Les premiers enseignements d’une reprise à huis clos

Par Cesco publié le 14 Juin 2020
gattuso-napoli

Les demi-finales retour de Coppa Italia ont eu lieu hier et avant-hier entre le Milan AC, la Juventus, le Napoli et l’Inter. Quatre cadors du football italien, qui après 3 mois de pause, avaient besoin de montrer leur forme physique et leur état global, au moment d’aborder la dernière ligne droite en championnat et en Europe.

Le Milan AC toujours en proie au doute

Si on ne peut enlever au Milan AC sa force de caractère pour avoir tenu un 0-0 à Turin face à la Juventus à 10 contre 11, il restera beaucoup de doutes. Une partie globalement non maitrisée que ce soit en défense ou en attaque avec des joueurs qui n’arrivent pas à se mettre en valeur. Le meilleur aura été Bonaventura qui s’est fait sortir et a déjà montré du mécontentement envers Pioli. Le problème des latéraux ne semble pas encore résolu et Calabria n’a semble-t-il pas profité de la pause pour se revigorer. Enfin, Rebic si étincelant avant la coupure, a anéanti les chances de son équipes sur un geste inutile et dangereux. Autant dire qu’au Milan, rien n’est jamais simple et cette reprise le prouve. Si on ajoute la blessure d’Ibrahimovic et les histoires en coulisses, cette fin de saison risque d’être compliquée. Le Diavolo n’a pas impressionné.

Une Juventus sans génie mais toujours aussi pragmatique

Si la prestation globale de cette Juve a déçu, il n’en reste pas moins que c’est une finale de Coppa conquise par les hommes de Sarri. Cristiano Ronaldo n’était pas en forme, a raté un penalty mais pourtant ce 0-0 les qualifie. Même dans un mauvais jour, la Vieille Dame sait gérer et composer avec ses lacunes du jour. Le Sarri-ball aura besoin de temps car il manque de la percussion en attaque et de la vitesse. Mention spéciale quand même à Dybala qui malgré un confinement difficile avec trois tests positifs au COVID-19, aura disputé un match plein d’intensité. C’est d’ailleurs un des seuls avec Bentancur.

L’Inter domine, mais ne gagne pas

L’Inter de Conte devait battre le Napoli pour passer en finale. Mission avortée avec un 1-1 qui pourtant n’est pas si décevant que ça dans la qualité. Les coéquipiers de Lukaku ont dominé la rencontre de bout en bout mais les quelques latences et relâchements habituels leur ont couté un but. Si Eriksen et Sanchez ont pu démontrer leur classe, ça n’a pas été le cas d’un Brozovic ou d’un Lautaro, décidément absent depuis que l’on parle de son transfert à Barcelone. Il est temps de réveiller tout ça, surtout que les Nerazzurri ont un calendrier plus que chargé d’ici la fin de saison.

Le Napoli avec ses armes

Le deuil de Sarri est définitivement fait. Gattuso a mis en place un bloc bas et un jeu en contre qui sied à son Napoli face aux équipes techniquement supérieures. Les joueurs sont adaptés et le coach emmène un club, en difficulté en championnat, en finale de Coppa. Un moment important dans une saison difficile qui pourrait changer la donne dans le sprint final. Les latéraux restent cependant un problème dans cette équipe et il faudra être capable à un moment de prendre le jeu à son compte pour espérer remonter. En tout cas, le Napoli reste l’équipe qui nous a fait la plus belle impression sur ces demi-finales !

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi