Les notes du Milan AC et de la Lazio

Par Boris Abbate publié le 26 Oct 2018

Après une troisième journée de Champions League plutôt bien négociée pour les clubs italiens avec les victoires de la Juventus, de l’AS Roma, et le nul du Napoli, le Milan AC et la Lazio poursuivaient eux hier soir leurs parcours en Europa League. Et si la Lazio a parfaitement maitrisé son sujet à Marseille sur la pelouse du Vélodrome (1-3), le club rossonero est lui retombé dans ses travers avec une défaite logique face au Bétis Séville (1-2). Voici les notes des protagonistes de ces deux rencontres, le barème est italien.

Milan AC : un naufrage collectif

Bakayoko (4,5) : Complètement perdu, une nouvelle fois. Gattuso lui faisait pourtant confiance en l’alignant d’entrée dans cette rencontre, mais l’ancien de Monaco n’apportera quasiment rien. Il ne défend pas, ne tente pas et propose rien dans le coeur du jeu. Un véritable mystère. Remplacé à la mi-temps, logiquement.

Castillejo (6) : L’un des rares à apporter un semblant de lumière dans cette rencontre. Tout n’est pas parfait, mais l’Espagnol tente beaucoup, attrape le poteau adverse avec une lourde frappe lointaine, et offre même le but de l’espoir à Patrick Cutrone.

Cutrone (6,5) : Il remplace un Borini bien fade à l’intervalle, et apporte tout ce qu’on lui connait. Du dynamisme, de la percussion, et cette envie folle qui le caractérise. Auteur du but qui « relance » la partie.

Milan AC : Reina (4,5), Calabria (5,5), Zapata (4,5), Romagnoli (5), Laxalt (5,5), Suso (5), Biglia (5,5), Bonaventura (5), Higuain (5), Borini (4,5), Bertolacci (non noté)

Lazio : Facile et appliquée

Immobile (7,5) : Un grand grand match, pour sa centième avec la Lazio. Il trouve le poteau à la 22 ème, mais sert parfaitement Caicedo sur l’un des buts laziale. La définition parfaite de l’uomo squadra, puisque l’Italien était de partout hier soir.

Caicedo (7) : Avec lui sur le terrain, la Lazio a toujours gagné cette saison. Et on comprend mieux pourquoi. Deux buts pour lui hier soir, une talonnade magnifique pour son pote Ciro sur l’action du poteau, et une influence de plus en plus grandissante dans le jeu des Romains.

Wallace (7) : On connaissait la version très moyenne du brésilien, celle ou le joueur empile les boulettes et les mauvais gestes. Mais face à Marseille, l’ancien de Monaco en a livré une de ses plus belles. Il ouvre le score en début de match, et devient un roc défensif tout au long de la rencontre. Le Wallace qu’on aime.

Lazio : Strakosha (5,5), Acerbi (6,5), Radu (6,5), Caceres (6), Parolo (6,5), Leiva (6), Milinkovic (6,5), Lulic (6,5), Berisha (6), Marusic (7)

 

Boris Abbate

Rédacteur



Lire aussi