Les notes de l’AS Roma face à Liverpool

Par Anthony Maiorano publié le 25 Avr 2018
Crédits

Alisson 5.5 : Une soirée éprouvante pour le dernier rempart giallorosso. Difficile de lui reprocher grand chose sur les cinq réalisations adverses. Il a eu le mérite de retarder l’échéance comme il pouvait. En face, l’étourdissant trio offensif anglais avait décidé de lâcher les chevaux, une fois de plus.

Fazio 5 : L’Argentin rentre bien dans le match, entre solidité dans les duels aériens et relances de qualité. Prend l’eau par la suite et termine sur les rotules.

Manolas 4.5 : Tente tant bien que mal de mettre le pied ou le corps un peu partout pour mettre son habitacle à l’abri, mais est constamment en retard et fait preuve de naïveté sur les 3 et 4ème buts des locaux.

Juan Jesus 4 : Spectateur non payant, ses retrouvailles avec son ancien camarade de classe Salah tourne au fiasco absolu. Parfois par manque de soutien de ses collègues, souvent par incompétence. Malins, les Reds abusent de longues balles dans le dos du Brésilien, dangereuses à chaque fois. Merci d’être venu. Remplacé par Perotti

Florenzi 4.5 : Opposé à la mobylette Mané, il enchaine les errances en zone défensive et les imprécisions lors de ses projections. Fautif sur le cinquième but.

De Rossi 5 : A l’image des siens, il débute bien la partie et semble prendre le dessus sur l’entrejeu anglaise. Avant de capituler et de subir la montée en puissance de Milner & consorts. Le jeu tout en verticalité des protégés de Klopp aura asphyxié un capitaine totalement à la dérive. Remplacé par Gonalons

Strootman 5 : Top départ et le Batave allume la mèche après seulement deux minutes. Par la suite, il se contentera de courir dans le vide et d’admirer les travées envoutantes d’Anfield Road.

Kolarov 5.5 : Une barre transversale, des chevauchées généreuses et une souffrance palpable au fil des minutes. C’était soirée portes ouvertes chez les Kolarov.

Nainggolan 6 : Difficile de s’extirper du marquage serré des Anglais, même pour un Ninja qui aura tout de même démontré son habituelle débauche d’énergie tout en effectuant certaines récupérations de belle facture, sans oublier l’assist pour la réduction du score. Seul au monde.

Under 4.5 : Préféré à Schick, il échoue à son épreuve de maturité. Peu en vue et surclassé sur le plan physique d’abord, puis également technique. Remplacé par Schick

Dzeko 5.5 : Un ectoplasme, bien surveillé il est vrai par la charnière britannique. Avant de sortir de sa période de léthargie pour sauver l’honneur des siens. Son septième pion de la compétition.


Schick 5.5 : Le supersub le plus prolifique du dernier championnat relève Under et tente d’apporter du poids aux avant-postes. Pour l’efficacité, l’on repassera.

Gonalons 5 : A l’image de son entrée en jeu à Barcelone, le brave s’invite au combat lors d’une période de difficultés extrêmes. Peu rassurant mais pas ridicule.

Perotti 6 : 25 minutes remarquées et toujours menaçant lorsqu’il a le cuir en sa possession. Et si la carte Perotti avait été abattue trop tardivement ?

Di Francesco 5 : Les 20 minutes initiales de ses disciples sont porteuses d’espoir, avant de littéralement sombrer. Il confirme la défense à 3 face aux véloces attaquants anglais avant de corriger le tir au bout d’une bonne heure de jeu. Le mal était déjà fait.




🔥 Les sujets chauds du jour :

David Villa révèle son favori pour Italie – Espagne

« L’Espagne est une équipe très difficile à battre », Fabio Capello

Luka Modric prévient l’Italie avant le dernier match de la phase de groupe

« Il sera spécial de jouer contre l’Italie », Fabian Ruiz

« Le match contre l’Espagne est l’un des plus importants de ma carrière », Luciano Spalletti

Avatar

Anthony Maiorano

Rédacteur



Derniers articles