Les joueurs à retenir : Inter

Par Nadhem Korbi publié le 09 Jan 2019

LES TOPS

Mauro Icardi : Qui d’autre à part le bomber argentin ? A qui tu penses quand on te demande de nommer le meilleur joueur de l’Inter ? C’est forcément l’une des questions les plus faciles à répondre. A part ses 9 buts en championnat, c’est en Champions League que le capitaine nerazzurro a passé un cap. En effet, pour sa 1ère participation (à 25 ans) dans la compétition reine, il a marqué 4 buts en 6 matches. Malheureusement pas suffisant pour permettre à l’Inter de passer le 1er tour mais Icardi a pu enterrer le dernier point faible qui pouvait exister chez lui : ne pas savoir s’imposer en Europe.

Matteo Politano : Recruté l’été dernier en provenance de Sassuolo, il s’est imposé directement comme un maillon fort de l’Inter cette saison. Politano est le seul joueur qui a disputé tous les matchs du club: 19/19 en championnat et 6/6 en Champions League. Ses prestations lui ont permis de gagner très vite la confiance de Spalletti. Sa vitesse et sa capacité à dribbler ont donné à l’équipe un nouveau timbre offensif qu’elle ne possédait pas auparavant. Cerise sur le gâteau, il a eu sa 2ème convocation en Nazionale et il a même marqué son 1er but sous le maillot de l’Italie.

Marcelo Brozovic : Le Croate a changé de dimension dès la fin dernier exercice, depuis que Spalletti a décidé de le positionner devant la défense. Cette saison, il a continué sur la même lancée. Brozovic est le vrai leader technique de cette Inter. Tous les ballons passent par ses pieds. Son apport est peut être difficilement détectable dans les matchs. Toutefois, c’est surtout quand il n’est pas là que tout le monde comprend son importance. En son absence, les Nerazzurri peinent beaucoup dans la construction du jeu.

LES FLOPS

Radja Nainggolan : Recrue phare de l’été dernier. Malheureusement, après 6 mois, le bilan est plutôt négatif. Pas de problème d’adaptation ou de tactique. C’est surtout en dehors du terrain que ça s’est joué. A part ses pépins physiques, des soirées, des arrivées tardives aux entraînements. Le Belge mène une vie qui ne suit pas son statut de joueur professionnel. L’Inter a fini par le sanctionner en espérant que le message passe. Rendez-vous en juin pour faire le bilan final.

Sime Vrsaljko : Il n’était que l’ombre du joueur que nous avons vu dans la dernière Coupe du Monde. L’Inter se vantait d’avoir battu la concurrence pour obtenir sa signature. Finalement, le Croate paraissait très loin de son niveau habituel du fait de deux blessures survenues pendant les trêves avec son équipe nationale. Seulement 12 matchs dans cette 1ère partie de la saison. Aucun impact, aucun but. Les Nerazzurri ont payé 6M€ pour son prêt mais pourront décider de s’arrêter là si rien ne s’améliore d’ici la fin de l’exercice. Cependant, la tendance est plutôt au rachat.

Ivan Perisic : A l’instar de son compatriote cité plus haut, personne n’arrive à retrouver le Perisic de la Coupe du Monde. 3 buts marqués. Presque 4 mois entre le 2ème et le 3ème. Plusieurs voix parlent d’une fin de cycle du croate à l’Inter. Il voulait probablement partir l’été dernier. Il est finalement resté. Et c’est peut être la raison pour laquelle il ne se fait plus plaisir en jouant. En regardant Perisic pendant les matchs de l’Inter, vous pouvez remarquer une certaine nonchalance de sa part. Quelque chose changera d’ici la fin de la trêve ? Espérons bien !

Nadhem Korbi

Rédacteur



Lire aussi