Les pires joueurs du Milan AC : 2ème

Par Bruno Ianigro publié le 21 Oct 2019

Avant le passage de Vikash Dhorasoo ou encore Yoann Gourcuff au Milan AC, un autre Français est venu tenter sa chance du coté de San Siro. Retour sur l’expérience expresse de Christophe Dugarry.

Un recrutement mal jugé

Le Milan AC de Fabio Capello, fait partie des grands d’Europe au début des années 90. Après une saison couronnée de succès en 1995/1996, le club cherche à compléter un groupe déjà bien fourni. Pour ce faire, les rossoneri sont intrigués par divers talents présent aux Girondins de Bordeaux. Eliminé par ces mêmes Bordelais en quart de finale de Coupe UEFA après une remontée incroyable, les observateurs milanais vont jeter leurs dévolus sur le double buteur du match retour, à savoir le français Christophe Dugarry.

Auteur de saisons correctes en Ligue 1, Dugarry rejoint le Milan AC à l’été 1996. Sa dernière saison à Bordeaux n’apporte pas des garanties certaines quant à la qualité et le potentiel du joueur : 37 matchs, 9 buts inscrits et seulement 2 passes décisives. Les saisons précédentes sont du même acabits, mais rien n’y fait, le Milan AC souhaite le recruter. La somme déboursée est conséquente pour l’époque : 6,5M€. Parmi ces coéquipiers à Bordeaux, y figurer les deux futurs champions du monde : Bixente Lizarazu et Zinedine Zidane. Ce dernier rejoindra d’ailleurs la Juventus pour 3M€ de moins… Une erreur de casting ô combien préjudiciable pour le Milan qui laisse filer sans le savoir l’un des plus grands footballeurs français de l’histoire.

Dugarry

Démarrage tardif et banc à répétition

Arrivé donc à 24 ans dans un club au sommet de son art, Dugarry doit faire face à la concurrence imposée par les objectifs d’un grand d’Europe. Ses compagnons d’attaque se nomment Roberto Baggio, George Weah ou encore Marco Simone. Capello partit au Real Madrid, c’est Oscar Tabarez qui guide l’équipe en ce début de saison 1996/1997. Le récent champion d’Italie ne verra débuter l’attaquant français qu’à l’occasion d’un match de poule de Champions League le 16 octobre contre Göteborg. 12 minutes à peine passées sur le terrain pour lui. Malheureusement, il ne gagnera que très peu de points aux yeux de son coach et n’apparaitra dans le onze de départ qu’à de très rares occasions.

Son salut aurait pu venir du départ de Tabarez en décembre 1996 suites au mauvais résultat du club, mais rien n’y fait. Malgré le retour de Sacchi, la situation ne va pas s’arranger pour le français. Toujours abonné au banc de touche, Dugarry va traverser la saison sans jamais réussir à bousculer la hiérarchie. Pire, sur ses 10 titularisations en championnat, les rossoneri ne se sont imposés qu’à deux reprises. Terrible statistique pour le jeune bordelais qui fera partie de l’équipe mise en place pour défier la Juventus en avril 1997 et qui verra les Turinois écraser les Milanais par un six buts à un retentissant.

Une saison cauchemardesque à tout point de vue

Cette saison 1996/1997 sera catastrophique pour le Milan AC et Christophe Dugarry. Un véritable fiasco pour le dernier champion d’Italie qui finit donc, 11e de Serie A, éliminé de Champions League dès la phase de poule, défait en Supercoupe d’Italie et éliminé rapidement en coupe d’Italie. De son côté Dugarry participe à 26 rencontres et inscris 6 buts sous le maillot rossonero. Après seulement un an en Lombardie, il décide de quitter l’Italie et rejoindre le FC Barcelone, persuader de pouvoir y réussir. Il n’hésite pas à témoigner, à l’aube de la saison 1997/1998, sa frustration quant à son passage à Milan « Capello voulait même me garder, cette saison. Mais la seule assurance qu’il pouvait m’apporter était que tout le monde aurait sa chance. Sorti de là, il n’avait aucune réponse à apporter à mes questions. Je me suis fait avoir une fois, pas deux. » Il se ravisera quelques années plus tard en déclarant que quitter le club de Berlusconi a été la plus grande erreur de sa carrière. Malgré un titre de champion du monde acquit en 1998, nul doute que les tifosi rossoneri n’ont aucun regret le concernant.

Bruno Ianigro



Lire aussi