X

Les enseignements d’Italie – Pays-Bas

Troisième match en une semaine pour la Nazionale. Après le festival contre la Moldavie (6-0) et le nul en Pologne (0-0), l’Italie recevait les Pays-Bas à Bergame, pour la quatrième journée de Nations League. Et après 90 minutes, les deux équipes se sont neutralisées, Van de Beek répondant à Pellegrini (1-1). Malgré plusieurs grosses occasions, l’Italie concède un match nul, qui préserve sa série d’invincibilité mais qui lui coûte la première place du groupe A. La domination globale des hommes de Mancini n’a pas été profitable car l’Italie a encore failli dans la finition et de nombreuses questions restent à régler pour le sélectionneur.

L’Italie perd sa place de leader du groupe 1 mais pourra/devra se rattraper en novembre

Après les trois premières journées, avec deux nuls et une victoire, et deux matchs en déplacement l’Italie pointait confortablement en tête du groupe 1 de la Ligue A. Sauf qu’avec ce troisième nul en quatre sorties, la Nazionale perd la première place au profit de la Pologne. Lewandowski, double buteur, et les siens ont battu sans forcer une faible Bosnie, réduite à dix avant même le quart d’heure de jeu (3-0).

Ce résultat n’arrange en rien l’Italie qui perd sa première place. Toutefois, rien n’est définitif : en effet, la Nazionale a encore son destin entre les mains puisqu’elle recevra la Pologne au mois de novembre. Un succès permettrait de retrouver la première place, à conditions de le conjuguer avec une victoire en Bosnie trois jours plus tard.

Immobile, un manque d’efficacité qui devient problématique

Il a beaucoup tenté hier soir mais Immobile n’a toujours pas marqué. L’attaquant de la Lazio, capocannoniere la saison passée, perd totalement son sens du but lorsqu’il revêt le maillot azzurro. Au milieu de la solide défense à trois des Oranje, Immobile est parvenu à se rendre disponible, multipliant les appels en profondeur, étant présent sur les centres de ses coéquipiers et décrochant parfois dans le coeur du jeu pour essayer de se sortir du marquage.

Or, dans la zone de vérité, il ne trouve pas la clé. Une première fois alertée dans la surface, il bute sur un Cillessen impeccable. Puis seconde période, il rate un face-à-face, consécutif à une erreur d’Hateboer. Ce duel qui semblait facile pour un buteur de sa trempe, et qu’il aurait à coup-sûr remporté avec la Lazio, symbolise cette crise de confiance qu’il traverse avec la Squadra Azzurra. Après la trêve d’octobre, le problème du numéro 9 n’est toujours pas réglé pour Mancini. Paradoxalement, seul Caputo a marqué des points en marquant contre la Moldavie.

Une équipe en danger sur les phases de transition défensive

Si la défense de l’Italie s’est montrée costaud au match aller contre les Pays-Bas et également en Pologne, étant capable de défendre en bloc et de se projeter vite vers l’avant, ce soir, le secteur défensif a laissé entrevoir certaines carences sur les phases de transition défensive. Contrairement au match aller, les Oranje ont laissé le ballon aux Italiens ; à chaque fois que les Azzurri l’ont perdu, ils ont été déstabilisés en contre. Deux fois en première période, les Pays-Bas peuvent doubler la mise suite à une perte de balle au milieu. Puis en seconde, sans des interventions de Chiellini et une parade de Donnarumma, une défaite se serait profilée.

Jorginho a été souvent pris à revers par les offensives adverses. Souvent sur la même ligne que Barella et Verratti, il a laissé ses centraux en un contre un avec les attaquants néerlandais. De plus, son apport en phases de possession a été trop faible sur ces deux matchs de Nations League. À l’inverse Barella, a livré une partition complète hier soir et s’impose comme le leader technique de la Nazionale. Enfin, Pellegrini a prouvé à Mancini qu’il serait un sérieux prétendant à la liste pour l’Euro 2021.

Catégories: AutresAvant/Après-matchEquipe d'Italie
Tags: LiveFoot

Ce site utilise des cookies