Les notes de l’AS Roma face au CSKA Moscou

Par Luca Dangréaux publié le 24 Oct 2018

Les joueurs d’Eusebio di Francesco se sont imposés avec la manière et des beaux buts face aux Russes (3-0). Voici les notes des protagonistes de la rencontre. Le barème est italien.

Olsen 6 : Deux grosses parades en première période. Sur le but refusé au CSKA, il dégage le ballon sur le côté certes, mais il y avait peut-être mieux à faire que cette passe presque décisive.

Florenzi 6 : Un retour défensif énorme à la 24e, quelques centres bien ajustés et une très grosse demi-volée au retour des vestiaires. Il a fini ailier droit. Prestation solide.

Manolas 6,5 : Il laisse Chalov s’échapper sur la seule action construite dans la surface romaine, heureusement que l’attaquant réalise un drop. Autrement impérial comme sur ce tacle pour couper une passe en retrait (65e).

Fazio 6 : Enorme première période des quatre axiaux défensifs. La plupart des actions moscovites s’arrêtaient avant les 30 mètres romains et l’Argentin représente au mieux cette concentration.

Santon 5,5 : Le plus neutre de la soirée côté romain. Jamais décisif mais jamais coupable.

De Rossi 6 : On dit souvent qu’un attaquant tourne autour d’un autre, c’est le cas au milieu à Rome où De Rossi sert de solide point de fixation. Auteur de la première chaude occasion de la tête (23e). Remplacé par Schick

Nzonzi 6 : Beaucoup de déplacements, présent dans les deux surfaces, des transitions offensives intéressantes. Bon match.

Cengiz Ünder 6,5 : Une accélération intéressante dès son premier ballon, beaucoup de ballons touchés et un beau but. Remplacé par Kolarov

Pellegrini 7 : Les deux premières frappes romaines sont pour lui dont un astucieux lob. Il fait presque tout sur le premier but. Une position de numéro 10 qui pourrait lui convenir sur le long terme. Remplacé par Cristante

El Shaarawy 6,5 : Pas terrible dans le jeu en première période mais impliqué de belle manière dans les deux premiers buts.

Dzeko 7,5 : Deux buts, une passe décisive, un abattage conséquent dans le jeu, de la disponibilité, de la domination physique… performance de Champions League bien loin du spectacle offert face à la SPAL.

Cristante 6 : Il a apporté de la densité au milieu de terrain. Il dévisse une frappe alors qu’il était dans une position rêvée.

Kolarov : non noté

Schick : non noté

Di Francesco 6,5 : épatante domination de son équipe après le naufrage de la SPAL. Un onze seulement amputé de Pastore et Kolarov mais il a véritablement dominé son match. Mention spéciale à la paire de récupérateurs De Rossi-Nzonzi et surtout au quatuor offensif. Ils ont tout fait : percées individuelles, présence physique, combinaison en une touche, jeu verticale, permutation, disponibilité… Une large palette qui explique la soirée galère des Russes. Le premier but arrive au bon moment puisque les romains (Dzeko et Florenzi surtout) commençaient à s’agacer.

Luca Dangréaux



Lire aussi