-temps, puis un 3-0 duquel les Bergamasques n’auront pas eu le temps de revenir.

Messias, la montre qui sauve : 3-0. C’était le score sur lequel devait se terminer cet Atalanta-Milan AC, à la faveur des milanais. C’était sans compter cependant sur le génie de Messias, qui a trouvé le moyen, même si à la fin l’arbitre est sévère, de provoquer un pénalty sur une main où il tacle les bras décollés, et de se faire bouger par Zapata dans un duel anodin qui a fini en but du 3-2. Heureusement pour lui comme pour le Milan AC, le temps était trop avancé pour lui permettre de faire une troisième erreur… On ne risque pas de revoir Messias de sitôt.

Yacine Ouali



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.