Les derbies d’Italie des années 2010 : une domination écrasante de la Juventus

Par Yacine Ouali publié le 17 Jan 2021

Ce soir, l’Inter reçoit la Juventus dans un match où, pour la première fois depuis belle lurette, aucun favori ne se dégage clairement. Devant les turinois au classement, les Nerazzurri peuvent espérer enfin battre la Vieille Dame à nouveau, 4 ans et demi après leur dernière victoire. Car oui, les années 2010 ont tourné presque exclusivement en faveur de la Juventus dans les derbys d’Italie.

Avant les Scudetti turinois, l’Inter du triplete

Aux débuts des années 2010, l’Inter est au firmament. 4 Scudetti d’affilée sont dans le besace, et un historique triplete se profile. Alors quand les nerazzurri reçoivent deux fois la Juventus en Coppa puis en Serie A au premier semestre 2010, ils ne font pas de détail : deux victoires (2-1 puis 2-0). À la fin de la saison, l’Inter est champion, et la Juventus est reléguée à 27 points.

Ce gouffre se résorbera un peu en 2010-2011, mais sans que rien ne change : la Juventus est encore 7ème, trop loin des ogres milanais. Cependant, un vent de changement souffle déjà sur les derbys d’Italie : les turinois ne perdent pas contre les nerazzurri cette saison-là (0-0 et victoire 1-0). Quand l’Italie du calcio entame la saison 2011-2012, personne ne se doute que la Juventus dominera outrageusement les derbys d’Italie jusqu’à la fin de la décennie, avec seulement 2 défaites (et demi) en 22 matches entre les saisons 2010-2011 et 2019-2020.

Pour la Juventus, les Scudetti, les honneurs, les derbys

À partir de 2011-2012, la Juventus met la main sur Scudetto pour ne plus le lâcher. Pour la dernière saison de Del Piero, les turinois ne font pas dans le détail : 38 matches, zéro défaite. Dans les deux derbys disputés cette saison se ressentent les vases communicants entre Juventus et Inter ; tandis que la Vieille Dame marche inexorablement vers le sommet, l’Inter descend lentement au classement. Résultat des courses, 2 victoires turinoises (2-1 et 2-0), avec en prime un but de Del Piero au retour.

Par la suite, la Juventus ne trébuchera plus que trop rarement. En 2012-2013, l’Inter a un sursaut d’orgueil et montre qu’elle est encore une rivale des turinois en les battant 3-1 à l’extérieur avec un doublé de Milito, mettant fin à leur longue série d’invincibilité.

Entre cette victoire le 3 novembre 2012 et le 2 mars 2016, la Juventus ne perd plus contre l’Inter, avec 5 victoires et 3 nuls (14 buts marqués, 5 encaissés). La domination des turinois en Italie se reflète sur les derbys. Rien n’échappe aux hommes de Conte puis Allegri.

Le 27 janvier 2016, la Juventus reçoit l’Inter pour l’un de leurs rares duels en dehors du championnat. C’est un duel en demi-finale de Coppa Italia, et les turinois éparpillent leurs adversaires 3-0. Au retour, alors que tout le monde pense ce match anecdotique, l’impensable se produit : l’Inter remonte l’écart de trois buts (3-0), emmène la Juventus aux pénaltys… mais s’y incline. Cette demi-victoire sera suivie par une victoire bien plus belle. C’est celle de De Boer, dont nous vous parlions hier, au cours de laquelle l’Inter domine la Juventus au score (2-1) et dans le contenu. À l’époque, l’on se dit que, peut-être, le vent va tourner.

2016-2020 : pour que tout reste comme avant, il faut que… rien ne change ?

Après cette belle victoire de septembre 2016, rien ne change pour l’Inter. C’est morne plaine, leur performance reste exceptionnelle, et la Juventus écrase tout sur son passage, avec 5 victoires et deux nuls depuis, dont une mémorable victoire 3-2 des turinois au Meazza en 2018 en toute fin de match, qui leur ouvrait grand le chemin vers le Scudetto.

Aujourd’hui, les niveaux des deux clubs se sont clairement rapprochés, mais l’Inter semble toujours nourrir un complexe d’infériorité. Les deux oppositions de 2019-2020 ont tourné, encore, à la faveur des turinois, avec un énorme Dybala à la baguette.

Ce soir, la donne sera un peu différente. À nouvelle décennie, nouvelles résolutions, et celle de l’Inter est claire : casser cette domination insupportable de la Juventus, dans le derby d’abord, puis sur l’Italie ensuite. À Lukaku de succéder à Icardi, à Conte, sur le banc d’en face, de succéder à De Boer. Réponse vers 22h45.

Yacine Ouali



Lire aussi