Les pires du joueurs du Milan AC : 24ème

Par Jérémie Panizzoli publié le 22 Mai 2018
Crédits

Lorsqu’il débarque en provenance de Manchester City le 31 aout 2010, Robinho est encore un des joueurs en vogue. Passé par Santos, le Real Madrid et City, le Brésilien cherche à se relancer après son passage en Angleterre. Séduit par Adriano Galliani, le natif de Sao Vicente va rapidement se faire une place dans l’effectif de Max Allegri aux cotés des Zlatan Ibrahimovic, Pato ou encore Pippo Inzaghi.

Une première année positive

S’il met cinq matchs pour inscrire son premier but face au Chievo, Robinho va régaler les amateurs de beau jeu dès ses premières rencontres. Capable de passer son vis à vis dans des espaces réduits, il est aligné en soutien de Zlatan Ibrahimovic. A la trêve, les Rossoneri sont leaders et Robinho retrouve une place en Seleçào. Buteur à 14 reprises et auteur de 3 assists, la première saison du brésilien est une réussite. Champion dès sa première année dans le Calcio, Robinho pense avoir relancé sa carrière dans le club milanais. Mais l’histoire va être différente…

Une déliquescence progressive

Si la saison suivante, le Milan AC continue de caracoler en tête du classement en compagnie de la Juventus, Robinho va progressivement perdre son influence dans le onze de Max Allegri. Moins lucide dans le dernier geste, il perd son efficacité devant les buts malgré 10 buts inscrits en 40 matchs toutes compétitions confondues. Battu sur le fil par les Bianconeri cette saison là, les Rossoneri perdent le Scudetto et vont voir partir beaucoup de joueurs importants durant le mercato. Resté dans l’effectif malgré les départs de Zlatan, Thiago Silva, Cassano sans compter les anciens cadres légendaires (Nesta, Seedorf, Inzaghi, Gattuso…), il fait partie des rares valeurs marchandes dans le groupe milanais.

Incapable de se sublimer

Après deux saisons honorables, Robinho va rentrer dans le dur. Propulsé leader d’une équipe en pleine déconfiture, il ne va jamais se montrer capable de pousser les autres à se sublimer. Discret sur le terrain la majorité du temps, il commence à devenir une des cibles des tifosi. Furieux de voir le Brésilien quelconque sur la pelouse, son bilan statistique s’en ressent. Aligné 23 fois en Serie A en 2012-2013, il n’inscrit que deux petits buts. Si les milanais finissent néanmoins par accrocher la Champions League en fin de saison, Robinho est poussé vers la sortie. Mais avec un salaire conséquent, personne ne réussit à le faire partir de Milan. Resté une saison supplémentaire, il en profitera pour inscrire un but important mais au final inutile face au Barça en 8èmes de finale de Champions League en 2014. A l’image de son passage chez les Rossoneri…

Palmarès et stats au Milan AC

1 Serie A (2011)

1 SuperCoppa (2012)

Matchs joués : 144

Buts inscrits : 32

Le Flop 30 Milan

30ème : Cerci

29ème : Destro

28ème : Taïwo

27ème : Papastathopoulos

26ème : Mancini

25ème : Bertolacci

24ème : Robinho

23ème : ???




🔥 Les sujets chauds du jour :

Luciano Spalletti révèle la hiérarchie pour les tireurs de pénalty avec l’Italie

« J’ai hâte d’affronter l’Italie », Alvaro Morata

« Nous devons être au même niveau que l’Espagne », Giacomo Raspadori

« Scamacca peut être l’avant-centre dont l’Italie a besoin », Cesare Prandelli

Frattesi nomme deux légendes italiennes comme étant des modèles

Avatar

Jérémie Panizzoli

Rédacteur référent pôle events & live



Derniers articles