Les Italiens de Bundesliga

Par Ben Soffietti publié le 05 Juin 2020

Alors que les amoureux de Calcio attendent impatiemment la reprise de la Serie A le 20 juin, un championnat a déjà repris depuis la mi-mai. Il s’agit de la Bundesliga. Contrairement aux Français et aux Espagnols qui s’y exportent fréquemment, les Italiens qui ont écumé les stades de Bavière, de Saxe ou de Rhénanie ne sont qu’une petite vingtaine. Et parmi-eux, dans ce pays qui a sacré la Squadra Azzurra en 2006, tous n’ont pas connu les mêmes réussites.

Ils évoluent actuellement en Bundesliga

Actuellement, il y a deux joueurs italiens évoluant en Bundesliga : ce sont des binationaux, car ni Vincenzo Grifo, l’attaquant de Fribourg, ni Daniel Caligiuri, le milieu/latéral de Schalke 04 ne sont nés en Italie, mais ils ont opté tous les deux pour la nationalité sportive italienne. Le premier a même porté à deux reprises le maillot de la Squadra Azzurra alors que le second a seulement été convoqué, en 2015, par Antonio Conte.

Au contraire de ces deux habitués du championnat allemand, le jeune Simon Straudi est bien né en Italie, dans le Trentin. Âgé de 21 ans, il n’a pour le moment jamais joué avec les pros du Werder Brême, mais cela pourrait prochainement arriver.

La ‘’bier’’ leur a réussi

À l’exception de Caligiuri qui y évolue encore, Giulio Donati est l’Italien qui compte le plus d’apparitions en Bundesliga. 124 matchs en six saisons partagées entre Leverkusen, qui mise sur le latéral qui n’avait alors disputé que quatorze matchs de Serie A et Mayence, qui le relance à l’hiver 2016 et avec qui, il disputera plus de 80 matchs. En mai 2019, en fin de contrat, il se retrouve sans club et rebondit à Lecce.

Ruggiero Rizzitelli est lui le pionnier, arrivant au Bayern à la demande de Trapattoni en 1996. Deux saisons correctes pour cet ancien attaquant de la Roma qui soulève trois titres nationaux (un championnat et deux coupes), n’inscrivant cependant que douze buts.

A l’inverse, Luca Toni va s’épanouir en Bavière. Un an après le titre de champion du monde, le Bayern dépense onze millions pour le faire venir. Toni a la lourde tâche de remplacer Roy Makaay, mais il profite de sa très bonne entente avec Ribéry pour inscrire 58 buts TTC en deux saisons et demi, raflant deux titres de champions, deux coupes et un trophée de meilleur buteur dès sa première saison.

Et si Toni et ses partenaires ne sont pas champions en 2009, c’est parce que le Wolfsburg d’Andrea Barzagli, élément indispensable de la défense des Loups, leur vole la vedette. Mais le défenseur perd sa place la saison suivante et il quitte l’Allemagne au bout de deux ans, direction une idylle avec la Juventus.

La Vecchia Signora que quitte Cristian Molinaro à l’hiver 2010 pour rejoindre Stuttgart. Il y dispute rapidement les huitièmes de finale de la Champions League lors de laquelle le VfB est balayé par Barcelone (1-1/4-0). Avec Stuttgart, le latéral participe à plus de 120 rencontres, notamment une finale perdue de Coupe d’Allemagne.

Enfin, Luca Caldirola a fait deux saisons pleines, une avec le Werder et l’autre en prêt à Darmstadt. Les trois autres saisons passées en Allemagne ont été un calvaire, avec seulement six matchs.

Ils n’ont pas digéré les ‘’würste’’

Aux côtés de Barzagli, Zaccardo fait partie de l’équipe championne d’Allemagne en 2009. Mais l’aventure avec Wolfsburg ne dure qu’une saison et 23 matchs. Mais ce n’est pas le seul champion du monde 2006 à connaître des mésaventures en Allemagne. Massimo Oddo, 23 matchs avec le Bayern et Mauro Camoranesi, 14 apparitions avec Stuttgart, en fin de carrière, n’ont pas laissé d’excellents souvenirs aux amateurs de foot allemand.

Stuttgart n’a pas non plus réussi à l’ex-espoir de Manchester United, Federico Macheda, qui n’inscrit aucun but en 18 matchs avec le club souabe.

Formé à Chelsea, Jacopo Sala découvre la Bundesliga à 20 ans du côté de Hambourg. Mais dans la ville portuaire, le jeune milieu ne joue qu’une vingtaine de matchs en deux saisons.

Enfin, l’échec de Ciro Immobile en Allemagne contraste totalement avec la saison fantastique qu’il réalise avec la Lazio. Acheté par Dortmund pour succéder à Lewandowski, le natif de Campanie inscrit une dizaine de buts avec le maillot du BVB, dont quatre en Champions League. Mais, barré par le duo Reus-Aubameyang, Immobile n’est titulaire que neuf fois en championnat. Une saison et puis s’en va.

Ben Soffietti

Rédacteur



Lire aussi