Les enseignements d’Italie-Moldavie

Par Julien Ruis publié le 08 Oct 2020

C’est une Italie new look qui affrontait la Moldavie, pour ce match amical. Roberto Mancini a en effet procédé à un grand chamboulement de son effectif, afin de tester toutes ses troupes en vue du prochain Euro. La première mi-temps est un véritable récital de la part d’une Squadra Azzurra qui a asphyxié son adversaire de bout en bout, avec un score fleuve de 5 à 0. Après un second acte un peu moins fringant, les remplaçants de Mancini atomisent donc la Moldavie 6-0. De bon augure avant les prochaines confrontations face à la Pologne et aux Pays-Bas. Si l’entraineur se posait des questions sur l’envie et la motivation de ses seconds couteaux, la réponse offerte sur le pré par ses joueurs aura de quoi le ravir.

Un trident offensif en feu

Lors des deux dernières sorties, aucun attaquant n’a su trouver le chemin des filets (Sensi + Barella buteurs). Ce soir, même s’il ne s’agissait « que » de la Moldavie, le trident offensif mis en place par Mancini a complètement dynamité la pauvre défense moldave. Pour sa première en tant que capitaine, El Shaarawy a merveilleusement tenu son rang, inscrivant un doublé et provoquant sans cesse sur son couloir. Francesco Caputo, pour son baptême du feu en sélection, a offert une très belle partition en inscrivant son premier but. Moins en vue dans le premier acte, malgré de nombreux appels, Berardi est récompensé en y allant lui aussi de son but. Ce trident a su allier des projections offensives incessantes, ainsi qu’un pressing et des appels constants. Des mouvements qui ont permis à l’Italie d’étirer aux maximum ses attaques. Les rentrées de Grifo, Kean et Lasagna ont apportés un surplus de fraicheur et d’envie, mais l’essentiel était déjà la. Ce soir, l’animation offensive a fonctionné à la perfection pour le plus grand bonheur des tifosi et de Mancini.

Caputo, une solution viable en attaque ?

Pour sa première sous le maillot de la Squadra Azzurra, Francesco Caputo n’a pas déçu. Le bomber de Sassuolo a parfaitement tenu son rôle à la pointe de l’attaque. Proposant des appels incessants, combinant à merveille avec ses ailiers, l’attaquant est récompensé en ouvrant son compteur but en sélection. De plus, il est également décisif sur le 4ème but de par son pressing sur le défenseur moldave, qui marquera contre son camp. La question est ouverte et justifiée : dans une équipe en mal de buteur attitré et décisif, Caputo peut-il obliger Mancini à une certaine réflexion sur son utilisation? Immobile et Belotti en manque d’inspiration, l’attaquant a clairement un coup à jouer en vue d’accrocher une place dans le wagon pour l’Euro, et même davantage. Au vu de ses dernières sorties avec son club, Ciccio Caputo a toutes les cartes en main pour atteindre son objectif.

Locatelli-Cristante-Bonaventura, un tiercé gagnant

Un autre secteur de jeu scruté de près ce soir. En l’absence des Barella, Verratti et Jorginho, le trio inédit aligné au milieu de terrain se devait de justifier la confiance accordée par l’entraineur. Manuel Locatelli, tout jeune international, affiche une belle assurance dans l’entre-jeu. Le milieu de terrain de Sassuolo joue décomplexé, mais avec tout le sérieux qu’on lui connait. N’hésitant pas à porter la balle, ses passes tranchantes en direction de ses coéquipiers en club ont fait très mal aux Moldaves. Bryan Cristante, quelque peu insipide lors de ses prestations à Rome, a parfaitement contenu les vaines tentatives de contre adverses. Intéressant offensivement, il a su apporter du surnombre en attaque et s’offre même le luxe de marquer. Enfin, Bonaventura, comme à l’accoutumé, s’est battu comme un lion. Jouant et combinant énormément avec Biraghi et son capitaine sur l’aile gauche, le nouveau joueur de la Viola a démontré qu’il peut être plus qu’un simple joueur de complément. Les remplaçants d’un soir ont prouvé qu’ils savaient répondre présents.

Julien Ruis



Lire aussi