Les joueurs à retenir : Juventus

Par Yacine Ouali publié le 10 Jan 2019

LES TOPS

Cristiano Ronaldo : Arrivé à Turin après 9 saisons au Real Madrid, Cristiano Ronaldo s’est si vite adapté à l’environnement turinois qu’il a fini 2ème meilleur buteur du club en 2018 en n’ayant joué que 4 mois et demi. C’est dire la réussite totale qu’a été ce transfert. Indispensable, Ronaldo a mis quasiment 4 matches à comprendre le jeu italien avant de véritablement lancer la machine. Désormais leader incontesté d’attaque, il magnifie le jeu de joueurs tels que Mandzukic ou Dybala, qui sous sa supervision jouent mieux, marquent plus, gagnent plus. Reste maintenant à savoir s’il réussira à transposer ses performances domestiques en Europe, où sa phase de poules fut en demi-teinte (1 but, 2 passes décisives, une expulsion). Avec Cristiano Ronaldo, la Juventus atteint enfin l’objectif que s’était fixé le président Agnelli à son arrivée 2010 : devenir invincible.

Giorgio Chiellini : d’aucuns disent que Ramos ou Van Dijk sont meilleurs que lui. D’autres disent, à juste titre, que Chiellini est cette saison le meilleur défenseur du monde. Comme le veut la tradition italienne, il se bonifie avec l’âge et supervise, du haut de sa forteresse, le ballet défensif turinois à chaque match ou presque. Régulièrement sauveur de Bonucci, Chiellini a en plus épuré son jeu avec le ballon, faisant de toutes ses passes et percées le début d’actions dangereuses. Il y a fort à parier que le roc pisan sera encore présent dans la défense bianconera et de la Nazionale pour quelques années avec deux objectifs clairs en tête : gagner enfin la Champions League et aller le plus loin possible à l’Euro.

Joao Cancelo : Transfuge de l’Inter, le latéral portugais n’a pas non plus mis longtemps à s’adapter au jeu turinois. Impressionnant sur son côté, il apporte, en plus d’une qualité défensive certaine, ce que Lichsteiner et Barzagli ne faisaient que par à-coups, à savoir une présence offensive dévastatrice. Dribbleur hors-pair, centreur précis et passeur avisé, Cancelo est la parfaite incarnation du latéral moderne. La Juventus est en sécurité sur ce point, d’autant plus que son remplaçant De Sciglio n’est pas non plus en reste. Que de casses-têtes à venir pour Allegri après la trêve…

LES FLOPS

Douglas Costa : Que l’ombre de lui-même depuis sa suspension pour crachat contre un joueur de Sassuolo, Costa n’est plus la comète qu’il a pu être la saison dernière. Relégué au rang de remplaçant de Bernardeschi puis de Dybala, il a du mal à convaincre Allegri de ne lui accorder plus que des bouts de matches. Il ne faut toutefois pas douter qu’il aura sa chance après la trêve avec la multiplication des matches. À lui de la saisir et de montrer qu’il peut être plus qu’un joker de luxe dans un grand club.

Juan Cuadrado : Pourtant titulaire en début de saison, Cuadrado a progressivement été mis sur le banc. Moins décisif qu’auparavant, il a quelque peu perdu de la précision et de l’explosivité qui faisaient de lui un profil unique. Depuis août, il a plus fait parler pour ses étranges décisions avec le ballon plutôt qu’autre chose, et, comme pour Costa, il a vu Bernardeschi et Dybala le doubler dans la hiérarchie des ailiers droits.

Sami Khedira : De plus en plus insistantes sont les rumeurs se faisant l’écho d’un départ de Khedira en fin de saison. Peu à vrai dire seront ceux qui le regretteront, tant l’allemand n’est, depuis plus d’un an déjà, plus que l’ombre du milieu génial qu’il a été en 2016-2017. Imprécis, peu récupérateur et peu présent dans le jeu, il plombe à chaque fois l’équipe lorsqu’il est sur le terrain. Seul Allegri continue mystérieusement à lui faire confiance… mais pour combien de temps encore ?

Yacine Ouali



Lire aussi