Les notes du Napoli contre l’Etoile Rouge

Par Nicolas Soldano publié le 29 Nov 2018

En gagnant 3-1 face à Belgrade, le Napoli reste premier de son groupe avec une marge de 3 points d’avance sur Liverpool. Rien est acquis mais les hommes d’Ancelotti ont fait le boulot. Voici les notes des protagonistes de la rencontre. Le barème est italien.

Ospina 6 :  Pas fautif sur le but, pour le reste, il aura su rester serein dans un match plutôt tranquille. Il signe une belle intervention en fin de match.

Maksimovic 6,5 : Il confirme sa capacité à évoluer à un excellent niveau en Ligue des champions. Élégant et efficace lors de ses sorties de balles. À la sortie d’Albiol, il est repositionné en tant que véritable défenseur central .

Albiol 6 : Il ressort toujours aussi bien le ballon. Propre dans son placement, il est forcé de sortir à la mi-temps (avec un taux de réussite à la relance de 95%) à cause d’un pépin physique. La ligne défensive a d’ailleurs perdu un peu de sérénité par la suite. Remplacé par Hysaj

Koulibaly 6,5 : Comme à son habitude, il utilise parfaitement son physique pour annuler les velléités des attaquants serbes. Il se créé également une grosse occasion de la tête après une course folle vers l’avant, sa faculté offensive devient une véritable constante de son jeux. Il n’est par contre pas parfait sur le but concédé.

Mario Rui 6 : Bien dans la phases offensives, il a beaucoup effectué d’appel sur son côté, permettant des débordement accouchant sur des centres et des triangulations. Avec la sortie d’Albiol, il redescend un peu plus bas sur le terrain et fini par être fautif sur le but serbe.

Callejon 5,5 : Dans la première partie du match, il se révèle plutôt constant et utile. Pas toujours clinquant, mais efficace pour trouver la profondeur derrière la défense adverse. Moins impliqué après la reprise. Remplacé par Rog

Allan 7 : Gagne encore une fois quasiment tous ses duels, confirmant son niveau très élevés dans cette campagne européenne. Au cours de la dernière demi-heure, il a doublé d’intensité lorsque ses camarades se sont mis à peiné un peu plus.

Hamsik 7 : Il a Maîtrisé le jeu avec une classe supérieure à celle de tous les autres joueurs sur le terrain. Tout simplement. Il est notamment devenu le premier joueur de l’histoire du Napoli à marquer sur 12 saisons consécutives. Son but est presque un détail comparé à son jeu de passe fluide, avec des changements d’ailes d’une précision chirurgicale. Il a régalé son duo offensif, sa passe décisive pour Mertens est un modèle du genre.

Fabiàn Ruiz 6,5 : C’est vraiment un autre Naples lorsqu’il est présent à gauche, ses extérieurs du pied gauche pour orienter le jeu tout en touché reflète son aisance technique. Il a quasiment toujours  trouvé les brèches dans la défense des serbes, comme sur le premier but de Mertens.

Mertens 7,5 : Tout d’abord buteur grâce à son opportunisme, il envoie ensuite une superbe frappe en lucarne après un appel tranchant pour le doublé. Une soirée qu’il ne sera pas prêt d’oublier car il dépasse Cavani et devient le meilleur buteur européen de l’histoire du Napoli.

Insigne 6 : Ce soir il a laissé Hamsik et Mertens revêtir les habits de lumière. Il n’a pas démérité, notamment en termes d’appels et de tentatives de dribbles en un contre un, mais il n’a pas été présent dans les actions décisives. Remplacé par Zielinski

 


Hysaj 6 : Quelques hésitations, mais sérieux dans l’ensemble, même si il parfois pris quelques risques en tentant certains dribbles en phase reculée.

Zielinski : non noté

Rog : non noté

Ancelotti 7 : Le choix de maintenir Maksimovic au poste de défenseur droit en Champions League continu d’être payant. Contrairement à son utilisation contre Paris ou Liverpool où il avait une grande responsabilité défensive dans le repli couloir droit, il avait ce soir plutôt comme rôle de jouer en retrait pour permettre aux joueurs de côté de se concentrer principalement sur leurs tâches offensives. Le Napoli reste premier du groupe, il ne reste plus qu’à aller chercher la qualification à Anfield. Certainement une autre paire de manche.

Nicolas Soldano

Rédacteur



Lire aussi