Les notes du Milan AC face à l’AS Roma

Par Matthieu Pianezze publié le 10 Jan 2016
Crédits

milan-ac

Donnarumma 7 : Après 15 secondes de jeu, il déploie son immense carcasse pour sauver la patrie. Puis évite que Rudiger réalise un doublé en sortant un arrêt réflexe sur sa ligne digne des plus grands. Moins sollicité dans la suite du match. On dit merci San Gigio.

 Abate 5,5 : À l’instar de ses coéquipiers il réalise une entame de match très compliquée. À la reprise, il revient dans le match et réalise plusieurs montées intéressantes avant de se blesser une nouvelle fois. Son énième blessure musculaire, c’est grave docteur ? Remplacé par Antonelli

Romagnoli 5 : On ne sait pas si c’est son retour dans son club formateur qui l’a déboussolé mais son début de match fut catastrophique. Mis à l’amende plusieurs fois par le jeune Sadiq, il parvient à se ressaisir et à rendre une copie plus honorable. 

Zapata 5 : Plus titularisé depuis onze matchs, l’international colombien n’a pas marqué beaucoup de points ce soir. Absent dans le marquage sur le but romain, il ne dégage aucune sérénité. Ses relances de l’extérieur du pied sont un supplice pour le coeur des tifosi milanais. À son crédit une belle ouverture du plat du pied cette fois pour Carlos Bacca.

De Sciglio 6 : Encore une fois titulaire malgré des prestations décevantes, il a rendu une copie très propre sur le plan défensif en maîtrisant la vitesse des ailiers romains. Cependant, on attend beaucoup plus de lui d’un point de vue offensif où son apport est proche du néant.

Honda 6 : L’un des matchs les plus aboutis de la saison pour le Japonais qui s’est démené sur son côté droit. Techniquement et tactiquement dans le rythme de la rencontre, il délivre une merveille de centre sur l’égalisation lombarde. Son manque de vitesse reste un handicap majeur dans une équipe qui manque cruellement de talent individuel.

Bertolacci 5,5 : Lui aussi était des retour face à son club formateur et s’est montré moins fébrile que Romagnoli. Pour le reste, sa prestation est quelconque, il a essentiellement joué ses ballons de manière latérale. On attend beaucoup plus d’un joueur qui avait distillé six passes décisives et inscrit six buts avec le Genoa la saison passée.

Kucka 6 : Avouons le clairement, ce joueur âgé déjà de 28 ans ne fera plus de progrès sur le plan de la qualité technique. Par contre, sa combativité et son abnégation masquent certaines lacunes et font de lui l’un des meilleurs joueurs du match. Il permet à son équipe d’égaliser d’un joli coup de tête mais il rate une balle de match suite à une offrande de Boateng.

Bonaventura 6 : En première mi-temps il fut l’un des seuls à être au niveau, en multipliant les gestes techniques et les déboulés sur son flanc gauche. Malheureusement, il ne peut pas tout faire tout seul et a fini le match fatigué avant de sortir. Remplacé par Niang

Bacca 5,5 : Plus présent dans la rencontre que mercredi dernier face à Bologna. Cependant, il rate encore un duel face au gardien qui aurait pu libérer son équipe en première mi-temps. Sa débauche d’énergie est impressionnante mais la réussite semble le fuir, à l’instar de sa frappe sur la transversale en seconde période.

Luiz Adriano 6 : De retour comme titulaire en lieu et place de Niang, son jeu dos au but et ses déviations sont un délice pour ses partenaires. Ses mouvement son également intéressants. Le problème est qu’il n’a pas touché assez de ballons dans la surface de réparation pour se montrer dangereux. Remplacé par Boateng

——————————————–

Boateng 6,5 : Kevin Prince est de retour dans le game et le moins que l’on puisse dire c’est que son entrée fut fracassante. Affuté et incisif dans ses prises de balle, il a apporté un second souffle à son équipe. Il offre une balle de but à Kucka qui loupe le cadre. Le problème est de savoir si cela n’était pas un feu de paille pour un joueur habitué aux coups d’éclats et non à la régularité.

Antonelli non noté 

Niang non noté 

Siniša Mihajlović 6 : Pour une équipe dans le doute depuis plusieurs semaines, le discours d’avant match du technicien serbe n’a pas l’air d’avoir eu beaucoup d’effet, au regard de l’entame cataclysmique des rossoneri. Il a du souffler dans les bronches de ses joueurs à la mi-temps qui ont montré un tout autre visage par la suite. Son schéma en 4-4-2 n’offre rien de transcendant dans le jeu et il semble toujours aussi peu enclin à effectuer des changements tôt dans une rencontre. Attention, tonton Silvio veille au grain !

*Le barème est italien





Avatar

Matthieu Pianezze

Rédacteur



Derniers articles

Revue de presse quotidienne du calcio

Recevez chaque jour à midi un email avec nos meilleures actualités. (Service gratuit)

Inscription effectuée ! Vous aller recevoir un email et vous devez impérativement confirmer votre inscription.