Les notes de l’AS Roma face à La Gantoise

Par Loris Meucci publié le 28 Fév 2020

L’AS Roma a obtenu son ticket pour les huitièmes de finale d’Europa League sur la pelouse de La Gantoise. Un match nul (1-1) qui suffit au bonheur des Giallorossi qui l’avaient emporté à l’aller (1-0). Voici les notes des protagonistes romains ayant pris part à la rencontre. Le barème est italien.

Lopez 5,5 : Attentif et rassurant sur sa ligne, un peu moins dans le domaine aérien.

Spinazzola 5 : En délicatesse sur le plan défensif et trop peu impactant offensivement. Remplacé par Santon

Mancini 4,5 : Il a énormément souffert dans son duel face à David, il est d’ailleurs coupable d’un marquage laxiste sur le but du jeune canadien.

Smalling 6,5 : Encore une copie très propre pour l’Anglais. Autorité naturelle, sobriété, tranquillité.

Kolarov 5,5 : Une frappe dangereuse en début de match puis plus rien, si ce n’est quelques approximations notamment sur le plan défensif.

Cristante 5 : Beaucoup trop de déchets dans les transmissions et un manque d’impact positif au milieu de terrain.

Veretout 5,5 : Assez brouillon, il couvre les montées incessantes de Spinazzola avec discipline mais aussi avec difficulté. Remplacé par Fazio

Perez 5,5 : Discret pendant le premier acte, il a laissé entrevoir un peu plus de son potentiel lors du deuxième. Encore timide. Remplacé par Villar

Mkhitaryan 6,5 : Sans être flamboyant, il a fait la différence sur une des rares incursions romaines en délivrant une superbe passe décisive.

Kluivert 6,5 : Manque de justesse criant mais il est le seul à faire des différences à travers ses dribbles et ses courses. Son but pèse dans la balance.

Dzeko 6 : Très peu d’occasions à se mettre sous la dent mais le capitaine romain a été comme souvent précieux dans son jeu en pivot, dans le combat et dans les tâches défensives.

Santon 6 : Entrée rigoureuse de l’Italien qui colmate les brèches d’un couloir droit qui en avait bien besoin.

Fazio : non noté

Villar : non noté

Fonseca 6 : Si la qualification est bien en poche et que l’essentiel est fait, le contenu laisse à désirer. Sa Roma a souffert une bonne partie du match mais a eu la bonne idée de faire mouche sur une des rares occasion qu’elle s’est créée. La transition en phase défensive a été délicate et les espaces concédés à l’adversaire trop importants. Son coaching en fin de match a cependant consolidé le résultat.

Loris Meucci



Lire aussi