Les coqs de la Fiorentina battent de l’aile

Par Kévin Gasser publié le 29 Déc 2018

Avec six Français dans ses rangs, le violet vire au bleu à la Fiorentina ! En revanche, sur le terrain, les coqs de la Fiorentina ne sont plus en supériorité numérique. Si Lafont et Veretout sont deux éléments indispensables de l’effectif ; le premier ayant réussi à s’imposer dans les cages de la Viola à seulement 19 ans malgré des débuts difficiles, et le milieu de terrain en endossant parfaitement le rôle de regista après l’échec Norgaard – supposé remplacer Milan Badelj – , les quatre autres Français sont, cette saison, spectateurs des exploits de leurs coéquipiers. En cumulant leurs temps de jeu respectifs, Vincent Laurini, Bryan Dabo, Cyril Théréau et Valentin Eysseric cumulent 622 minutes de jeu*, soit moins de sept matches pleins. Loin d’être comme des coqs en pâte.

Progressivement mis au placard

Pour une équipe comme la Fiorentina qui ne dispute aucune compétition européenne mais qui en a malgré tout les ambitions et donc où la rotation de l’effectif intervient rarement, cette mise à l’écart ne s’est pas faite du jour au lendemain, et semblait inéluctable pour chacun des quatre joueurs concernés, tous arrivés la saison précédente.
Vincent Laurini est certainement celui qui semble accepter le mieux sa situation de remplaçant. Et pour cause, il a été progressivement écarté la saison dernière par Nikola Milenkovic, 21 ans, défenseur central de métier, qui s’est pourtant révélé en tant qu’arrière droit grâce à Stefano Pioli la saison dernière. Depuis, les plus grosses écuries se l’arrachent et Manchester United tiendrait la corde avec une offre de 50M€. Laurini a donc choisi de ronger son frein et d’attendre des jours meilleurs (le départ de son coéquipier), pour regagner une place de titulaire.
Bryan Dabo, d’abord, c’est un des meilleurs ratio de Serie A avec 1 but en 93 minutes de jeu. Oui, à peine 93 minutes* disséminées en sept apparitions pour un joueur qui montre de bonnes choses et une certaine pugnacité lorsqu’il est sur le terrain. Pioli lui préfère les nouvelles recrues que sont le Suisse Edimilson Fernandes ou encore Gerson. Injuste ? Pas forcément, Bryan Dabo paie son manque de technique dans un milieu à trois aussi encombré par l’excellent Veretout et Benassi, inconstant mais toujours décisif (6 buts cette saison).
Valentin Eysseric a également de quoi nourrir des regrets. Le troisième élément du trident offensif a toujours fait défaut au 4-3-3 de Stefano Pioli et les arrivées de Pjaca et Mirallas n’ont rien arrangé. Une place pour trois ? Pourquoi privilégier le Français par rapport à des recrues avec plus de potentiel (Pjaca) ou plus d’expérience (Mirallas). Eysseric a donc joué son va-tout de meneur de jeu en retrait dans cette position d’ailier. Oui mais pendant seulement 354 minutes*, avec une passe décisive à la clé, et depuis novembre, le Français n’a plus joué.
Cyril Théréau aurait pu être l’alternative au pâle rendement d’El Cholito de fin septembre à début décembre. Mais, au lieu de ça, Théréau vieillit paisiblement au sein de l’effectif le plus jeune du championnat avec 26 minutes* disputées et, à 35 ans, les articulations couinent pour celui qui ne trouvera probablement jamais plus sa place dans un trident où les ailiers doivent dynamiter les défenses.

Un mercato agité

Dégraisser, c’est le mot. Laurini est le seul Frenchie parti pour rester tandis qu’Eysseric, Dabo et Théréau sont en partance. En effet, Dabo, arrivé en Toscane fin janvier, pourrait à nouveau profiter de cette fenêtre pour plier bagages et retrouver la Ligue 1. L’ex-Stéphanois a été proposé à plusieurs clubs du championnat français. Amiens et Strasbourg seraient très intéressés par le profil box-to-box de l’international burkinabé. Concernant Eysseric il l’a avoué lui-même aux journalistes de Nice-Matin : « J’envisage de partir pendant le mercato hivernal. » Point d’atterrissage probable : Nice, son ancien club, mal en point en championnat et en pénurie d’attaquants. Enfin, Théréau, selon la Gazzetta dello Sport, devrait rester en Italie et rejoindre un club qui lutte pour le maintien. Parmi les principaux intéressés figurent son ancien club, le Chievo, la SPAL, Bologne ou encore Empoli.

*Statistiques avant le match face au Genoa du 29/12

Kévin Gasser

Rédacteur



Lire aussi