Les problèmes de riche de la Juventus

Par Yacine Ouali publié le 18 Août 2019

Entre un mercato à la direction pour le moins bizarre, un onze titulaire pas encore dégagé et la question de la liste pour la Champions, la Juventus fait face à un vrai problème de riche dans la gestion de son effectif. La direction que prendra le management pour la saison qui s’ouvre sera déterminante, autant pour les résultats immédiats que pour la préparation des autres saisons, qui verront certainement un chamboulement de l’effectif et de l’organigramme turinois.

Un mercato aux contours flous

Au départ, le mercato chapeauté par Paratici et Nedved s’annonçait sous les meilleurs auspices. Le nouvel entraîneur signé dès la mi-juin, le retour de la bandiera Buffon, l’addition gratuite de Ramsey et Rabiot, l’achat des jeunes prospects Demiral et Pellegrini, et cerise sur le gâteau, l’arrivée de De Ligt.

C’est là qu’a commencé l’incompréhensible. Les rumeurs ont enflé autour d’un échange Dybala-Lukaku, Cancelo a été échangé pour Danilo, Higuain et Mandzukic n’ont pas (encore) pu être vendus. La majorité des tifosi se rebelle depuis la fin juillet contre ces choix, en vain. Il semblerait que, la Juventus possédant un effectif pléthorique aux postes doublés voire triplés, la direction ne sache plus que faire de certains joueurs.

La difficile liste pour la Ligue des Champions

Cette indécision va aussi certainement se réitérer lorsqu’il s’agira de soumettre à l’UEFA la liste des joueurs autorisés à jouer en Ligue des Champions. La Juventus est en effet dans la situation où elle doit laisser six joueurs sur le côté. Mais qui ? À part Pellegrini, qui est le choix évident mais qui sera peut-être prêté à Cagliari, aucune joueur ne se dégage clairement. Rodrigo Bentancur et Daniele Rugani, qui sont les plus jeunes, ne passeront peut-être pas le cut. Pinsoglio non plus. En attaque, si Ronaldo, Dybala, Bernardeschi et Costa semblent en sécurité, que se passera-t-il pour les égos si Mandzukic ou Higuain ne sont pas choisis ? Quelle sera l’ambiance dans le vestiaire lorsque, après un match de championnat, les joueurs écartés de la liste européenne devront observer leurs coéquipiers voyager aux quatre coins du continent sans eux ?

Si les choix faits lors du mercato n’impacteront fondamentalement pas l’environnement turinois à part les tifosi, ceux de la liste européenne auront beaucoup plus d’importance. La direction et Maurizio Sarri devront trouver le bon équilibre, entre jeunesse et expérience, pour ménager les égos tout en composant la meilleure équipe possible pour aller au bout.

Un onze titulaire pas encore fixé

À la Juventus comme dans tout autre club, il existe des joueurs intouchables. Szczęsny aux buts, Chiellini en défense centrale, Pjanic au milieu, Ronaldo en attaque. Du reste, rien n’est figé. Qui de Bonucci ou de De Ligt accompagnera Chiellini en défense ? À gauche, si Sandro semble avoir une longueur d’avance sur la concurrence, le flanc droit sera l’objet d’une féroce bataille entre Danilo et De Sciglio. Aux côtés du regista Pjanic, Matuidi et Khedira devront faire attention à l’apport de Ramsey et Rabiot, avec un Bentancur qui rôde toujours. L’attaque n’est pas en reste. Le poste de buteur n’est pas décidé, tout comme le flanc droit, où Bernardeschi et Costa auront la menace du polyvalent Cuadrado. Au beau milieu de tout cela, Dybala se battra aussi pour sa place, même si personne ne sait encore la situer.

Ces derniers jours, l’indécision sur le onze titulaire impacte aussi celle de la formation. À la chance pour la Juventus de posséder un effectif ultra polyvalent se couple la malchance de parfois ne savoir qu’en faire, entre le 4-3-3, le 4-4-2, le 4-2-3-1, le 4-3-2-1…

Au fond, s’il est prudent de pronostiquer un nouveau Scudetto pour la Juventus, il n’en reste pas moins que les problèmes de riche s’accumulent. L’effectif, le mercato, la liste pour l’Europe, la formation… Il faudra pour Sarri et la direction bien décider de la marche à suivre, au risque de faire de cette saison une année de transition, alors que tout indique que la Juventus la veut être celle, enfin, du succès continental.

Yacine Ouali



Lire aussi