Les pires joueurs du Milan AC : 11ème

Par Bruno Ianigro publié le 22 Avr 2019

Après le terrible épisode d’Istanbul en 2005 et cette défaite en finale de Champions League contre Liverpool suite à un scénario improbable, le Milan AC se doit de se relancer et effectuer une saison de haute facture. Pour cet exercice 2006/2007, le club rossonero dispose d’une armada offensive de premier plan avec Shevchenko et Inzaghi. Les Milanais vont ajouter deux autres protagonistes à cette attaque en la personne du jeune Gilardino, très en verve du côté de Parme, et le trentenaire Christian Vieri. C’est justement le départ de ce dernier vers Monaco au mercato hivernal qui va pousser le club à rechercher un attaquant supplémentaire. Leur choix va se porter sur une ancienne gloire de Serie A : Marcio Amoroso Dos Santos.

Un petit rôle pour un ancien capocannoniere

Arrivé libre de Sao Paulo en Janvier 2006, Amoroso revient dans un championnat qu’il connait bien. Le Brésilien a découvert la Serie A en 1996 lorsqu’il a rejoint l’Udinese en provenance de Flamengo. Il y a formé, durant une année, un duo prolifique avec Oliver Bierhoff, lui aussi passé en Lombardie par la suite. Il connaîtra une seconde aventure dans la botte avec le club de Parme. Un succès bien moindre que celui rencontré dans le Frioul. Le poste laissé vacant par Vieri n’est pas des plus simples. Derrière les trois autres buteurs Milanais, il faut faire preuve de patience. Une vertu dont n’en fera pas preuve l’ex buteur de l’Inter. Amoroso quant à lui, a déjà réalisé une très belle carrière et est sur le déclin. Malgré cela, il réalise en 2005, un passage remarqué à Sao Paulo. Il remporte la Copa Libertadores et le championnat du monde des clubs de la FIFA la même année, en y finissant meilleur buteur de la compétition. Des performances suffisantes pour taper dans l’œil des Rossoneri. En le recrutant, le club réussit à se doter, malgré son âge avancé, d’une solution offensive supplémentaire. Le propriétaire de l’époque, Silvio Berlusconi, a toujours eu de l’affection pour les grands joueurs, parfois (souvent?) avec un temps de retard. L’Auriverde fut dans son viseur lors de son passage tonitruant du côté d’Udine.

De timides apparitions et un départ inéluctable

Avec le Milan, il ne va disputer que 5 petites rencontres toutes compétitions confondues. Cela est trop insuffisant pour espérer prolonger l’aventure à Milanello. Très rapidement après son arrivée, il dispute son premier match sous ses nouvelles couleurs en Coppa Italia, face au Palermo. Malgré un succès 1-0 ce jour-là, il doit attendre 2 mois avant de retrouver du temps de jeu. Cette fois-ci, il entre en jeu contre l’Udinese, son ancien club. Il ne constitue que le 4e choix au poste d’attaquant et ne parvient pas à bouleverser la hiérarchie tant le niveau de ses camarades est élevé. Lors du dernier match de la saison, Carlo Ancelotti lui offre quelques minutes en fin de rencontre, une sorte de jubilé pour celui resté dans l’ombre au cours des derniers mois. Il en profitera pour concrétiser un penalty à la 91e minute et offrir la victoire à son équipe.

Amoroso n’a pas laissé de trace indélébile à Milan. A vrai dire, Marcio est plus connu pour avoir été un bourreau des Rossoneri et non pas un buteur prolifique sous les couleurs du club. Lors de la demi finale aller de Coupe UEFA en 2002, il inscrit un triplé avec son club de l’époque, le Borussia Dortmund.  Suffisant pour stopper les Lombards aux portes de la Finale. Le natif de Bahia quitte donc le Milan AC seulement 7 mois après l’avoir rejoint et retourne dans son pays pour y poursuivre une carrière en nette perte de vitesse.

Bruno Ianigro



Lire aussi