Les notes du Napoli face à la Juventus

Par Cesco publié le 01 Sep 2019

Le Napoli s’est incliné dans un match fou face à la Juventus. Remontés de 3-0 à 3-3, les Napolitains ont cédé en toute fin de match avec un but contre son camp de Kalidou Koulibaly. Voici les notes des protagonistes napolitains de la rencontre.

Meret 5,5 : Loin d’être incroyable ce soir. Un superbe arrêt sur Khedira mais il encaisse 4 buts. Certains inévitables, d’autres (Danilo, Ronaldo) plus difficiles a admettre.

Di Lorenzo 6,5 : Son but sauve une première mi-temps catastrophique.

Manolas 6,5 : En difficulté tout le match, il est là pour placer son coup de tête afin de relancer l’espoir.

Koulibaly 4,5 : Match difficile pour lui. Il offre la victoire à la Juventus malgré lui sur un dégagement loupé à la 92ème minute. Plus tôt il se fait enrhumer par Higuain sur le 2-0.

Ghoulam 4,5 : Le côté gauche n’a jamais existé au Napoli. Et pour preuve, on a même trouvé que Mario Rui faisait une super entrée. C’est dire. Remplacé par Mario Rui

Callejon 6 : Une débauche d’énergie plus que respectable. Heureusement qu’il est là. A 3-0 il n’abandonne jamais.

Allan 6,5 : Il porte le milieu de terrain à lui seul. Remplacé par Elmas

Zielinski 5 : Une passe décisive pour Di Lorenzo mais sinon … c’est compliqué pour le Polonais.

Ruiz 6 : Sa première mi-temps, c’est l’enfer. Il monte en puissance en deuxième avec son équipe.

Mertens 5,5 : Une nouvelle simulation à son actif et une inaction terrible.

Insigne 4,5 : 2 buts et 2 passes la semaine dernière. Aujourd’hui ? Rien si ce n’est une blessure en fin de première mi-temps. Remplacé par Lozano.

—-

Mario Rui 6 : Mais oui ! Une bonne entrée. Il délivre le caviar pour Manolas.

Elmas 5,5 : Fait ce qu’il faut par intermittence. Veut trop bien faire … trop vite.

Lozano 7 : Il rentre il marque et il fait souffrir la défense de la Juventus comme personne avant lui dans ce match. Bravo.

Ancelotti 6 : Il a tout loupé dans l’approche du match. Son équipe ne touche pas un ballon et se fait submerger par la Juventus. Tactiquement, son réajustement après la pause est un modèle du genre. Koulibaly l’empêche d’être le maitre de la soirée.

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi